Les asters fleurissent juste au bon moment pour nourrir les monarques qui partent vers le Sud.

Fleurs d’automne pour nourrir les monarques

Depuis déjà cinq ou six ans, il y a un énorme battage médiatique chaque fin de printemps au sujet de la diminution de la population du papillon monarque (Danaus plexippus), ce joli papillon orange et noir qui migre tous les débuts d’été des montagnes du Mexique jusqu’au Québec, à l’extrémité nord de son aire.

On accuse la coupe des forêts au Mexique, le mauvais temps, les insecticides néonicotinoïdes et, surtout, l’utilisation massive d’herbicides dans l’agriculture moderne qui, nous dit-on, tuent les asclépiades (Asclepias spp.) nécessaires à sa survie.

En effet, les chenilles de monarque ne peuvent consommer autre chose que les feuilles de l’asclépiade. Ainsi, on encourage les jardiniers de planter des asclépiades chez eux… et ils le font. Jamais les asclépiades n’ont été aussi populaires dans nos plates-bandes.

Mais il manque un élément important à cette histoire, car il ne suffit pas de nourrir les chenilles, il faut aussi entretenir les papillons adultes. Et, là où ça va mal n’est pas au début de l’été quand les chenilles se nourrissent, mais à la fin, car les adultes doivent voler jusqu’au centre du Mexique. Tout au long de cette route d’environ 4800 kilomètres, ils ont besoin de fleurs riches en nectar.

Pénurie de fleurs automnales
En effet, les monarques adultes ne consomment que le nectar des fleurs. Contrairement aux chenilles, limitées aux asclépiades, ils peuvent se nourrir des fleurs d’une vaste gamme de plantes. Les adultes ont besoin de fleurs tout au long de l’été, mais dans nos régions, surtout à la fin d’août et en septembre, au moment où ils se préparent pour leur migration et la commencent. L’asclépiade n’est plus en fleurs à cette date, alors il faut d’autres végétaux.

Les plantes les plus intéressantes pour les papillons produisent des inflorescences aux fleurs regroupées, comme les Astéracées, les Apiacées et les Verbénacées. Les fleurs vivement colorées attirent beaucoup leur attention, mais ils sont relativement indifférents aux parfums. Attention aux fleurs doubles, toutefois : souvent, la multiplicité des pétioles rend le nectar inaccessible aux monarques.

La verge d’or est probablement la fleur que le monarque aime le plus.

La croyance qu’il faut se limiter aux fleurs indigènes est bien ancrée… mais erronée : des études récentes indiquent que c’est un mélange de fleurs indigènes et importées qui attire et nourrit le plus de papillons. Et la bonne nouvelle est que tout jardinier peut nourrir les monarques adultes en vue de leur voyage vers le Sud. Il suffit de cultiver un bon mélange de fleurs qui fleurissent tard dans la saison, à partir de la mi-août.

*

PLANTES À PAPILLONS À FLORAISON TARDIVE

Voici 25 plantes qui produisent un nectar copieux et qui sont en fleurs à la bonne saison pour nourrir les monarques migrateurs.

Agérate (Ageratum spp.), annuelle

 Aster  (Aster spp.), zone 2

Boltonie  (Boltonia spp.), zone 3

Célosie (Celosia spp.), annuelle

Coréopsis (Coreopsis spp.), zone 3

Cosmos (Cosmos spp.), annuelle

Dahlia (Dahlia spp.), annuelle

Échinacée (Echinacea spp.), zone 3

Les échinacées nourrissent les papillons l’été. Si l’on ne supprime pas les fleurs fanées, les oiseaux mangeront leurs graines l’hiver.

Eupatoire (Eupatorium spp.), zone 3

Gaillarde (Gaillardia spp.), zone 3

Lantana (Lantana spp.), annuelle

Liatride (Liatris spp.), zone 3

Népéta (Nepeta spp.), zone 3

Phlox des jardins (Phlox paniculata), zone 3

Rose (Rosa spp., variétés à fleurs simples), zone 3

Rudbeckie (Rudbeckia spp.), zone 3

Sauge russe (Perovskia spp.), zone 4b

Sédum (Sedum spp.), zone 3

Silphium (Silphium spp.), zone 4

Tagète ou œillet d’Inde (Tagetes spp.), annuelle

Tournesol (Helianthus annuus), annuelle

Verge d’or (Solidago spp.), zone 3

Véronicastre (Veronicastrum spp.), zone 3

Verveine (Verbena spp.), annuelle

Les monarques préfèrent les fleurs regroupées, comme ces verveines (Verbena bonariensis).

Zinnia (Zinnia spp.), annuelle

Rajoutez ces fleurs à vos plates-bandes et les monarques (tout comme d’autres papillons) seront très heureux!

***

RÉPONSES À VOS QUESTIONS

Pucerons jaunes 

J’ai planté au début de l’été des asclépiades dans mon jardin pour y inviter les papillons monarques. Je remarque une multitude de petits insectes sur un des trois plants. Sont-ils dommageables pour le plant?  Si oui, comment les éliminer sans risquer d’éloigner
les papillons? Jocelyne Drouin

Il peut avoir des certaines de pucerons jaunes sur 
une seule plante d’asclépiade.

Effectivement, les asclépiades sont sujettes à des pucerons jaunes appelés pucerons du laurier-rose (Aphis nerii). Les asclépiades semblent bien fleurir au début malgré leur présence, mais les pucerons peuvent transporter des maladies qui mineront leur santé par la suite. Les chenilles de monarque ne sont pas dérangées par leur présence et les deux partagent souvent la même plante. 

Évidemment, il n’est pas question d’utiliser des insecticides toxiques, même pas un savon insecticide, pour traiter les pucerons, car on ne veut pas tuer les monarques. Heureusement qu’ils sont assez faciles à contrôler de façon physique : un fort jet d’eau suffit généralement pour les faire tomber ou vous pouvez les enlever en glissant vos doigts aller-retour le long de la tige (le port de gants est permis!) jusqu’à ce qu’il n’en reste plus. 

Si quelques pucerons tombent au sol lors de vos traitements, ce n’est pas grave : ils n’ont pas l’instinct de chercher à remonter sur la plante. Il peut falloir répéter le traitement, car s’il reste un seul puceron sur la plante, l’infestation recommencera : les pucerons sont très prolifiques. D’ailleurs, ils se reproduisent sans fécondation : tous ces pucerons sont femelles. Elles donnent naissance à des nymphes qui peuvent à leur tour déjà donner naissance à d’autres dès l’âge de deux jours! Ainsi, la population augmente rapidement.

Comment trouver et cultiver le yacón

Q Connaissez-vous le yacón ou poire de terre (Smallanthus sonchifolius) de la famille des topinambours. Savez-vous où se procurer des tubercules? Pierre Blackburn

Tubercules de yacón

On peut en obtenir de la part de Flora Exotica, un site Web de la région de Montréal : www.floraexotica.ca. Le yacón est d’origine andine et est une grande plante mesurant jusqu’à deux mètres qui ressemble justement à un topinambour (Helianthus tuberosus), mais à grandes feuilles triangulaires. Il produit des tubercules souterrains comestibles qui goutent un peu la poire, d’où l’un de ses noms communs. Le fait que la plante ne tolère pas le froid, ce qui retarde sa mise en terre, et nécessite de plus une très longue saison de croissance (au moins sept mois) fait qu’elle n’est pas facile à produire dans nos régions. Peut-être pourriez-vous la réussir en serre chauffée? Personnellement, j’en cultive depuis trois ans, en serre l’hiver et dans le jardin l’été, je n’ai pas encore eu un seul tubercule! 

Des questions svp!

Vous pouvez nous joindre par courriel à courrierjardinierparesseux@yahoo.com

Par courrier à 

Le jardinier paresseux
Le Soleil
C.P. 1547, succ. Terminus
Québec (Québec)  G1K 7J6

***

ENTRETIEN HORTICOLE : À FAIRE CETTE SEMAINE

› Si vous voyez des tiges entièrement vertes sur une plante à feuilles panachées, comme un érable arlequin (Acer platanoides ‘Drummondii’), supprimez-les sans tarder, sinon elles viendront à dominer la plante. 

› Supprimez les feuilles jaunies et mortes de vos légumes et vivaces.

› Commandez maintenant les bulbes à floraison printanière afin qu’ils arrivent à temps pour la plantation automnale. 

› Comme vos plantes en pot grossissent, il faut les arroser plus abondamment ou plus souvent.

***

CALENDRIER HORTICOLE

Tendances et saveurs

Le samedi et le dimanche 18 et 19 août de 10h à 16h, le Domaine Joly-De Lotbinière tient son plus important événement horticole de l’été, Tendances et saveurs, qui allie les tendances horticoles et la découverte des saveurs au jardin. Il y aura des dégustations, des animations commentées, des activités pour enfants et des kiosques des produits agrotouristiques de la région. Rock Giguère donnera une conférence sur les nouveautés horticoles 2019, à 10h30, les deux jours et fera une visite animée des nouveautés, à 13h30, également les deux jours. Il y aura aussi une balade botanique au potager avec Isabelle Gourde à 10h les deux jours. L’apiculteur Mario Leclerc présentera une conférence sur La vie des abeilles le samedi à 13h30 et Larry Hodgson, sur les Plantes comestibles inhabituelles, le dimanche à 13h30. Adresse : 7015, route de Pointe Platon,
Sainte-Croix. Info : 418 926-2462 ou www.domainejoly.com

Insectes et maladies des jardins

Le samedi 18 août à 10h il y aura une conférence gratuite sur les Insectes et maladies des jardins avec Jean-Denis Brisson. L’activité aura lieu chez Floralies Jouvence, 2020, avenue Jules-Verne, Québec. Info : 418 872-0869.

Pour toute activité horticole, écrivez-nous à courrierjardinierparesseux@yahoo.com.