Le motif «rouge picoté» est l'une des nouveautés que Geneviève Charron présente à sa boutique de Charlesbourg.

La Petite Maison à Charlesbourg: une tête pleine de rêves

Geneviève Charron carbure à la spontanéité. Elle peint, de façon artisanale, des anges, des maisonnettes et des «parapluies picotés» sur des objets de porcelaine et de verre. Mais c'est en femme d'affaires qu'elle gère La Petite Maison, la boutique qu'elle a ouverte en novembre dans Charlesbourg.
<p>Ces tasses et ces vases arborent le personnage de Victoria.</p>
<p>Geneviève Charron est en train de développer une collection de linge de maison qui reprend ses charmants dessins.</p>
Sa tête déborde de rêves. Elle en a réalisé un, cet automne, en achetant une ancienne épicerie du boulevard Henri-Bourassa qu'elle a convertie en atelier-boutique. Elle a construit des divisions, acheté et retapé de vieux meubles, et aménagé son atelier, tout en continuant de fabriquer ses verres, ses assiettes, ses beurriers et ses menus articles de vaisselle.
Geneviève Charron a créé une «chaîne de production» dans laquelle elle est le premier maillon : elle trace à la main les dessins qui sont sa signature. À tour de rôle, ses «peintres» appliquent les couleurs, l'ombrage, puis le blanc, avant d'enfourner la vaisselle pour la cuisson. «Mille pièces en sortiront, juste pour la fête des Mères», mentionne la jeune femme de 38 ans.
Il faut ensuite étiqueter la marchandise, l'emballer et l'expédier aux quatre coins de la province.
Geneviève est originaire de Squatec, une petite municipalité du Bas-Saint-Laurent, pas loin de Trois-Pistoles. C'est sans doute par une forme d'atavisme régional qu'elle se cantonne au style champêtre. «Je suis une fille d'émotion et de spontanéité», confie-t-elle.
Forte d'un baccalauréat en communication graphique et d'une maîtrise en design graphique et multimédia, elle s'est lancée en affaires, il y a sept ans, dans le sous-sol de sa maison de Charlesbourg. «Je fournissais sept boutiques», relate-t-elle. Aujourd'hui, elle a une cinquantaine de points de vente au Québec.
Mais il lui reste encore des clients à conquérir et des marchés à faire fructifier. Motivée par ces buts, elle donne des cours, propose des patrons transférables sur des objets, tient une boutique en ligne, développe l'impression sur le textile. Chaque nouveau visage qui franchit sa porte est un pas de plus vers la concrétisation de ses rêves d'artiste et de ses objectifs de femme d'affaires.
Elle tiendra trois journées porte ouverte, du jeudi 7 mai au samedi 9 mai, au cours desquelles ses clients découvriront la boutique, la salle de cours et le local de production. En soirée, elle fera aussi des démonstrations de peinture sur verre et sur céramique.
Informations : www.lapetitemaison.ca; www.facebook.com/lapetitemaison; 9290, boul. Henri-Bourassa