C'est le temps de scruter les petites annonces, les sites Internet et de lancer une ligne dans l'océan des réseaux sociaux.

La recherche de l'appartement idéal

C'est de saison. La recherche d'appartements bat son plein actuellement alors que l'été approche à grands pas. Le temps presse, mais il est plus que nécessaire de prendre un instant pour lister nos priorités, évaluer chacune des options pour trouver le vrai nid rêvé.
La liste
On prend d'abord le temps de faire sa liste de priorités. Un top 5 des aspects non négociables que doit posséder le nouvel appartement. Chauffage inclus? Un accès pour fauteuil roulant? Un grand balcon? Plutôt une cour? Trois chambres fermées? Orienté est-ouest, ou non? Chaque détail a son importance, souligne Wendy Pollard, architecte et conseillère à la Société canadienne d'hypothèques et de logement.
On prépare aussi une liste d'emplacements qui conviennent bien à nos besoins et une autre liste d'emplacements de deuxième choix. On inscrit aussi les points essentiels auxquels il faudra penser durant les visites, comme le lit format Queen, les deux chats ou le duo laveuse-sécheuse à chargement frontal.
Combien ça coûte?
Décisif, le budget peut tout faire changer. Il est primordial de déterminer le niveau d'endettement que l'on est capable d'assumer, combien d'argent on souhaite économiser et jusqu'à quel point le maintien de notre niveau de vie est important. Wendy Pollard conseille de noter les services qui pourraient réduire les coûts, comme le transport. Si le nouveau logis est près du lieu de travail ou d'un arrêt d'autobus, cela doit être pris en compte dans le processus de décision.
L'exploration
C'est le temps de scruter les petites annonces, les sites Internet et de lancer une ligne dans l'océan des réseaux sociaux. On prend aussi le temps d'aller faire le tour des quartiers intéressants, mais que l'on connaît moins, pour repérer les services offerts, les liaisons de transports en commun et pour saisir le pouls du secteur, son environnement. On s'informe sur le taux de criminalité, la propreté de l'eau si l'on est en zone rurale ou le niveau de bruit si l'on est plutôt en ville. «Chaque secteur a ses propres contraintes et ses propres avantages», résume Mme Pollard. C'est pour cette raison que la liste des priorités est nécessaire, car «tout le monde a des besoins différents».
Avant la visite
Choisir une demeure est quelque chose d'émotif. Un coup de coeur ne respecte pas toujours nos aspirations ou nos priorités. La visite est donc un moment déterminant où il faut respecter ses listes. Le locataire doit être préparé avec un dossier personnel en règle. Il est recommandé de vérifier sa cote de crédit au préalable, puisque tout propriétaire est en droit d'en faire faire l'étude. On s'assure de réduire au maximum ses dettes et d'avoir en main des lettres de recommandation de nos proches et de notre employeur, notamment si l'on est étudiant.
La visite
On arrive à l'heure, on respecte l'intimité des locataires présents et l'on garde en main une liste de questions pour le propriétaire ou l'agent de location. Est-ce que le stationnement est inclus? Combien d'animaux sont acceptés? Est-ce qu'on a le droit d'installer une antenne de télévision? D'utiliser la cour arrière? Le locataire doit s'assurer d'avoir toutes les réponses et une copie des règlements du logement.
De quoi ça a l'air?
L'inspection est importante. On doit s'assurer de faire le tour complet de la demeure pour être certain de son bon état. On porte une attention particulière aux odeurs dans le logis et dans les aires communes, les signes de coloration sur les murs et les dommages sur le bâtiment. On teste l'eau pour voir si elle coule bien et si elle est bonne. On essaie aussi les appareils électroménagers s'ils sont inclus dans la location.
Denis Miron, porte-parole à la Régie du logement, insiste sur l'importance de la visite et des informations qui en résultent à mettre sur le bail. Ce contrat doit avoir tous les détails sur les modifications à apporter, les promesses de réparation, etc. On y inscrit aussi toutes demandes acceptées verbalement par le propriétaire comme le changement de serrure par mesure de sécurité ou l'utilisation gratuite d'une remise extérieure. Dans le cas d'un bail verbal, la Régie du logement oblige le propriétaire à fournir au locataire un écrit obligatoire dans les 10 jours suivant l'entente.
Après la visite
On fait un bilan de la visite et on analyse si le logis répond à tous nos besoins. On en profite pour parler aux voisins pour savoir s'ils sont à l'aise avec le propriétaire, s'il répond aux appels rapidement, s'il fait les réparations dans un délai respectable. On peut aussi prendre un deuxième rendez-vous pour visiter le logement à un autre moment de la journée pour connaître le niveau de luminosité ou détecter la présence de petits animaux ou d'insectes, si des doutes persistent.