Jardins étincelants au coeur du Vieux-Québec [PHOTOS]

Raphaëlle Plante
Raphaëlle Plante
Le Soleil
Un décor féérique promet d’émerveiller petits et grands dès aujourd’hui dans le Vieux-Québec, alors que les Jardins de l’Hôtel-de-Ville se parent de guirlandes de lumières, de sapins de Noël, d’étoiles, de personnages du temps des Fêtes et d’un calendrier de l’Avent géant.

À défaut d’accueillir le traditionnel Marché de Noël allemand dans l’espace urbain attenant à l’hôtel de ville, on y a plutôt aménagé les Jardins de Noël allemand, qui reprennent les décors étincelants du marché, cabanes en moins. En résulte un endroit magique où il fera bon flâner au cours des six prochaines semaines, d’ici le 3 janvier. 

Pour Britta Kröger, présidente du Marché de Noël allemand de Québec, il était absolument inconcevable de ne rien faire cette année malgré l’annulation de la 13e édition dans sa forme habituelle. «Il n’a jamais été question de tout laisser tomber, mais les gens ont des expectatives par rapport au Marché. L’an dernier, on a accueilli 680 000 visiteurs en près de cinq semaines, selon une étude d’achalandage indépendante», indique Mme Kröger. Il fallait donc «faire les choses avec beaucoup de prudence» pour éviter les rassemblements en cette année hors de l’ordinaire.

«Dès le mois de mars, on a élaboré les plans A, B, C, D… On a pensé par exemple répartir les kiosques des marchands dans la ville, mais on avait peur de créer des files… Là c’est surtout un environnement pour flâner et prendre des photos», mentionne la présidente du Marché, qui invite les gens à porter un masque s’il y a beaucoup de monde dans les jardins. Mme Kröger souligne que des exposants seront toutefois accueillis au Grand Marché de Québec ainsi qu’aux Galeries de la Capitale.

Les Jardins de l'Hôtel-de-Ville prennent des airs d'Allemagne avec leurs décors et illuminations qui égaieront les lieux jusqu'au 3 janvier.

Programmation

Cinq kiosques traditionnels en bois se trouvent dans les jardins et doivent ouvrir à compter du 27 novembre selon un horaire variable. On y proposera des gourmandises à ramener à la maison, par exemple les fameux Lebkuchen (pains d’épices), mais il faudra oublier pour cette fois les hot-dogs européens ou le Glühwein (vin chaud). Mme Kröger souligne qu’un des kiosques sera mis à la disposition de restaurateurs de la capitale pour y offrir certains de leurs produits (sans consommation sur place toutefois).

Il faudra surveiller la page Facebook et le site Web du Marché de Noël allemand pour connaître au jour le jour la programmation dans les jardins. «On doit éviter de créer des rassemblements, et on se doit d’être flexible quant à l’évolution de la situation», explique Mme Kröger. Elle révèle qu’il est fort possible que le père Noël y fasse des visites de temps en temps, ou encore que des animations ambulantes se déploient dans les alentours.

À cela s’ajoute une programmation virtuelle, qui pourrait inclure par exemple un atelier pour apprendre à faire du Glühwein ou un bricolage. Un calendrier de l’Avent virtuel se déploiera aussi dès le 1er décembre.

Une boutique en ligne du Marché de Noël allemand, hébergée sur le site de Simons, propose des décorations typiques ou encore des Stollen, gâteaux de Noël traditionnels farcis à la pâte d’amande. «Il faut renflouer notre inventaire. La plateforme est en ligne depuis deux semaines et on a vendu tout le Stollen en à peine quatre jours!» indiquait Britta Kröger au Soleil mercredi, ravie de cet engouement.

Les Jardins de Noël allemand de Québec sont illuminés de jour comme de nuit, sept jours sur sept.

À LIRE AUSSI: