Larve de coccinelle

Reconnaître les bons insectes du jardin

Quand on jardine, on en vient parfois à voir tous les insectes et autres arthropodes avec méfiance. Il y en a tellement qui s'attaquent à nos plantes, qui y percent des trous ou qui mangent leurs racines, qu'on a tendance à les considérer comme des ennemis. Pourtant, plusieurs insectes et arthropodes sont de grands amis du jardinier et il faut les encourager si l'on veut de bonnes récoltes. En voici quelques-uns.
Abeille
Que ce soit des abeilles domestiques, qui produisent le miel, des bourdons, qui pollinisent les fleurs inaccessibles aux autres abeilles, comme celles des tomates, ou encore les toutes petites abeilles maçonnes si polyvalentes, les abeilles sont une ressource vitale qu'il faut préserver à tout prix. Plantez des fleurs ornementales dans le potager pour les attirer et elles iront par la suite visiter les légumes qui ont besoin de leurs services. 
Acarien prédateur 
Petit acarien rouge de la taille d'une tête d'épingle, il se promène assez rapidement et est un prédateur vorace d'araignées rouges ou tétranyques à deux points, aussi des acariens. Par un étrange accident de dénomination, l'araignée rouge, beaucoup plus petite que l'acarien prédateur, n'est presque jamais rouge et n'est pas non plus une araignée. Si alors vous voyez un acarien de couleur rouge dans votre jardin, c'est probablement un ami!
Araignée
Toutes les araignées du Québec sont bénéfiques, sans exception. D'accord, leur apparence peut être un peu dégoûtante, mais elles mangent beaucoup d'insectes nuisibles, les attrapant dans leur fil ou les chassant. Nul besoin de les embrasser, il suffit de les laisser vivre leur vie, voilà tout!
Centipède
Bien que le nom centipède signifie «100 pattes», il en a beaucoup moins et le nombre varie selon l'espèce. Il mange les insectes qui vivent à la surface du sol ou même sous le sol qui, eux, mangent nos plantes. De ce fait, le centipède est un grand ami de nos jardins. 
Chrysope
Avec ses grandes ailes membraneuses transparentes et ses yeux dorés, cet insecte vert est assez joli. Les adultes se nourrissent de nectar, mais les larves, moins attrayantes, sont de voraces prédateurs de pucerons et d'araignées rouges. Une seule larve peut manger jusqu'à 30 à 50 araignées rouges en une heure.
Carabe
On découvre souvent ce coléoptère assez gros en sarclant ou en creusant dans le jardin. Sa carapace est généralement noir luisant, parfois vert métallique. Il mange les insectes nuisibles et surtout les limaces. Dans un jardin paillé, le nombre de carabes augmente alors que le nombre de limaces chute!
Chrysope
Coccinelle
Avides mangeurs de pucerons et d'autres insectes nuisibles, les coccinelles adultes ont l'avantage d'être assez jolies et d'avoir bonne presse, ce qui fait que la plupart des gens les reconnaissent et les conservent. En contrepartie, leurs larves, beaucoup moins jolies (elles ressemblent un peu à de mini-alligators), alarment parfois les jardiniers. Il faut apprendre à les reconnaître aussi, si l'on veut préserver les coccinelles!
Faucheur
Avec son corps en forme de bille et ses huit très longues pattes, le faucheur, plus correctement appelé opilion, n'est pas une araignée comme on le croit habituellement, mais un autre type d'arachnide. Il mange les pucerons, les chenilles et même les limaces. 
Guêpe ichneumon
Avec son long ovipositeur, cette guêpe très svelte, habituellement noire ou brune, pond ses oeufs dans les insectes nuisibles, notamment les chenilles, et les larves qui y éclosent les parasitent, les mangeant vivants. Elle n'est pas agressive envers les humains et ne pique que si vous la manipulez et même là, très rarement.
Syrphe
Syrphe
N'eussent été ses gros yeux qui se rejoignent sur le dessus de la tête, on pourrait prendre cette mouche striée noir et jaune pour une abeille ou une guêpe. Le syrphe peut faire du vol sur place et semble parfois suspendu dans les airs devant une fleur. Gourmande, la larve est un important mangeur de pucerons alors que l'adulte pollinise les fleurs. D'une pierre, deux coups!
***
Que faire pour attirer les insectes bénéfiques
1. Beaucoup d'insectes bénéfiques se nourrissent du nectar des fleurs pendant au moins une partie de leur existence. Cultiver les fleurs annuelles et vivaces est donc très important si l'on veut les attirer. Les plantes suivantes offrent des fleurs particulièrement attrayantes : achillée, cosmos, héliotrope, marguerite, rudbeckie, trèfle, verge d'or, zinnia.
2. Évitez le plus possible l'utilisation d'insecticides dans le jardin, car la plupart tuent sans distinction les insectes bénéfiques et nuisibles. S'il faut en appliquer, choisissez un insecticide doux, comme le savon insecticide, et appliquez-le tôt le matin, quand les insectes bénéfiques sont encore endormis. 
3. Fournissez un point d'eau où ils peuvent s'abreuver.
Centipède
4. Appliquez un paillis : beaucoup d'insectes bénéfiques l'utilisent pour se cacher.
5. Faites le moins de ménage possible, car c'est dans les soi-disant déchets de jardin que beaucoup d'insectes bénéfiques hivernent.
Cet été, gardez les yeux ouverts au jardin. Vous serez surpris du nombre d'insectes bénéfiques qui le fréquentent... maintenant que vous savez comment les reconnaître!
***
Réponses à vos questions
Où trouver un service de traitement contre l'agrile du frêne?
Q Je suis une résidente de Sainte-Foy qui possède sur son terrain privé un majestueux frêne. Dans Le Soleil, vous avez parlé de traitement préventif contre l'agrile du frêne. Pouvez-vous m'indiquer quelques entreprises qui sont accréditées pour faire ce traitement dans la Vieille Capitale ? 
Michelle Pelletier
R Il y a, en ce moment, peu de compagnies qui offrent ce service dans la grande région de Québec, car l'agrile est arrivé subitement : personne ne s'attendait à ce qu'il soit présent en si grand nombre si rapidement (on trouve de nouveaux arbres infestés presque tous les jours). De plus, ne peut appliquer le traitement nécessaire qui veut. Il faudrait un employé possédant un diplôme d'études professionnelles en foresterie ou la certification ISA (arboriste certifié), des permis (CD4 et C4) du ministère de l'Environnement, acheter l'équipement nécessaire pour l'application et suivre un cours spécialisé offert par BioForest, le fournisseur du pesticide utilisé, le Treeazin (à base de neem, un produit naturel). On parle probablement de coûts de 10 000 $ à 15 000 $ avant de traiter un premier arbre. -J'ai parlé à Jean Lamontagne, de Jean Lamontagne Consultants en arboriculture (418 624-2775), et sa compagnie se prépare à lancer le traitement au printemps prochain. Vous pourriez déjà réserver une place dans son horaire. Pour trouver un fournisseur autorisé accrédité actuellement, allez à bioforest.ca et cliquez sur «Trouvez un fournisseur de services», puis entrez le nom de votre ville.
Pour poser vos questions à notre chroniqueur, écrivez à courrierjardinierparesseux@yahoo.com.
***
Entretien à faire cette semaine
• Surveillez l'arrivée des chrysomèles dans les courges et les concombres et faites-les tomber dans de l'eau savonneuse.
• Coupez les vieilles tiges des framboisiers après la récolte (celles à l'écorce brune) pour laisser de l'espace aux jeunes tiges qui produiront l'an prochain.
• Si vous devez arroser un potager, faites-le le matin : le sol sera plus frais et alors l'eau appliquée aura moins tendance à s'évaporer. 
• Arrosez et fertilisez plus abondamment les paniers suspendus ; ils ont besoin de plus d'eau et d'engrais que les autres cultures.
• Appliquez du paillis après avoir désherbé pour empêcher la germination de mauvaises herbes.
***
Calendrier horticole
Visite du Domaine de l'Héritage et du lac Mégantic
La Société d'horticulture de Québec offre une visite libre du Domaine de l'Héritage de Saint-Séverin de Beauce et un tour guidé de la Ville de Lac-Mégantic le samedi 26 août. Dîner et souper inclus. Départ de Québec (Charlesbourg et Les Saules) à 8h45. Prix : 155 $. Information et inscription : 418 956-6389
Pour toute activité horticole, écrivez-nous à courrierjardinierparesseux@yahoo.com.