Les rudbeckies sont encore en fleurs à l’automne. Il vaut mieux alors les diviser au printemps.

La division des vivaces

Les vivaces n’ont jamais été aussi populaires et elles remplissent maintenant plus de jardins québécois. Un des attraits des vivaces est que l’on peut facilement les diviser afin d’en obtenir d’autres. Oui, mais quand et comment?

Printemps, été ou automne?

Théoriquement, on peut diviser une vivace en presque toute saison, mais une division en plein été est plus stressante pour la plante... et aussi, à cause de la chaleur, pour le jardinier. De plus, pour réduire le stress de la plante nouvellement repiquée, il faut arroser davantage. Ce n’est donc pas la meilleure période pour pratiquer une division. Mais si vous devez le faire pour une raison quelconque — un déménagement, par exemple — au moins vous saurez que c’est possible.

Habituellement, on pratique plutôt la division quand la plante est plus ou moins au repos: soit tôt au printemps, quand ses premières feuilles se pointent, ou à l’automne. Et cela permet de classer les vivaces en trois catégories. 

Les vivaces à floraison printanière

Elles sortent en toute vitesse au printemps et leur floraison a lieu avant la mi-juin. Et il n’y a pas que la floraison qui a lieu tôt dans la saison. Leur feuillage et leurs racines se développent tôt aussi. Les diviser au printemps risquerait de miner leur croissance. On va donc diviser ces vivaces à l’automne: fin août, septembre ou jusqu’à la mi-octobre. Dans cette catégorie, il y a des plantes comme l’iris de jardin, la pivoine, le pavot d’Orient et le cœur saignant.

Les vivaces à floraison estivale

Elles fleurissent entre la mi-juin et la mi-août. Elles sont solidement endormies en mai et ne commencent à «se grouiller» qu’en juin. En septembre, elles se reposent déjà. On peut donc diviser ces vivaces soit au printemps ou à l’automne. Dans cette catégorie, il y a l’hémérocalle, l’hosta et l’asclépiade.

Les vivaces à floraison automnale

Ces vivaces fleurissent après le 15 août. Plusieurs continuent de pousser et de fleurir même après les premiers gels. Comme elles sont encore en croissance à l’automne, les diviser à cette période pourrait nuire à leur survie. On va donc plutôt les diviser au printemps, quand leur croissance pour la saison est à peine entamée. Dans cette catégorie, vous trouverez l’aster, le chrysanthème, le sédum d’automne et la rudbeckie.

On divise les iris à l’automne.

Pourquoi diviser?

On ne divise pas une vivace sur un coup de tête. Après tout, pourquoi dépenser son énergie sans une bonne raison? Donc, on divise normalement pour l’une des raisons suivantes:

  • Pour en avoir d’autres exemplaires (pour une nouvelle plate-bande, par exemple, ou pour offrir en cadeau).
  • La plante devient trop dense et fleurit moins. Diviser la rajeunira et la floraison reprendra.
  • Elle est devenue trop grosse et vous voulez réduire son volume.
  • Ses drageons s’étalent trop loin et vous voulez la remettre à sa place.
  • Vous devez la déménager de toute façon (pour diverses raisons) et il vous sera plus facile de déplacer une plante plus petite.
Nul besoin de déterrer la plante au complet. Il suffit de trancher dans le sol pour libérer une section et de la transplanter ailleurs.

Comment diviser une vivace

Dans la documentation horticole, on fait grand cas de la «bonne technique» pour diviser une vivace. D’après cette méthode, on déterre de son mieux toute la motte de racines, on enlève la plante de son trou et on enfonce deux fourches de jardin, dos à dos, dans la motte. Tirant sur les fourches, on réussit à séparer la plante en 2… puis en 4, 8, 16, etc., en répétant l’action, sans briser une racine. Merveilleux… sauf que personne ne le fait!

Voici la technique que tout le monde applique pour diviser une vivace, même si personne n’ose l’admettre. Sans déterrer la plante (ce qui réduit le travail déjà des quatre cinquièmes!), prenez une pelle ou bêche tranchante, enfoncez-la dans la plante une fois, deux fois, trois fois, pesant sur l’outil avec votre pied s’il le faut, afin de découper une section en pointe de tarte. Déplacez la section prélevée, la replantant ailleurs, puis comblez le trou de terre, reposez du paillis et arrosez pour amoindrir le choc. C’est vite fait, c’est efficace… mais c’est un secret, juste entre vous et moi.

***

Chenille du papillon du céleri

RÉPONSES À VOS QUESTIONS

Chenille du monarque sur du persil?

Q J’aimerais savoir si la chenille qui est en train de manger mon persil est celle du papillon monarque.  Jeanne D’Arc Brochu

R Non. La chenille du papillon monarque (Danaus plexippus) ne peut se nourrir que d’une plante d’asclépiade (Asclepias spp.). Donc, si vous trouvez une chenille sur toute autre plante, ce n’est pas celle d’un monarque. Mais elle peut devenir un très joli papillon quand même! C’est le cas du superbe papillon du céleri (Papilio polyxenes). La chenille ressemble un peu à celle du monarque, mais est verte avec des bandes noires marquées de points jaunes ou orangés, alors que la chenille du monarque porte des bandes noires, blanches et jaunes et a une paire de filaments noirs à chaque extrémité du corps. 

Papillon du céleri

Le papillon du céleri adulte est l’un des plus jolis de notre région: noir aux taches jaunes et orange avec une queue sur chaque aile inférieure. Sa chenille se nourrit de céleri, mais aussi d’autres ombellifères, comme le persil, la carotte, le panais et le fenouil. Plutôt que de laisser la chenille manger votre persil, vous pourriez la transporter sur une plante de carotte sauvage dans un champ pas loin où elle ne dérangera personne. 

***

Le feuillage des cannas est d’allure très exotique, mais la floraison se fait attendre.

Floraison des cannas

Q Pourquoi mes cannas ne fleurissent-ils pas? Pourtant, le feuillage est très beau et bien haut. Merci beaucoup pour vos commentaires.  Céline

R Il faut une longue saison de croissance pour qu’un canna parvienne à la floraison, surtout les variétés de grande taille comme ‘Wyoming’, ‘Durban’ et ‘Cleopatra’. Habituellement, donc, la floraison commence en septembre ou même octobre. On peut raccourcir ce temps en les faisant démarrer à l’intérieur en mars, ce qui donnera à la plante deux mois supplémentaires pour atteindre sa croissance maximale et donc fleurir. Il existe aussi des cannas nains (moins de 120 cm de hauteur), presque tous des hybrides modernes, qui fleurissent tôt dans la saison (dès juillet) et à répétition par la suite. Peut-être que vous serez plus satisfaites avec une de ses variétés? Elles sont surtout disponibles en jardinerie au printemps.

***

Des questions svp!

Vous pouvez nous joindre par courriel à courrierjardinier paresseux@yahoo.com

Par courrier à: Le jardinier paresseux, Le Soleil, C.P. 1547, succ. Terminus, Québec (Québec)  G1K 7J6

***

Entretien horticole: à faire cette semaine

  • Comme on annonce un mois de septembre plutôt chaud, il n’est pas nécessaire de rentrer vos plantes d’intérieur au début du mois comme d’habitude.
  • Septembre est la meilleure période de l’année pour poser ou semer du gazon.
  • Pour prévenir le fendillement des fruits de tomate, gardez le sol également humide et, surtout, évitez de laisser les plantes sécher.
  • Continuez de retourner le compost toutes les deux ou trois semaines.
  • Laissez les plants de pois et de haricot se décomposer sur place afin d’enrichir le sol en azote.

***

Calendrier horticole

Entrée gratuite au Domaine Joly-De Lotbinière

Le Domaine Joly-De Lotbinière offre l’accès gratuit au site et au Centre d’interprétation le premier dimanche de chaque mois, dont le 2 septembre.
Info: 418 926-2462 ou www.domainejoly.com

**

Bulbes pour toutes les saisons

La Société d’horticulture de Québec vous propose une conférence présentée par Larry Hodgson intitulée Bulbes pour toutes les saisons. Elle aura lieu le mardi 4 septembre à 19h30 au Centre Marchand situé au 2740, 2e Avenue Est à Québec. Coût: 6 $ pour les non-membres.
Info: 418 871-1665

**

Cultiver votre ail

Mercredi 5 septembre à 19h30 au 51A, rue Déziel, la Société d’horticulture de Lévis vous invite à une conférence avec Sylvie Maurice qui expliquera comment cultiver l’ail. Coût: 6 $ pour les non-membres. Info: 418 838-9578 ou info@shlevis.org.

Pour toute activité horticole, écrivez-nous à courrierjardinierparesseux@yahoo.com.