La maison Pollack

Joyaux menacés: maison Pollack et YMCA du Vieux-Québec

Québec, ville d'histoire, de patrimoine mondial. Québec, aimant à touristes. Québec, qui veut se faire belle pour épater la galerie... La «fierpette» capitale peine toutefois à préserver certains de ses plus beaux atours.
Consultant en patrimoine chez Patri-Arch et chargé de cours à l'Université Laval, Martin Dubois (MD) s'en est récemment inquiété dans son blogue (www.contact.ulaval.ca/blogues). Le spécialiste nous convie à une visite guidée en 10 lieux menacés. Le directeur général d'Action patrimoine, Pierre B. Landry (PBL) agrémentera le parcours de ses commentaires. La conseillère municipale Julie Lemieux (JL), vice-présidente du comité exécutif, fermera la marche pour expliquer ce que la Ville fait (ou ne fait pas) pour préserver ces sites d'exception. En route!
Maison Pollack, 1, Grande Allée Est
MD «C'est un bâtiment laissé à l'abandon. Il n'y a aucun entretien depuis des années.» Une des dernières grandes maisons bourgeoises. Construite par un riche industriel en 1909, elle avait été rapidement acquise par le commerçant Maurice Pollack, immigrant juif. Depuis qu'elle a été transformée en maison de chambres, au cours des années 70, elle n'a pas été rénovée. «C'est vraiment une maison d'exception. Elle est unique par son histoire, par son architecture. C'est une des plus flamboyantes de la Grande Allée.» Seule maison de style néobaroque de Québec, elle témoigne de l'opulence des familles fortunées de l'époque.
PBL «[Le bâtiment] est très abîmé. La menace, elle est très, très réelle. [...] Il y a la bonne vieille méthode; on le laisse aller jusqu'à temps qu'il devienne dangereux et on le démolit.» Il sera impossible de rentabiliser les travaux nécessaires au sauvetage en conservant la vocation de maison de chambres actuelle. La facture sera trop imposante. «Il y a quand même du potentiel.»
JL «Il y a un permis de rénovations qui a été accordé. C'est surtout des rénovations intérieures pour l'instant. Tant mieux, ça veut dire qu'ils investissent dans l'immeuble.» Le propriétaire avait été rencontré par le directeur des grands travaux de la Ville. Il avait contesté des avis d'infraction au tribunal afin de repousser toute rénovation. «Ça traîne depuis plusieurs, plusieurs, plusieurs années ce dossier-là. [...] Mais là, on sent une volonté, une volonté de la préserver et d'en faire un vrai projet.»
<p>YMCA</p>
YMCA, Place D'Youville, coin des rues des Glacis et Saint-Jean
MD «Un bâtiment d'exception.» Le sauvetage tient à la naissance attendue du théâtre de Robert Lepage, Le Diamant. Un projet d'architecture a été lancé, même si le gouvernement québécois n'a pas confirmé sa participation de 30 millions $. L'équipe du dramaturge voudrait intégrer les façades de pierre au futur centre artistique. «On pense qu'il va être sauvé. Mais il faut voir comment ça va se faire.»
PBL Il ne subsiste que la coquille extérieure de ce bâtiment! «Il n'y a plus de murs, il n'y a plus rien à l'intérieur. [...] On n'est plus dans une situation de menace, il n'est plus là.» Robert Lepage, artiste promoteur, a déjà indiqué que les façades pourraient être intégrées au futur Diamant. «J'espère que Robert Lepage est un homme éveillé qui va les sauver.»
JL «C'est le projet de Diamant. C'est vraiment le ministère de la Culture qui va trancher; c'est dans l'arrondissement historique.» La Commission d'urbanisme et de conservation de Québec aura aussi voix au chapitre.