Les pivoines créent tout un spectacle lorsqu'elles fleurissent, mais elles n'apprécient pas les changements.

Quand diviser les pivoines?

La bonne réponse à la question ci-dessus est «jamais». En effet, si vous n'avez pas une excellente raison de vouloir diviser une pivoine herbacée (Paeonia lactiflora et autres), mieux vaut éviter de le faire. En effet, la pivoine réagit généralement mal à une division ou à une transplantation. Et d'ailleurs, plus longtemps vous la laisserez tranquille dans son emplacement d'origine, mieux elle fleurira. Oui, même après un siècle sans avoir été déplacée, une pivoine peut encore fleurir abondamment. Donc, tant que tout va très bien, mieux vaut la laisser tranquille.
S'il faut la déplacer
Mais parfois, il y a une bonne raison pour diviser ou pour transplanter une pivoine :
- Vous déménagez et voulez apporter la plante.
- Vous souhaitez partager une division avec un ami.
- Les conditions de l'emplacement ont changé (il est devenu trop ombragé, par exemple) et elle ne fleurit plus abondamment, voire pas du tout. 
Si c'est le cas, voici comment faire : 
Au bon moment
Déjà, la division est un choc terrible pour cette plante... mais il est encore plus grand quand on la fait au mauvais moment, notamment en plein été. La fin d'août et l'automne (septembre et octobre), quand la plante entre en dormance, sont les meilleures périodes pour y procéder.
Tant qu'à transplanter, divisez
N'essayez pas de transplanter une belle grosse pivoine intacte. C'est presque garanti qu'elle réagira mal au changement. Souvent, elle ne fleurira pas avant une décennie. Tant qu'à la transplanter, mieux vaut la diviser. Divisez la plante la rajeunit... et les jeunes pivoines sont plus adaptables que les vieilles. 
La division en 10 étapes
1. D'abord, coupez le feuillage à 15 cm du sol pour mieux voir ce que vous faites. Ce qui reste des pétioles servira de manches avec lesquels vous pourriez mieux manipuler les divisions. 
2. Déterrez la motte de racines. Si la plante a un certain âge, vous découvrirez qu'elle est énorme et lourde et que les racines tubéreuses sont longues, dodues et nombreuses, comme de grosses carottes. Préservez le plus de racines possible, mais pour extraire une pivoine du sol, il faut nécessairement en trancher quelques-unes. 
3. Rincez les racines avec un fort jet d'eau et, s'il le faut, avec une brosse pour faire tomber la plus grosse partie de la terre afin de mieux voir ce que vous faites. Vous découvrirez que ce qui semblait être une seule plante est souvent en fait plusieurs souches aux racines entremêlées. 
4. Si possible, laissez la motte de racines ramollir à l'ombre pendant quelques heures. Les racines sont moins fragiles quand vient le moment de couper. 
5. Si les racines tubéreuses sont très longues, coupez-les entre 15 et 20 cm de longueur.
6. Il est possible de diviser une pivoine en petits éclats, chacun avec un ou deux yeux (bourgeons). Mais vous attendrez sans doute plusieurs années avant que la plante fleurisse. Mieux vaut diviser la touffe en sections portant trois à cinq yeux. 
7. Utilisez un couteau tranchant et stérilisé (rincez-le dans l'alcool à friction entre chaque coupe) pour séparer les divisions. 
8. Il faut replanter les divisions dans un emplacement ensoleillé au sol riche, libre de racines d'arbre et bien drainé... où vous pensez qu'elles pourront résider sans être dérangées par une autre division avant au moins 10 ans. 
9. Creusez un trou de 3 ou 4 cm plus profond que la motte de racines, et trois fois plus large. Centrez la division dans le trou, avec les yeux à environ 2 à 5 cm de la surface. Si vous la plantez trop profondément, la pivoine peut ne jamais fleurir et ne produira alors que du feuillage (on dit alors qu'elle est borgne.)
10. Remplissez avec la terre prélevée (aucun engrais ne sera probablement nécessaire, à moins que le sol soit très pauvre), tassez légèrement et arrosez bien. Il peut être utile d'appliquer un bon paillis (7 à 10 cm) pour protéger le jeune plant contre les intempéries.
Le résultat
Normalement, une division à trois à cinq yeux plantée à l'automne produira déjà une fleur ou deux le printemps suivant, sinon le deux-ième printemps. Dans quatre ou cinq ans, la floraison commencera à être vraiment abondante... mais il faut environ 10 ans avant qu'une pivoine herbacée arrive à sa floraison maximale.
On appelle parfois la pivoine la reine des fleurs, mais c'est une reine entêtée qui boude quand les choses ne vont pas à son goût. Une chance, vous savez désormais la chouchouter!
***
Réponses à vos questions
Phlox attaqués par le blanc
Q Jusqu'à cet été, mes phlox étaient impeccables et très beaux. Mais voilà qu'ils sont attaqués par le blanc cet été. Sur environ trois pieds, à peine le tiers est encore vert. Je veux les couper, mais je ne sais pas trop comment disposer des débris. Est-ce que les risques de propagation sont importants? Serait-il préférable de tout enlever, les racines aussi, et de repartir avec une autre variété de phlox résistante à la maladie? Aussi, j'ai un potager à environ 12 mètres des phlox. Comme j'ai perdu mes tomates pour la même raison (le blanc) l'an dernier, je ne voudrais pas que l'histoire se répète.
Claire Turcotte
R D'abord, il faut comprendre que le blanc qui infeste le phlox est spécifique aux phlox et n'ira pas attaquer vos légumes. Il existe des centaines, voire des milliers de souches de blanc, chacune spécifique à un seul groupe de plantes. Ainsi, le blanc de la tomate est spécifique aux tomates, le blanc des courges est spécifique aux courges et aux autres cucurbitacées, etc. Il n'y a donc pas de risque pour votre potager.
Il y a deux courants de pensée en ce qui concerne le risque de déposer des plantes malades au compost. Certains disent qu'il ne faut jamais le faire, car la maladie risque de ne pas être détruite par la décomposition et pourrait alors être transmise à d'autres phlox plus tard. D'autres assurent que la décomposition des feuilles malades est un phénomène tout à fait naturel et qu'on peut déposer des feuilles malades au compost. Personnellement, je suis la deuxième lignée de pensée et mets toujours mes feuilles malades au compost. De toute façon, le blanc s'étend surtout par spores portées par le vent, pas par le compost.
Maintenant, à vous de décider comment procéder avec vos phlox. Vous pouvez les arracher, les composter et les remplacer par des cultivars réputés résistants au blanc (il y en a de plus en plus). Mais je vous suggère d'attendre une autre saison pour voir si la maladie revient. Certaines plantes normalement résistantes à une maladie peuvent en souffrir quand les conditions sont propices à son développement. C'est peut-être le cas cette année, d'autant plus que vos phlox n'en ont jamais souffert par le passé. Après tout, on dit qu'une plante est «résistante» aux maladies, pas immune. Une infestation occasionnelle n'est donc pas anormale. Si la maladie revient, toutefois, oui, remplacez les plantes malades.
Pour poser une question à notre chroniqueur, envoyez un courriel à courrierjardinierparesseux@yahoo.com
***
À faire cette semaine
• Au début de septembre, c'est le moment de rentrer les plantes d'intérieur qui ont séjourné à l'extérieur cet été.
• Il est encore temps de semer des épinards en vue d'une récolte automnale.
• Continuez de retourner le compost toutes les deux ou trois semaines. 
• Profitez des prix réduits en jardinerie pour acheter arbres, arbustes et vivaces.
• C'est la meilleure période de l'année pour poser ou semer du gazon.
***
Calendrier horticole
Tout des pivoines
La Société d'horticulture de Québec vous propose une conférence présentée par Rock Giguère intitulée Les pivoines : un charme rétro et nouveau. Elle aura lieu mardi à 19h30, au Centre Marchand, situé au 2740, 2e Avenue Est, à Québec. Coût : 6 $/non membres. Info : 418 871-1665
-----
Potager 2.0
Mercredi à 19h30, au 51A, rue Déziel, la Société d'horticulture de Lévis vous invite à une conférence avec Albert Mondor qui parlera du  «potager 2.0». L'assemblée générale annuelle se déroulera au début de la rencontre. Coût : 6 $/non membres.
Info : info@shlevis.org ou 418 838-9578
-----
Formation sur les cultures d'automne
Samedi les Urbainculteurs offrent une formation d'une journée sur le jardinage urbain qui portera sur les cultures d'automne, la conservation des légumes, les herbes médicinales et le compostage. Documentation fournie. Prévoyez crème solaire, chapeau, imperméable et bouteille d'eau. La formation aura lieu au Jardin de démonstration des Urbainculteurs, au Cégep Limoilou, situé au 1300, 8e Avenue, à Québec, de 9h à 16h. Prix : 55 $. Inscription obligatoire, écrivez à info@urbainculteurs.org
-----
Améliorer votre aménagement paysager
Avez-vous besoin d'un professionnel pour embellir un secteur de votre terrain? Prenez-en des photos et inscrivez-vous à l'atelier personnalisé d'amélioration d'aménagements paysagers organisé par la Société d'horticulture et d'écologie de Charlesbourg, qui se tiendra un soir de novembre prochain (date à confirmer avec les huit participants). Coût : environ 75 $. Informations et inscriptions : contactez Nicole Pocholle au 418 841-0700
Pour toute activité horticole, écrivez-nous à courrierjardinierparesseux@yahoo.com.