Jardin d’hiver dans la cour du Sacrilège

Raphaëlle Plante
Raphaëlle Plante
Le Soleil
Bien connu des gens fréquentant le quartier Saint-Jean-Baptiste pour sa magnifique terrasse cachée à l’arrière, le bar Le Sacrilège doit accueillir en novembre le Jardin d’hiver. Ce projet original signé Boon architecture en collaboration avec Atelier Mock/up permettra d’accueillir une trentaine de clients de plus pendant les mois les plus froids de l’année.

L’un des propriétaires du Sacrilège, Mathieu Villeneuve, indiquait au printemps au Soleil avoir donné le feu vert aux architectes malgré l’incertitude liée à la pandémie. Le projet est en voie de se concrétiser et devrait être installé «entre le 1er et le 30 novembre pour cette année», signale M. Villeneuve — à condition bien sûr que la situation le permette. Comptant environ 32 places assises, le Jardin d’hiver est démontable et sera normalement installé du 1er octobre au 1er avril dans les prochaines années, ajoute le copropriétaire.

La structure en bois sera composée de contreplaqué de bouleau découpé numériquement et laminé pour faire les membrures.

Pour réaliser un tel projet, Boon architecture a fait appel à Atelier Mock/up. «La technologie de fabrication numérique est de plus en plus utilisée dans le monde de l’architecture, mais ici au Québec c’est quasiment inexistant», souligne Jean-Nicolas Bouchard, architecte chez Boon Architecture. Fondé par Véronique Côté et Hugo Thibaudeau, Atelier Mock/up a développé une expertise en la matière et a généré un modèle de construction pour concrétiser le projet.

La structune de type résille sera démontable.

En forme de dôme, la structure en bois de type résille sera composée de contreplaqué de bouleau découpé numériquement et laminé pour faire les membrures, expliquent les cofondateurs dans un échange de courriels avec Le Soleil. «Des connecteurs en acier découpé laser permettront de venir connecter les sections préfabriquées pour faciliter le montage/démontage de la structure.» Celle-ci sera recouverte d’une toile transparente «dont les solutions techniques ont été puisées dans l’univers maritime», ajoutent Mme Côté et M. Thibaudeau, confiant que ce projet «possédait un niveau de complexité et de défi extrêmement stimulant».

L’espace de 10 pi par 16 pi (environ 3 m par 5 m) sous le dôme comprendra une grande banquette de chaque côté, ­en-dessous de laquelle il y aura du chauffage pour éviter d’avoir les pieds gelés. Ce sera une pièce tempérée qui fait un peu penser à un refuge forestier, précise Jean-Nicolas Bouchard. Et sa forme arrondie permettra d’éviter les accumulations de neige sur la structure, qui se trouve bien à l’abri du vent dans la cour intérieure du Sacrilège.

Un premier aperçu du projet, avant que des banquettes soient ajoutées de chaque côté.