Jesse Barrette, Hugo Tessier et Tommy Simard ont fondé leur entreprise le printemps dernier.

La «méthode» de Sublime Architecture

Les firmes de créateurs se multiplient à Québec et dans ses environs. Des professionnels y brassent des idées et contribuent à la transformation des intérieurs, des immeubles et de la trame urbaine. Le Soleil vous présente aujourd'hui Sublime Architecture, une entreprise fondée il y a moins d'un an par trois jeunes hommes déterminés. Votre firme participe à la vitalité de Québec? Écrivez-nous à : magazine@lesoleil.com
Portés par la fougue de leur jeune trentaine, deux architectes et un pro de la communication viennent de fonder leur firme à Québec. Ils tripent technologies et logiciel de modélisation 3D. Et ils carburent à l'idée de diffuser une «méthode» qui leur fait gagner du temps et qui rend l'architecture plus facile à comprendre.
Tommy Simard est le fondateur de Sublime Architecture. Jesse Barrette en est le président, et Hugo Tessier, le gestionnaire, le responsable des communications et du service à la clientèle. Leur modeste bureau occupe une chambre dans le sous-sol de la maison de Tommy, à deux pas du Cégep Garneau. Normalement, elle serait louée à un étudiant, mais le trio l'a accaparée et s'y entasse au milieu des ordinateurs et de la paperasse.
«Ça nous gêne un peu d'accueillir nos clients ici, échappe Tommy. On essaye de les rencontrer ailleurs.»
Les trois partenaires ont déjà repéré des locaux plus adéquats, mais ils refusent de mettre la charrue avant les boeufs. Après tout, leur firme a moins d'un an.
Au sortir de l'École d'architecture, Tommy et Jesse ont travaillé dans des petites entreprises où ils ont eu la chance de mener des projets de A à Z. Chacun de son côté, ils suivaient des cours du soir pour se perfectionner. Quand ils se sont retrouvés dans le même «gros bureau», ils ont partagé leurs connaissances et constaté qu'ils ressentaient le même engouement pour un logiciel 3D appelé Revit.
Revit par-ci, Revit par-là, en 90 minutes d'entrevue, les trois jeunes hommes ont tenté de démystifier ce logiciel auxquels ils rêvent de convertir leurs collègues et leurs fournisseurs. Très visuelle, la modélisation 3D «démocratise l'architecture», analysent-ils, car elle la rend plus compréhensible aux yeux de leurs clients.
Les éléments modélisés peuvent en outre contenir des données informatives. Ainsi, si l'architecte décide d'inclure une porte dans son projet, un menu déroulant pourrait fournir ses spécifications (dimensions, coûts, couleurs, etc.). Mais encore faudra-t-il que les fournisseurs alimentent le logiciel.
Il s'agit d'un cheval de bataille de Sublime Architecture. «On invite les manufacturiers à modéliser leurs produits en 3D et à fournir des fiches techniques», confirme Tommy Simard. Le jour où les produits feront tous partie d'une banque 3D, «ç'en sera fini des catalogues», rêve-t-il.
Les trentenaires revendiquent le titre de «créateurs» et rejettent celui de techniciens 3D. Ils ont le sentiment d'innover dans la technique et dans la méthode. «Le Revit est un logiciel infini, et on n'en arrivera jamais au bout», estime Jesse Barrette. Il leur fait gagner du temps, en actualisant chaque modification et en permettant à tous les professionnels concernés de travailler avec le même modèle virtuel. Grâce à ce logiciel, il serait possible, par exemple, de «donner un pattern de découpe à un manufacturier», avance Jesse. Gagner du temps, c'est aussi gagner en qualité.
«Avec les avancées technologiques, ce qui se passait en 15 ans dans le milieu de l'architecture se passe maintenant en 5 ans», observe Hugo Tessier. Ces jeunes-là veulent être en avance, et sur leur temps et sur la concurrence.
<p>La municipalité de Stoneham-et-Tewkesbury a demandé à la firme de rajeunir l'image de son hôtel de ville. </p>
Revitalisation d'un hôtel de ville
Le premier mandat de Sublime Architecture est venu de la municipalité de Stoneham-et-Tewkesbury qui lui a confié la revitalisation de son hôtel de ville. Elle souhaitait rajeunir son image. Les architectes ont validé l'efficacité et la pertinence d'une présentation 3D. Ils ont transformé des espaces fermés en aire ouverte, modernisé les postes de travail, réaménagé les bureaux des inspecteurs municipaux et conçu un comptoir d'accueil plus visible et plus accessible, en phase avec la nouvelle image de marque de la municipalité. «Les gestes forts qui marquent l'identité du projet, soit le comptoir d'accueil et celui des finances, s'inspirent des caractéristiques de la région [montagnes et rivières] qui sont transposées dans les matériaux [granit et stratifié bleu et blanc lustré] et dans les formes utilisées, tantôt fluides, tantôt angulées et dramatiques.»
<p>La construction de cet immeuble de 12 condos débutera au printemps sur le boulevard Masson. </p>
Condos entre ville et rivière
Voici un immeuble de 12 condos qui sera érigé, à compter du printemps, sur le boulevard Masson, à Québec, non loin de la rivière Lorette. Son élément distinctif est la porte cochère que l'équipe a réinterprétée en lui donnant des proportions démesurées. En utilisant du bois, les architectes ont voulu refléter la présence de la nature. Quant à l'acier, au béton et au verre, ces matériaux évoquent la situation urbaine de l'édifice. Ce projet est évalué à 1,5 million $.
La caserne de pompiers de Fermont
Tommy Simard et Hugo Tessier sont originaires de Fermont. Leur fierté est immense d'avoir été choisis pour la conception de la caserne de pompiers et des services ambulanciers, soit un centre 9-1-1, à l'entrée de la ville. Ils veulent en faire «un bâtiment phare» qui sera la «prochaine carte postale de Fermont». Tommy Simard n'en démord pas : l'architecture est une science. Et en décrochant ce contrat, Sublime Architecture a prouvé qu'elle savait se débrouiller dans ce milieu fait de normes et de règlements. «Le fait d'être des gars de la place ne nous a valu aucun point», fait-il valoir.
Encore au stade d'esquisse, le concept puise aux conditions particulières de ce coin de pays, à son environnement nordique. À l'image du «mur» qui forme une pointe pour faire dévier les vents dominants, la nouvelle caserne s'inspirera de la lame de neige aux formes plus courbes, forgée par le vent afin de le faire glisser sur le toit et ainsi protéger l'intérieur.
Réalisé en consortium avec la firme de Québec Régis Côté et associés, ce projet de 12 millions $ sera présenté aux représentants de Fermont vendredi. S'ils l'acceptent, la construction débutera en juillet. Le bâtiment devrait être terminé en octobre 2015.
En un mot
Sublime › Dans le vocabulaire de la firme, le mot fait référence au courant esthétique plutôt qu'à l'adjectif qualificatif. Le fondateur de Sublime Architecture, Tommy Simard, souhaite que ses projets soient «sublimés», idéalisés. Pas question de livrer des réalisations standard. «Le standard, c'est une ancienne bonne idée», renchérit Jessie Barette, en faisant pouffer ses collègues.