Lorsque l’eau se retire, il y a un certain délai avant que les moisissures se développent, sauf si des zones du bâtiment étaient déjà affectées. Pour contenir le mal, il est conseillé d’intervenir dans les 24 à 48 heures.

Inondation: assécher pour contrer les moisissures

Pour croître, les moisissures ont besoin d’eau et de matière nutritive, comme le gypse ou le carton. Pas étonnant qu’en période d’inondation, ces champignons microscopiques, dommageables pour la santé en colonie, deviennent l’ennemi à abattre.

Au moment de l’inondation, avec la présence de l’eau, il n’y a pas encore prolifération de moisissures, puisqu’il n’y a pas d’oxygène. «On est en conditions d’anaérobie», explique Jean-Marc Leclerc, conseiller scientifique à l’Institut national de santé publique du Québec, responsable de l’équipe sur l’environnement intérieur.

Lorsque l’eau se retire, il y a un certain délai avant que les moisissures se développent. Sauf si des zones du bâtiment étaient déjà affectées, nuance M. Leclerc. Pour contenir le mal, il est conseillé d’intervenir dans les 24 à 48 heures.

À jeter

Il faut jeter les matériaux poreux endommagés par l’eau : panneaux de gypse, tapis, tuiles cartonnées, isolants, matelas, meubles rembourrés ou recouverts de tissus, peluches.

«On recommande d’enlever deux pieds supplémentaires de matériau, soit deux pieds au-dessus de la zone visible atteinte. Souvent, par capillarité, l’eau continue à monter, parfois en arrière, dans une partie qu’on ne voit pas.»

Il est plus difficile d’évaluer les dégâts sur la structure du bâtiment. Certains matériaux semi-poreux pourraient être sauvés par un sablage, mais il ne s’agit pas d’une décision simple à prendre. «Ça demande un examen plus minutieux et dans certains cas, il vaut mieux faire affaire avec une entreprise spécialisée», indique M. Leclerc.

Quant aux matériaux non poreux comme le verre, le métal, certains plastiques, il faut bien les nettoyer avec un détergent et de l’eau chaude propre. «Les gens qui ont des puits doivent faire attention, l’eau est contaminée dans un premier temps. Ils doivent faire évaluer sa qualité avant de la réutiliser.»

Se protéger

Durant les travaux de nettoyage, M. Leclerc rappelle l’importance de porter des gants, des bottes, voire un habit selon l’ampleur des dégâts. Urgence Québec suggère de changer de vêtements de nettoyage tous les jours et les laver séparément des autres vêtements.

Le conseiller scientifique recommande aux sinistrés de se doter d’un masque N95, facilement trouvable en pharmacie ou en quincaillerie. Il ajoute qu’il existe des aspirateurs dotés d’un filtre, pour empêcher les particules fines de retourner dans l’air.

Les autorités conseillent de faire le nettoyage en absence de personnes vulnérables, soit les jeunes enfants, les personnes asthmatiques ou allergiques et les personnes âgées.

Bien aérer

L’objectif ultime pour lutter contre la croissance de moisissures : bien assécher la maison. Après une inondation, le taux d’humidité peut rester élevé assez longtemps, prévient le conseiller scientifique. Idéalement, l’humidité de l’air dans la maison doit être maintenue entre 30 % et 55 %. Des appareils de mesure (hygromètres) sont offerts à peu de frais dans la plupart des quincailleries, souligne le gouvernement du Québec, dans un guide pour reconnaître et éliminer les moisissures à domicile.

Pour bien aérer la demeure, on ouvre les fenêtres ou l’on utilise des ventilateurs. Le ministère de la Sécurité publique recommande toutefois de consulter un électricien avant de rebrancher l’électricité et de consulter un spécialiste avant de remettre en marche les appareils de chauffage.

Un déshumidificateur peut aussi être utile. À condition de le vider et de le nettoyer régulièrement.

«Lorsqu’on règle bien le problème à la source, que l’eau s’est retirée, que les matériaux atteints par l’eau ont été enlevés, que tout a été asséché, que l’humidité relative est contrôlée, il n’y a pas de raison qu’un problème de moisissures subsiste. À moins qu’il y ait une autre source.»

Dans le cas d’une nouvelle inondation, il faudra toutefois procéder aux mêmes étapes pour se protéger contre les moisissures.

Devant un problème répété d’inondation, les gens devraient adapter leur maison, la mettre sur pilotis, abandonner leur sous-sol, ne rien y mettre sauf des pompes, estime M. Leclerc, qui appuie le gouvernement dans sa volonté d’aider certains propriétaires à se relocaliser.

Attention aux sacs de sable!

Quant aux sacs de sable empilés pour réduire les dégâts des inondations, il ne faut pas penser les récupérer pour faire des carrés de sables pour les enfants. Ils ont été détrempés par une eau réputée souillée, qui peut contenir des micro-organismes ou des organismes pathogènes, explique le conseiller scientifique. Les sacs touchés peuvent être retournés à la municipalité, recommande Urgence Québec sur son site.

CAA-Québec à l'écoute

Pour aider et guider les sinistrés au cours des prochaines semaines, CAA-Québec ouvre gratuitement à tous ses services-conseils, habituellement réservés à ses membres. Les gens touchés pourront poser leurs questions aux experts en auto et en habitation après le retrait des eaux.

«Notre travail, c’est de dire les vraies choses de façon neutre, et surtout, sans essayer de leur vendre quoi que ce soit. Au besoin, je peux recommander des entreprises fiables pour les aider », explique Alain Paquette, conseiller aux services-conseils habitation de CAA-Québec.

Les sinistrés peuvent joindre les services-conseils habitation au 1 866 789-9484 et les services-conseils automobiles au 1 888 471-2424, de 8h30 à 17h, du lundi au vendredi, et ce, sans frais jusqu’au 31 mai.

Liens utiles: bit.ly/2V7qHYW, caaquebec.com

+

Savoir repérer l’ennemi

En colonie importante, les moisissures dispersent dans l’air des particules, des spores et des composés respirables qui peuvent entraîner des problèmes de santé. Après une inondation, Urgence Québec recommande de porter attention à la présence d’odeurs de moisi, de terre ou d’alcool ainsi qu’à l’apparition de taches verdâtres ou noirâtres sur les murs ou les plafonds et dans les armoires.