Popple, de Meaghan Hunter et Suzy Mélo, architectes paysagistes (Winnipeg, Canada). Dans un boisé, un grand voilage de disques métalliques multicolores danse dans le vent pour créer une mélodie et un buzz visuel évoquant le tremblement des feuilles du peuplier faux-tremble.

Jardins de Métis: l'insolite et la banalité magnifiés l'été prochain

Une création de Québec, une de Winnipeg, une autre de Tel-Aviv (Israël) et deux de Paris ont été retenues pour le Festival international de jardins qui sera présenté aux Jardins de Métis l'été prochain.
<p>Dans Se mouiller (la belle échappée), de Groupe A/Annexe U de Québec, le visiteur, chaussé de bottes, est invité à pénétrer dans une sorte d'étau où une plante est prisonnière. Il ne s'agit plus de contempler un jardin, mais d'interagir physiquement avec lui dans un milieu aquatique.</p>
<p>Les architectes de <em>Around-About</em>, de Talmon Biran architecture studio de Tel-Aviv, ont placé trois herses mobiles à l'intérieur d'un champ de gravier. Les visiteurs seront des participants actifs dans la composition et la décomposition de ce jardin à l'aide de ces instruments inspirés de la machinerie agricole traditionnelle.</p>
Trois cent neuf projets de jardins éphémères en provenance de 34 pays ont été soumis au jury par plus de 700 architectes, architectes-paysagistes, designers et artistes. Leur but? Intriguer les visiteurs avec de l'insolite et les impressionner avec de nouvelles façons de présenter la banalité.
Ces installations contemporaines extérieures sont connectées au monde naturel et leur caractère interactif encourage les visiteurs à y pénétrer.
Le Festival international de jardins a été fondé en 2000. Depuis, plus de 150 jardins y ont été présentés au public, in situ à Grand-Métis, ainsi que dans des lieux extra-muros au Canada et à l'étranger. L'événement établit un dialogue entre l'histoire et la modernité, entre la conservation, la tradition et l'innovation. Il se déroulera cette année du 26 juin au 27 septembre.