On peut cultiver un jardin en pot presque n’importe où.

Gardez les plantes en pot en pleine forme

Le jardinage en bac et balconnière n’a jamais été aussi populaire. Que ce soit sur une terrasse, un balcon, une table ou un toit, tout le monde semble avoir son petit jardin de fleurs, de fines herbes ou de légumes. Et pourquoi pas, puisque c’est si facile? Mais encore faut-il entretenir les plantes… et cet entretien changera à mesure que la saison avance.

En effet, les plantes en pot grandissent, bien sûr, et cela, combiné avec leur floraison augmentée et la formation de fruits dans les cas de tomates et d’autres légumes, augmente leurs besoins en eau et en minéraux. Aussi, plus il fait chaud, plus les plantes perdent de l’eau à l’évaporation. Ajouté à cela le fait qu’on plante les végétaux en pot beaucoup plus serrés qu’habituellement afin de créer un plus bel effet, vous comprendrez que leurs besoins en arrosage — et en fertilisation! — vont aller en augmentant à mesure que l’été avance.

Un arrosage accru

Peut-être que, au début de la saison quand les plantes étaient petites, un arrosage par semaine suffisait pour votre jardin en pot. Maintenant qu’elles sont grandes, cela peut être deux fois par semaine, même plus, à moins que dame Nature ne vous aide avec une bonne pluie. Si vous avez choisi de petits pots (jamais une bonne idée!), il peut même être nécessaire d’arroser jusqu’à deux fois par jour! Soyez donc toujours aux aguets : n’attendez pas à ce que les plantes commencent à faner avant de réagir, car cela peut miner leur santé ou même les tuer. 

Pour savoir si vos plantes ont besoin d’eau, enfoncez l’index dans le terreau jusqu’à la deuxième jointure. S’il est sec, arrosez; sinon, essayez encore un ou deux jours plus tard. Tant qu’à arroser, faites-le abondamment, jusqu’à ce que le surplus commence à sortir des trous de drainage, signe que le terreau a absorbé toute l’eau qu’elle peut. Notez que, dans la plupart des municipalités, un tel arrosage manuel est permis en tout temps.

Un arrosage en profondeur, fait selon les besoins des plantes, est la clé du succès d’un jardin en pot.

Un paillis en pot aussi

Beaucoup de jardiniers amateurs couvrent leurs plates-bandes et potagers de paillis pour réduire l’évaporation et, par le fait même, les besoins en arrosage, mais saviez-vous que le paillis est efficace en pot aussi, réduisant les besoins en arrosage de jusqu’un tiers? Vous pouvez utiliser le paillis de votre choix. Une épaisseur de 5 cm devrait suffire.

Arrosage in absentia

Idéalement, vous passerez l’été à côté de votre jardin en pot, prêt à subvenir à ses besoins en arrosage, mais beaucoup de gens passent des vacances à l’extérieur. Comment alors satisfaire les besoins de vos plantes? Après tout, on ne peut pas se fier à dame Nature pour toujours arroser au bon moment!

L’idéal est sans doute de demander à un ami qui connaît le jardinage de passer régulièrement et d’arroser au besoin, mais à défaut de cette personne-ressource, vous pouvez toujours essayer d’automatiser l’arrosage. 

À cette fin, prenez une bouteille de plastique de 2 litres (une bouteille de 4 ou 5 litres vous donnera davantage d’autonomie) et percez un petit trou dans le bouchon avec un clou ou une perceuse. Remplissez la bouteille d’eau et inversez-la, enfonçant le goulot dans le terreau du pot. Cela vous donnera un petit système d’irrigation goutte à goutte qui libérera peu à peu l’eau dont les plantes ont besoin. 

Il est important d’essayer ce système quelques jours à l’avance, car le temps d’écoulement de l’eau variera selon la taille du trou percé. Si l’eau s’écoule trop rapidement, trouvez un autre bouchon, car il faudrait percer un trou plus petit. Trop lentement? Percez un deuxième ou troisième trou. Il existe aussi en jardinerie des embouts prépercés faits justement pour ce genre d’arrosage.

On peut facilement convertir une bouteille de plastique en système d’irrigation goutte à goutte.

Un engrais en supplément

Vous aviez probablement ajouté un engrais à dégagement lent à votre terreau au début de la saison. C’est bien, mais pas toujours assez. Avec la quantité de plantes grandissantes qu’il y a dans le pot et le lessivage des minéraux causé par la pluie, les minéraux viennent éventuellement à manquer. Prenez alors l’habitude de supplémenter la fertilisation par l’arrosage hebdomadaire avec un engrais soluble — des algues liquides, par exemple — appliqué selon le mode d’emploi indiqué sur l’emballage. 

Un nettoyage régulier

Enfin, bichonnez vos plantes en pot en enlevant les fleurs fanées et les feuilles jaunissantes. Les plantes seront d’autant plus belles et, souvent, plus productives aussi.

Un jardin en pot n’est pas difficile à maintenir, mais il faut quand même suivre davantage son progrès qu’un jardin en pleine terre.

+

RÉPONSES À VOS QUESTIONS

Après la floraison des pivoines

Q Que fait-on des boutons défleuris des pivoines quand les pétales sont tombés? Faut-il les couper tout de suite ou attendre?  — Hélène Perret

R    Beaucoup de jardiniers les suppriment au sécateur aussitôt la floraison terminée, sous prétexte que laisser mûrir les graines pourrait affaiblir la plante, mais c’est mal connaître les pivoines, certainement parmi les plantes de jardin les plus robustes. D’autres les laissent mûrir : après tout, une tige florale avec une capsule de graines à l’extrémité est beaucoup plus intéressante qu’une tige avec rien au bout. D’ailleurs, quand les graines mûrissent à l’automne et tombent au sol, cela donnera de bébés pivoines, souvent dans une vaste gamme de couleurs. Il faut patienter, bien sûr, car il peut falloir 3 à 5 ans avant de voir les premières fleurs, mais suivre le développement des pivoines, de semis à de grandes plantes florifères, est fascinant. Aussi, quand les capsules de certaines pivoines s’ouvrent, elles offrent tout un spectacle haut de couleurs, avec des graines rouge vif et noires.

Certaines pivoines, comme Paeonia mascula, offrent des capsules de graines décoratives.

Un figuier rustique?

Q Est-ce possible d’avoir des figuiers dans sa cour au Québec? Si oui, quelle variété survivra à notre hiver? Dois-je prendre des précautions pour qu’il le fasse?  —Charles

R    Il n’y a aucun figuier (Ficus carica) assez rustique pour le Québec, même si les jardineries vendent parfois des variétés dites rustiques comme «Chicago Hardy» et «Brown Turkey». Il faut comprendre que la rusticité d’une plante est relative. Le figuier classique de la Méditerranée est subtropical, de la zone de rusticité 8 ou 9, équivalent du climat du sud de la Californie ou du Portugal. «Chicago Hardy» et «Brown Turkey» seraient rustiques en zone 7 ou peut-être 6 b avec une bonne protection, assez peut-être pour pousser en Virginie, mais aucune région du Québec n’offre un hiver assez doux pour qu’un figuier puisse passer un hiver sans une protection très importante. Il est possible de cultiver un figuier en pleine terre dans nos régions, à condition de creuser une tranchée profonde d’au moins 1m et de l’y coucher à l’automne. Quand on le redresse au printemps, après que tout risque de gel est passé, il reprendra et parfois même produira quelques figues si l’été est exceptionnellement long. Il est beaucoup plus logique de cultiver un figuier dans un bac et de rentrer le contenant dans un garage un peu chauffé ou un sous-sol froid l’hiver. Le figuier perd ses feuilles à l’automne et peut hiverner à des températures juste un peu au-dessus de zéro. Ou encore, si vous avez assez d’espace dans la maison pour un petit arbre, vous pouvez le cultiver en permanence dans la maison comme plante d’intérieur.

Le figuier est un arbre subtropical, mal adapté au climat du Québec.

***** 

Des questions svp!

Vous pouvez nous joindre par courriel à courrierjardinierparesseux@yahoo.com

Par courrier à: Le jardinier paresseux, Le Soleil, C.P. 1547, succ. Terminus, Québec (Québec), G1K 7J6

+

CALENDRIER HORTICOLE

Insectes et maladies des jardins

La Société éducative Roger-Van den Hende offre une conférence sur les insectes et maladies des jardins avec Jean-Denis Brisson. Elle aura lieu le dimanche 14 juillet à 10h à la jardinerie Floralies Jouvence, 2020 avenue Jules-Verne, Québec. Coût: 2 $ pour les non-membres. Par la suite, il y a possibilité de participer à un repas collectif au nouveau restaurant Les Botanistes à la même jardinerie.

Info : societeeducativeRVDH@gmail.com ou 581 922-1034.

Concert au jardin

Le dimanche 14 juillet à 11h, il y aura au Domaine Joly-de Lotbinière un concert de l’Ensemble Terra Nova. On vous présentera le fascinant parcours des 760 pionnières de l’Amérique française: chansons, récits, airs à danser, musique de la cour de Louis XIV et envoûtantes mélodies amérindiennes. Avec commentaires et anecdotes historiques. Tarification spéciale.

Fleurs, broderies et dentelles

Le dimanche 14 juillet, de 13h à 16h c’est l’activité Fleurs, broderies et dentelles au Domaine Joly-De Lotbinière. C’est le 20e rendez-vous pour tous les amateurs de fins travaux des fils. Plus de 80 artistes et artisans, venus de partout au Québec, vous feront découvrir la beauté et la finesse de la broderie et de la dentelle. Il y aura des démonstrations et aussi un défilé de mode avec des robes des années 1920!

Info : 418 926-2462 ou www.domainejoly.com. Adresse : 7015, route de Pointe Platon, Sainte-Croix.

Parcours gourmand

Le Jardin floral de La Pocatière tient un parcours gourmand le dimanche 14 juillet à 10 , 14h et 16h avec Suzanne Hardy, botaniste et illustratrice botanique. L’activité comprend une visite du jardin et des bouchées du terroir. Coût : 15$. Adresse : 230, route 230, à La Pocatière, Québec.

Info : 418 856-1110, poste 1147 ou www.jardinfloraldelapocatiere.com

Pour toute activité horticole, écrivez-nous à courrierjardinierparesseux@yahoo.com.

+

ENTRETIEN HORTICOLE

À faire cette semaine

En période de canicule, tondez le gazon plus haut (à 8cm) pour protéger ses racines des dommages causés par le soleil brûlant.
Pour éloigner les oiseaux des petits fruits, installez un filet protecteur quand ils s’approchent de la maturité.
Pour prévenir la contamination, changez le nectar des mangeoires de colibris hebdomadairement; aux trois jours quand il fait très chaud.
Les limaces peuvent se cacher sous les pots de vos plantes. Vérifiez quotidiennement.