Le Potmaker permet de convertir du papier journal en pots biodégradables.

Semis sous le signe du recyclage

Nous sommes en plein dans la saison des semis d'intérieur, et tomates, oignons et tagètes comptent parmi les nombreuses plantes que vous pouvez semer dans les semaines à venir. Faire des semis n'est pas sorcier : il vous faut du terreau, des semences, des pots, des plateaux, des dômes transparents et des étiquettes, voilà tout. Tout cela peut s'acheter, bien sûr, mais avez-vous pensé que vous avez déjà peut-être presque tout ce qu'il vous faut à la maison?
<p>Les contenants dans lesquels on vend les pâtisseries, les légumes, le poulet rôti, etc. font d'excellentes mini-serres pour les semis. </p>
<p>On peut facilement faire des pots biodégradables à partir de tubes de papier hygiénique.</p>
> Des pots à réutiliser
Le plus évident est de réutiliser tout simplement les pots et les alvéoles (six-packs) des années précédentes. Bien lavés, ils peuvent servir encore et encore. J'ai personnellement toute une collection de pots de toutes les tailles possibles dans mon sous-sol, propres et prêts à servir. Pour les semis, préférez les petits pots de 6,5 et de 7,5 cm, quitte à les transplanter dans des pots plus gros quand ils grandiront : mieux vaut que les semis soient un peu serrés dans leur pot au début.
Mais il y a aussi plein d'autres contenants qu'on peut convertir en pot. Pensez notamment aux contenants en plastique dans lesquels viennent les yogourts, les poudings, la margarine, etc. Les plus petits sont juste la bonne taille pour les semis individuels alors que les plus gros peuvent servent quand on veut faire produire plusieurs plants dans un contenant commun. Il faut les laver, bien sûr, et aussi percer un trou de drainage dans chacun.
Pour laver rapidement une grande quantité de pots et de contenants, mettez-les dans la laveuse, réglant la température à chaud et à cycle à délicat. Ajoutez du savon à vaisselle et une tasse du vinaigre, ce dernier produit aidant à dissoudre les sels minéraux qui se fixent parfois sur les pots déjà utilisés. Mon expérience est qu'il est difficile de laver les petits pots de plastique dans un lave-vaisselle, toutefois : ils sont trop légers et alors revolent partout.
On voit parfois les gens utiliser les alvéoles des boîtes à oeufs pour faire des semis, ou même semer dans des coquilles d'oeufs évidées, mais je trouve ces contenants trop petits : ils sèchent alors trop vite et on tend alors à perdre nos semis. Mieux vaut utiliser des pots un peu plus gros.
> Fabriquez des pots biodégradables
Parfois on a besoin de pots biodégradables, soit des pots qui se décomposeront au contact avec la terre. On y sème des plantes qui n'aiment pas que leurs racines soient manipulées, comme les concombres, les melons et les zinnias. En les semant dans un pot biodégradable, il suffit, au repiquage, d'insérer le pot au complet dans la terre et ainsi les racines ne seront pas endommagées... et pourront passer à travers les parois du pot à mesure qu'il décompose.
Traditionnellement, on utilise à cet effet les godets de tourbe qui sont facilement accessibles en jardinerie... mais il faut alors les acheter. Savez-vous cependant qu'il est facile de fabriquer des pots biodégradables chez soi?
On trouve notamment sur le marché un petit appareil en bois appelé le Potmaker. Si votre jardinerie locale ne l'offre pas, on peut facilement en faire venir un de plusieurs endroits sur Internet, notamment chez www.leevalley.com. Avec cet appareil, vous pouvez convertir du papier journal en petits pots biodégradables en deux temps, trois mouvements.
Ou prenez un tube de papier hygiénique, coupez quatre fentes à la base pour faire quatre rabats et pliez-les l'un après l'autre, glissant le dernier rabat derrière le premier, comme on ferme une boîte de carton. Cela vous donnera un fond pour retenir le terreau. Voilà un petit pot en carton biodégradable qu'on peut fabriquer en quelques secondes!
> Plateaux et dômes
Il faut placer nos pots de semis dans un plateau étanche pour éviter que le surplus d'eau s'écoule sur les meubles ou le plancher. Aussi, au début, on place un dôme de plastique transparent sur le plateau. Le dôme aide à maintenir une forte humidité et à stabiliser la température, deux conditions importantes pour la germination. Après la germination, il suffit d'enlever le dôme pour que les semis puissent profiter d'un mouvement d'air plus important.
Évidemment, vous trouverez sans difficulté des plateaux avec dôme assorti dans toute jardinerie, mais peut-être que vous en avez déjà exactement ce qu'il faut à la maison? En effet, les contenants en plastique transparent dans lesquels on vend les pâtisseries, les légumes, le poulet rôti, etc., semblent avoir été conçus précisément pour les jardiniers, tellement qu'ils conviennent bien aux semis. Le fond sert de plateau, le haut de mini-serre : on ne peut guère imaginer mieux!
Mais à défaut de ces contenants de plastique transparent, vous pouvez mettre vos semis sur n'importe quel plateau étanche et l'insérer dans un grand sac de plastique transparent. Pour éviter que le sac retombe sur les semis, piquez des pailles dans quelques pots, à la manière de l'armature d'une tente.
> Des étiquettes recyclées
Enfin, les semis se ressemblent beaucoup et il est facile de les mélanger. Donc, il faut toujours insérer des étiquettes dans les pots de semis à mesure qu'on les prépare. Et bien sûr, on peut facilement acheter des étiquettes convenables en jardinerie. Mais on peut également faire ses propres étiquettes à la maison. Des lamelles de vieux store en plastique coupées à 10 cm de longueur font d'excellentes étiquettes. On peut aussi couper des pots de margarine ou autres pots en plastique en languettes pour en faire. Reste à trouver un crayon indélébile pour écrire les noms!
> Semences récoltées ou conservées
On peut aussi récolter les semences du jardin pour les semer au printemps suivant. Ou conserver les semences en sachet non utilisées pour une autre année. Conservées au sec, les semences sont habituellement bonnes pour au moins trois ans.
> Le seul achat vraiment nécessaire
Et voilà, plein d'idées pour faire vos semis pour presque rien! Il ne reste qu'un seul achat qu'il faut vraiment faire. En effet, ne recyclez jamais du vieux terreau ayant déjà servi ni ne rentrez aucune terre de jardin : il y a trop de contaminants dans ces produits. Achetez plutôt toujours un terreau frais quand vous faites des semis.
Je souhaite un excellent succès avec vos semis... et, grâce aux techniques de recyclage et de réutilisation montrées, de belles économies sur toute la ligne!