Contenu commandité
La méthode IKEA à Québec
Pour s’adapter au marché de Québec, IKEA a effectué des visites à domicile. Ici, Patrick Heylaerts et Line Dubois (à droite) ont visité l’appartement de Sébastien Fortin, à Limoilou.

Les visites à domicile d'IKEA

Mi-juillet, Le Soleil a rendez-vous dans le quartier Limoilou, à Québec. En haut de l’escalier en colimaçon, Sébastien Fortin reçoit une équipe d’IKEA, venue le questionner sur son appartement et ses habitudes de vie. L’ambiance est décontractée, sympathique, efficace.

Deux personnes étaient déjà passées chez lui l’an dernier, avant l’annonce de l’ouverture du magasin dans la capitale. Elles avaient regardé les espaces, avaient pris des mesures, lui avaient demandé de quel genre de meubles il aurait besoin. 

Pour le suivi, la rencontre se déroule rondement, dans les rires et le tutoiement. «Qui vit ici avec toi?» demande Line Dubois, directrice communication et design d’intérieur chez IKEA. «Mon conjoint et mon tchi-minou», répond Sébastien Fortin, en désignant son chat qui «prend ça relax», attaché sur le balcon.

Notre hôte le temps d’une visite, Sébastien Fortin

«Comment tu as intégré ton animal domestique dans ta maison?» poursuit Line Dubois. «Il a sa chambre. Mon père a fait un meuble pour la litière. C’est aussi lui qui a fait le vaisselier.»

Pendant que la designer pose ses questions, Patrick Heylaerts, responsable des compétences et du développement pour IKEA Canada, entre les réponses sur sa tablette. L’année de construction de l’édifice, le type de chauffage, ce que Sébastien ferait avec 5000 $ à dépenser en ameublement, est-ce qu’il utilise différemment ses pièces en été et en hiver...

Quel est son style? «Ça finit par être éclectique. Je joue avec le rétro des années 70, le champêtre, le vieillot. Et dans la chambre, il y a un peu d’érotico», glisse-t-il en provoquant un éclat de rire généralisé.

Dans le salon éclectique, des sections de bibliothèque Billy d’IKEA.
La chambre «érotico»

L’assemblée fait le tour du petit appartement, loué depuis six ans. En plus de l’aire ouverte du salon et de la cuisine, Sébastien est tombé sous le charme de la grande salle de bain avec laveuse-sécheuse intégrées. 

«On a découvert que c’est très commun à Québec, la laveuse et la sécheuse dans la salle de bain principale», une différence avec le marché montréalais, souligne Line Dubois, qui a aussi travaillé pour les magasins de Montréal et de Boucherville.

Magasins personnalisés

Patrick Heylaerts prend des photos des fenêtres, des éléments architecturaux, des poutres, des moulures, des murs de bois, de pierre, de brique, histoire de reproduire ces détails dans les espaces en exposition. À l’aide d’une application sur son téléphone, il mesure chaque pièce.

À l’aide d’une application sur son téléphone, Patrick Heylaerts mesure chaque pièce. Il photographie aussi les éléments architecturaux.

«C’est important pour nous de savoir la moyenne de grandeur des pièces dans notre secteur. Si ce sont de plus petites cuisines, on ne fera pas de trop grosses cuisines en magasin. C’est vraiment pour refléter le marché et trouver des solutions pour nos clients. Vous entrez et vous dites : “Oh wow! Je veux ça chez nous!”» illustre Line Dubois.

Avant l’ouverture d’un magasin IKEA, les équipes sur le terrain peuvent faire jusqu’à une centaine de visites à domicile pour avoir un échantillonnage assez grand, comme à Halifax. Dans la grande région de Québec, une quarantaine de rencontres ont eu lieu l’an dernier. 

Celles auxquelles Le Soleil a assisté s’ajoutent à une base de données, régulièrement actualisée. IKEA Canada fait environ une vingtaine de visites par marché, par année. «La démographie peut changer selon les développements de maison ou de condo. On veut être certain que c’est bien représenté dans nos magasins», souligne Patrick Heylaerts.

Deuxième arrêt

Deuxième arrêt, une maison de ville de Beauport.

Notre deuxième arrêt montrait une réalité bien différente de la première. Une maison de ville de Beauport construite en 2015, au style contemporain. Yvon et sa conjointe y vivent sans enfants et sans animaux depuis un an et demi. Le cœur a penché pour la cuisine et les salles de bain modernes et pour le garage, une «valeur ajoutée» dont Monsieur ne se passerait plus.

La terrasse est immense, le couple aime cuisiner dehors. Le gazebo permet de ranger tous les accessoires d’été, protégés par une toile à cet effet. Un cabanon est devenu inutile. 

Les décisions d’aménagement sont prises d’un commun accord. Dans une habitation neuve, les irritants et les besoins sont moins criants. «Si vous aviez 5000 $ à dé­penser, que feriez-vous?», demande la designer d’IKEA à Yvon, en vouvoyant le participant cette fois-ci. Après un peu d’hésitation, il changerait la céramique noire au plancher de la cuisine. La moindre miette saute aux yeux.  Il aimerait aussi mieux organiser le haut de son walk-in et l’espace dans son garage.

Si les propriétaires avaient une chose à changer, ce serait le plancher de céramique noire dans la cuisine.

Le questionnaire met en lumière que ni la maison de Beauport ni l’appartement de Limoilou n’ont d’installation pour le recyclage, autre qu’un bac déposé dans un coin. Si Sébastien Fortin, notre premier hôte, était propriétaire, il aimerait pouvoir mieux gérer ses déchets avec une solution intégrée dans son îlot. «Je mettrais mon père sur le dossier.»

Avons-nous croisé quelques meubles IKEA en cours de visites? Sébastien a installé deux sections de la fameuse bibliothèque Billy au salon, deux autres dans la chambre d’amis, où il entrepose sa collection de cassettes VHS. «On est fous de même!» 

Avant de quitter le logement de Limoilou, les représentants d’IKEA ont constaté la petitesse de l’entrée, sans placard. Ils imaginent l’état des lieux avec les manteaux et les bottes en hiver. «Un problème dans plusieurs marchés.»

«Tant qu’à y être», Sébastien demande l’avis de la designer sur son petit meuble d’entrée. «Est-ce que je devrais le peindre orange?» Réponse : «Oui, laqué.» «Merci infiniment! Attention à vous autres, là!»

+

CHOIX DES PARTICIPANTS

Les gens de Québec qui ont pris le temps de recevoir les équipes d’IKEA à domicile ont reçu en guise de remerciement une carte-cadeau d’une cinquantaine de dollars. Comment se fait la sélection des participants? Il faut d’abord s’inscrire en ligne (formulaire à surveiller au goo.gl/Ap2a7c pour la prochaine ronde de visites dans la région). Puis un choix est fait pour obtenir un échantillonnage représentatif de la population en général. «On cherche différents profils pour avoir tous les styles de maison et de situations de vie: couples, célibataires, familles avec enfants, gens vivant avec des personnes âgées, avec des animaux...», énumère Patrick Heylaerts, d’IKEA Canada.

+

T-SHIRTS ET SACS AUX COULEURS DE QUÉBEC

Durant les visites à domicile, Le Soleil a remarqué les t-shirts et les sacs des représentants d’IKEA Québec. Non, ils ne seront pas vendus à la clientèle. Et il ne s’agit pas du nouvel uniforme. Ces deux articles, ainsi qu’un macaron, ont été offerts en cadeau à tous les collaborateurs qui préparent l’ouverture du magasin de la rue Mendel, dans le secteur Duplessis. Un logo représente le cheval Dala habillé d’une ceinture fléchée. Emblème suédois depuis plus d’un siècle, il était à l’origine un jouet pour enfant. L’autre logo, à l’avant des t-shirts, reprend le cheval Dala, cette fois sous la porte Saint-Louis, près de la Citadelle de Québec. Un clin d’œil au mélange des cultures québécoise et suédoise.  

+

CORDONNIERS BIEN CHAUSSÉS?

Les employés d’IKEA sont-ils des cordonniers bien chaussés, avec toutes sortes de solutions d’aménagement chez eux? «Quand on a le temps de rénover», lance en riant la directrice communication et design d’intérieur Line Dubois, qui vient de déménager à Québec pour l’ouverture du nouveau magasin. Avant de s’installer officiellement, elle louait un appartement du Vieux-Québec entièrement meublé... en IKEA. Pour son collègue Patrick Heylaerts, responsable des compétences et du développement, «le rangement est un éternel recommencement», alors qu’on accumule plein de choses et que la vie change.