Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
L’épinette bleue du Colorado ‘Montgomery’ est une sélection réputée pour ses aiguilles bien bleues.
L’épinette bleue du Colorado ‘Montgomery’ est une sélection réputée pour ses aiguilles bien bleues.

Comment rendre votre conifère plus bleu?

Larry Hodgson
Larry Hodgson
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Les conifères aux aiguilles bleutées (épinettes, genévriers, pins, sapins, etc.) sont très populaires. Mais d’où vient cette coloration? Et comment faire pour la maintenir… et même l’augmenter?

Pas vraiment bleu

La coloration bleutée tant appréciée chez certains conifères n’est pas une véritable couleur. Les aiguilles de ces conifères sont en fait vert foncé, sans aucune trace de bleue. Ce qui leur donne cette coloration est la couche de cire blanche qui les recouvre, couche appelée pruine. C’est ce blanc translucide sur un fond vert qui nous paraît bleu. 

D’ailleurs, c’est ce qu’on voit sur les bleuets aussi. La baie est en fait pourpre, mais la pruine qui la recouvre est blanche et cette combinaison crée un effet bleuté. Mais si vous manipulez les bleuets, ils perdent leur pruine… et les conifères aussi. Si vous touchez leurs aiguilles, la pruine est enlevée et elles deviennent vertes.

Pour augmenter le bleu

Cette coloration bleue est tellement désirable que les jardiniers cherchent toutes sortes de façons pour l’augmenter. Ainsi, on voit diverses recommandations, notamment dans les médias sociaux, de produits à appliquer pour faire bleuir les conifères.

Par exemple, certains prétendent qu’enterrer des clous rouillés dans le sol autour de la plante rendra les conifères plus bleus, car cela donnera un supplément en fer à la plante. Malheureusement, il n’en est rien. La présence d’un supplément de fer ne change nullement la couleur.

D’autres encore disent que le sol doit être très acide pour stimuler l’effet bleu et recommandent alors l’application au sol de sulfate d’aluminium, un produit acidifiant. Ce produit, facilement disponible en jardinerie, est habituellement recommandé pour acidifier le sol des rhododendrons, des azalées et des bleuetiers qui ont effectivement besoin d’un sol acide pour bien pousser. Et il est vrai que la plupart des conifères préfèrent un sol acide (un pH de 5,5 à 6,0 alors que la plupart des feuillus préfèrent un pH entre 6,0 et 6,8), mais rendre le sol plus acide affectera plutôt leur croissance — ils pousseront plus rapidement et vigoureusement —, pas leur coloration. 

Plusieurs genévriers ont une belle coloration bleue, dont <em>Juniperus squamata</em> ‘Blue Star’.

Si vous voulez un conifère très bleu

Donc, si vous voulez un conifère bleu, achetez-en un qui est réellement bleu en pépinière. C’est l’unique solution. 

Par ailleurs, préférez les cultivars sélectionnés pour leur coloration bleutée aux conifères produits par semis. Par exemple, quand on multiplie une épinette bleue du Colorado (Picea pungens glauca) par semences, cela donnera des plants dans une vaste gamme de colorations, de vert (la majorité) à un peu bleu (rarement plus d’un tiers des semis) à très bleu (un semis sur plusieurs centaines). Par contre, un cultivar reconnu, comme P. pungens ‘Hoopsii’, ‘Koster’, ‘Edith’, ‘Montgomery’ ou ‘Super Blue’, multiplié par greffage ou bouturage, sera fidèlement bleu tous les ans. 

Autrement dit, c’est la génétique de la plante qui détermine sa coloration. 

Le sapin du Colorado (<em>Abies concolor</em>), comme le cultivar nain ‘Archer’s Dwarf’, est souvent aussi bleu que l’épinette bleue.

Pour garder votre conifère bleu

Si la génétique détermine la coloration initiale, il y a quand même des choses que vous pouvez faire pour mieux conserver cette coloration.

Premièrement, plantez votre conifère bleu au soleil. D’accord, il peut pousser à la mi-ombre, mais alors il s’étiole un peu et cela dilue un peu la pruine.

Sachez aussi que la pruine disparaît avec le temps, délavée peu à peu par la pluie. C’est pour cela que les conifères bleus sont davantage colorés au début de l’été, alors que les nouvelles aiguilles mûrissent. À l’automne, la couleur est moins intense, et moins encore à la fin de l’hiver, puis le cycle recommence. Notez aussi que les aiguilles de l’intérieur de la ramure d’un conifère bleu, donc des aiguilles de 2 ou de 3 ans, sont désormais entièrement vertes, puisqu’elles ont alors perdu leur pruine. Logiquement, donc, s’il faut arroser un conifère bleu, faites-le en humidifiant le sol, pas en arrosant son feuillage.

Il y a aussi des produits à ne pas appliquer sur les aiguilles de ces conifères, des produits qui peuvent faire fondre la pruine cireuse. Le savon insecticide (et d’ailleurs tous les savons) fait dissoudre la cire, l’huile de dormance encore davantage tout comme la plupart des pesticides qui contiennent aussi des solvants. Évitez donc de traiter vos conifères bleus avec des produits avant de vous informer sur leur effet.

Vous voulez un conifère très bleu? La solution est très simple : il s’agit d’acheter le conifère le plus bleu en pépinière, puis de le planter sous des conditions appropriées!

*****

L'ENTRETIEN DE LA SEMAINE

  • Repoussez les tiges des tomates à l’intérieur de leur cage quand elles commencent à en déborder. 
  • Fertilisez régulièrement les plantes cultivées en bac et en balconnière. Elles ont besoin de plus de minéraux que les plantes en pleine terre.
  • Pour éloigner les oiseaux des petits fruits, installez un filet protecteur quand ils s’approchent de la maturité.
  • Pour prévenir la contamination, changez le nectar des mangeoires de colibris hebdomadairement; aux trois jours quand il fait très chaud.

*****

DES RÉPONSES À VOS QUESTIONS

«J’ai découvert ces champignons dans mon potager hier matin. Ils étaient très nombreux le matin et ont séché pour disparaître presque complètement pendant la journée. Ce matin, il n’y avait que des traces de champignons séchés. C’est un nouveau potager installé l’été dernier. J’ai mis du paillis forestier acheté en sacs dans une jardinerie l’an passé et il restait du paillis dans la terre cet été. Comment expliquer la présence de ces champignons? Y a-t-il un moyen de s’en débarrasser? Est-ce que les légumes peuvent être consommés?»
— Caroline Rhéaume

Les champignons en question semblent être des coprins du genre Parasola, donc des champignons saprophytes qui vivent de matières organiques. Leur rôle dans la nature est d’aider à la décomposition, notamment du bois, et ainsi ils enrichiront le sol de votre potager et stimuleront la croissance de vos légumes. Il est normal d’en trouver dans un paillis et d’ailleurs, il y a sûrement des dizaines d’autres espèces de champignons bénéfiques moins visibles qui sont également à l’œuvre. On a déjà appelé les champignons saprophytes les «grands nettoyeurs de la nature» et leur présence est vitale. Aucun traitement n’est donc nécessaire : il suffit d’appliquer le principe «vivre et laisser vivre». Et vos légumes demeureront comestibles, bien sûr. 

Coprins plissés (<em>Parasola plicatis</em>) ou similaires dans un potager.

+

«J’aimerais savoir si les berbéris sont résistants aux sels de déglaçage.»
Céline Filion

Le berbéris le plus couramment cultivé dans notre région, soit Berberis thunbergii, aussi appelé épine-vinette, n’est que modérément tolérant aux sels de déglaçage et si vous doutez qu’ils soient abondants dans le sol de votre terrain, il vaut mieux lessiver au printemps (arrosez en profondeur à l’eau claire) pour dissoudre et emporter le sel. Par contre, il tolère très bien les embruns salins que les autos élèvent en roulant et qui atterrissent sur les plantes en bordure de chemin.

+

Oui, on peut tailler les arbustes avec un taille-haie.

«Je taille habituellement mes arbustes après la floraison, tige par tige. Le problème est que j’ai plusieurs cotonéasters, weigelas, rosiers rubrifolias, spirées de VanHoutte, physocarpes ‘Dart’s Gold’ et spirées japonaises ‘Flaming Mound’ et je trouve cela long de les tailler tige par tige. Y a-t-il des espèces parmi ceux-là que je pourrais faire avec un taille-haie?»
Françoise F.

Vous pouvez tailler presque tout arbuste avec un taille-haie motorisé et ainsi économiser beaucoup de temps. Les exceptions sont surtout les conifères ainsi que certains arbustes qui récupèrent lentement de la taille, comme les rhododendrons et les magnolias. Mais pour les autres, vous pourriez même les rabattre presque au sol et ils repousseront très rapidement. On appelle cela une taille de rajeunissement.

+

VOS QUESTIONS SVP!

Vous pouvez nous joindre par courriel à courrierjardinierparesseux@yahoo.com ou par courrier à :
Le jardinier paresseux
Le Soleil
C.P. 1547, succ. Terminus
Québec (Québec)
G1K 7J6

*****

CALENDRIER HORTICOLE

Vous cherchez des activités horticoles pour meubler vos temps libres? En voici quelques-unes pour les jours qui viennent.

Artistes à l’œuvre
Le samedi 10 juillet, venez admirer les artistes peintres du Kamouraska dans le décor enchanteur du Jardin floral de la Pocatière. Horaire : 10h à 16h. Activité gratuite. 230, route 230 ouest, La Pocatière, QC G0R 1Z0. Information : jardinfloraldelapocatiere.com

Radio CKIA et Facebook Live
L’émission radiophonique et virtuelle le Jardinier paresseux avec Larry Hodgson est offerte gratuitement les mercredis à 10h à CKIA-FM 88,3 et sur facebook.com/JardinierParesseux.

Formations horticoles en ligne
L’agronome Lili Michaud offre des formations en ligne que vous pouvez suivre à votre rythme dans le confort de votre foyer. Au programme : Les ravageurs et les maladies au potager, Le compostage domestique, Les fines herbes de la terre à la table, Le potager: planification, aménagement et entretien et Les trucs de culture de 25 légumes, de l’ail à la tomate. Coût: 25 $ et 30 $ + taxes. Info et inscription : lilimichaud.com

Pour toute activité horticole, écrivez-nous à courrierjardinierparesseux@yahoo.com