Les jeunes crosses, légèrement cuites, sont délicieuses

La fougère-légume

À travers le monde, il existe plus de 9000 espèces de fougère, mais seulement une espèce est couramment considérée comestible : la fougère à l’autruche (Matteuccia struthiopteris), une fougère bien de chez nous. Chaque printemps, des milliers de cueilleurs prennent les sous-bois d’assaut à la recherche de « têtes de violon » (crosses de fougère) pour la vente en épicerie. Sous l’influence de la permaculture, qui préconise la culture de légumes pérennes, cependant, la fougère à l’autruche est de plus en plus recherchée comme légume à cultiver… et sa culture est particulièrement facile.

Une belle plante

Le nom fougère à l’autruche vient de ses hautes frondes en forme de plume d’autruche et est d’ailleurs reflété dans son nom botanique : struthiopteris veut dire autruche-fougère. C’est que c’est une plante très ornementale : un excellent choix pour l’aménagement comestible («foodscaping»), aussi très tendance. 

Il s’agit d’une grande fougère en forme de volant de badminton qui peut atteindre jusqu’à 150 cm de hauteur. Elle pousse à partir d’un rhizome dressé, appelé couronne, qui finit par ressembler à un court tronc. La couronne produit aussi des rhizomes rampants portant à leur extrémité une nouvelle fougère. Ainsi, «la» fougère devient éventuellement une colonie. 

Les frondes fertiles, couvertes d’écailles brunes au début, se déroulent en mai ou au début de juin. Elles sont bipennées, c’est-à-dire très découpées. La couleur est vert clair au printemps, vert moyen l’été.

En été, les plantes matures produisent aussi des frondes fertiles. Elles poussent droites et deviennent vite brunes. Elles portent les spores de la prochaine génération et restent souvent debout tout l’hiver alors que les frondes stériles disparaissent à l’automne. Si vous trouvez leur apparence disgracieuse, vous pouvez les supprimer, tout simplement. Cela ne nuit pas à la plante.

On récolte les crosses avant qu’elles n’atteignent 15 cm de hauteur. — photo 123rf/Aleksandar Milutinovic

La cultiver

La fougère à l’autruche est la fougère la plus abondante dans la vallée du Saint-Laurent et pousse presque partout: au soleil, à l’ombre, sol glaiseux, limoneux ou sablonneux, riche ou pauvre, très acide à neutre. Elle pousse même très bien dans les sols qui sont inondés au printemps. 

Par contre, pour la culture, mieux vaut viser un sol toujours un peu humide, même en été, car quand le sol s’assèche, les frondes brunissent et la plante perd sa belle apparence. Dans un emplacement au sol constamment humide, les frondes demeureront majestueuses tout l’été.

La plante tolère le soleil, mais est plus jolie à la mi-ombre ou à l’ombre. Elle fait d’ailleurs une excellente compagne pour le populaire hosta (Hosta spp.), une autre plante d’ombre. On peut la cultiver dans un jardin de sous-bois, dans la plate-bande de fleurs, au potager ou même comme grand couvre-sol. 

Vous trouverez des plantes de fougère à l’autruche en pépinière. Sinon, vous pouvez en récolter à l’état sauvage. Attention, toutefois: cette plante est protégée en vertu de la Loi sur les espèces menacées ou vulnérables. Non pas que la fougère à l’autruche soit vulnérable à court terme, mais une récolte massive à des fins commerciales pourrait lui nuire. Ainsi, vous ne pouvez récolter que cinq spécimens par personne par année.

La fougère à l’autruche crée un effet spectaculaire dans un sous-bois. — photo 123rf/simona pavan

Récoltez pour la table

Quant à la consommation des crosses de fougère, vous pouvez commencer à récolter celles des jeunes fougères dès qu’elles produisent au moins cinq frondes par année. Ne récoltez que la moitié des crosses par plante pour permettre à la plante de se régénérer. 

La récolte commence dès que les crosses commencent à sortir de leurs écailles brunes et se termine quand elles atteignent plus de 15 cm de hauteur. Si vous en récoltez à l’état sauvage, il faut toujours obtenir la permission du propriétaire du terrain et, bien sûr, ne jamais en récolter dans les parcs publics. 

Notez que les «têtes de violon» crues sont légèrement toxiques. Il faut toujours les faire cuire avant de les manger. 

Bonne dégustation… et bonne culture!

+

RÉPONSES À VOS QUESTIONS

> Après la floraison des bulbes

Potée de bulbes de jacinthe sur le déclin

Q J’ai reçu en cadeau un pot de jacinthes bleues en fleur il y a deux mois. Suivant les indications sur l’étiquette, j’ai maintenu le terreau humide et coupé les fleurs lorsqu’elles ont fané. Comme le montre la photo, les plants dépérissent. Que dois-je faire pour garder les bulbes et les replanter à l’extérieur?  — Daniel Guilbault

R Il est tout à fait normal que les feuilles commencent à jaunir: les bulbes à floraison printanière, comme la jacinthe (Hyacinthus orientalis), entrent toujours en dormance quelques semaines après la floraison. C’est ce que vos jacinthes font maintenant. Quand le feuillage est complètement asséché, coupez ou arrachez-le. Dépotez les bulbes et plantez-les en pleine terre dès le printemps: il n’est pas nécessaire ni même souhaitable d’attendre l’automne pour le faire. Plantez les bulbes à une profondeur de 15 cm environ et autant d’espacement dans un emplacement au sol riche et bien drainé qui est bien ensoleillé au printemps. Vous ne verrez pas de signe de croissance des bulbes avant le printemps prochain où, dès le dégel, de nouvelles feuilles paraîtront. Toutefois, il n’y a pas toujours de fleurs la première année. La culture en pot dans la maison est un choc pour la plante et parfois il lui faut un an ou deux de récupération avant de fleurir de nouveau.

+

Des questions svp!

Vous pouvez nous joindre par courriel à courrierjardinierparesseux@yahoo.com

Par courrier à: Le jardinier paresseux, Le Soleil, C.P. 1547, succ. Terminus, Québec (Québec),  G1K 7J6

***

>> Entretien horticole à faire cette semaine <<

  • Les semis faits en mars et en avril grandissent et il peut être nécessaire de les repiquer dans des pots plus grands.
  • Voici quelques semis à faire à l’intérieur au début de mai : Herbes : ciboulette, fenouil; Légumes : courge, laitue, melon; Fleurs : agérate, alysse odorante, célosie, cosmos, œillet d’Inde, zinnia.
  • Ouvrez et nettoyez l’intérieur des nichoirs avant de les reposer pour enlever les puces et les autres prédateurs qui peuvent s’y cacher. 
  • Le soleil est de plus en plus intense et il peut être nécessaire de tirer un léger voilage entre une fenêtre très ensoleillée et les plantes d’intérieur. 

***

CALENDRIER HORTICOLE

Entretien des annuelles, vivaces et bulbes

La Société éducative Roger-Van den Hende offre une conférence sur l’entretien des annuelles, des vivaces et des bulbes avec Chantal Michaud. Elle aura lieu le dimanche 5 mai à 10h à la jardinerie Floralies Jouvence, 2020, avenue Jules-Verne, Québec. Coût  : 2 $ pour les non-membres.

Info : societeeducativeRVDH@gmail.com ou 581 922-1034.

*

Plantes accroche-cœur

La Société d’horticulture et d’écologie de Portneuf invite la population à sa prochaine conférence qui aura lieu le dimanche 5 mai à 13h30 au Centre municipal situé au 260, rue Pettigrew, à Saint-Léonard-de-Portneuf. Chantal Perron et Ghislain Boily parleront des plantes accroche-cœur de leur jardin à Baie-Saint-Paul. Gratuit pour les membres et les résidents de Saint-Léonard-de-Portneuf, 5 $ pour les autres.

Info  : 418 285-2981.

*

Pots et jardinières

La Société d’horticulture de Sainte-Foy vous invite à une conférence sur les pots et jardinières avec Suzanne Gingras. Elle se tiendra le mardi 7 mai à 19h30 à la Sacristie de la Visitation, 801, route de l’Église, Québec, G1V 3T4. (Entrée par la rue du Chanoine Martin, rue parallèle à de l’Église côté Est.) Coût : 8 $ non membres.

Info : 418 653-4785 ou 418 651-3837.

*

Pots et jardinières

La prochaine conférence de la Société d’horticulture de Saint-Nicolas qui aura lieu le mercredi 8 mai sera donnée par Suzanne Gingras et portera sur les pots et jardinières. Cette conférence aura lieu à 19h30 à l’Hôtel Comfort Inn & Suites situé au 1394, route des Rivières à Saint-Nicolas. Coût : 7 $ pour les non-membres.

Info : 418 839-8387.

*

Conception de boîtes à fleurs

La Société d’horticulture de Beauport vous propose une conférence sur la conception des boîtes à fleurs spectaculaires avec les nouveautés 2019 présentée par Suzanne Pineault. Elle se tiendra le mercredi 8 mai à 19h30 au Centre municipal Mgr Laval au 35, avenue du Couvent. Coût  : 6 $ pour les non-membres.

Info : 581 988-2556.

*

Graminées ornementales

La Société d’horticulture de Québec vous propose une conférence présentée par Chantal Michaud intitulée Choix et culture des graminées pour toute la saison de croissance. Elle aura lieu le jeudi 9 mai à 19h30 au Centre Marchand situé au 2740, 2e Avenue est à Québec. Coût : 6 $ pour les non-membres.

Info : 418 871-1665.

Pour toute activité horticole, écrivez-nous à courrierjardinierparesseux@yahoo.com.