La clématite 'Jackmanii', groupe de taille 3, est la clématite la plus populaire sur le marché.

Comment préparer les clématites à l'hiver

Les clématites (Clematis spp.), ces grimpantes aux fleurs nombreuses et très colorées, n'ont jamais été aussi populaires, mais leur culture demeure source de confusion. On entend tellement de renseignements différents qu'on ne sait pas à quel saint se vouer. Et il est vrai que l'information a beaucoup changé au cours des années.
Quand j'étais gamin, j'aidais mon père à préparer les clématites pour l'hiver et nous décrochions les sarments pour les coucher au sol et les recouvrir de jute ou de paillis. Aujourd'hui, une telle pratique est considérée une hérésie. Après tout, les clématites ont des tiges très fragiles et les décrocher à l'automne pour les remettre en place au printemps donne deux occasions pour les briser. Et des blessures aux tiges peuvent laisser pénétrer des maladies, notamment le flétrissement de la clématite (Phoma clematidina ou Ascochyta clematidina). Donc, non, il n'est plus considéré sage de détacher les tiges à l'automne.
C'est la même chose pour la taille automnale. Autrefois recommandée, la consigne actuelle est de l'éviter.
Que faire alors pour protéger les clématites contre l'hiver froid à venir? Appliquez plus de paillis, tout simplement! En voici quelques détails.
Un paillis qui rafraîchit et qui protège
Peu de plantes apprécient autant les paillis que les clématites. Elles adorent le soleil et y fleurissent mieux, mais leurs racines craignent la chaleur et la sécheresse, préférant un sol frais et toujours un peu humide. La consigne d'autrefois était de toujours les planter au pied d'un arbuste ou d'une vivace qui créera de l'ombre et rafraîchira ses racines. Il faut les planter, disait-on, avec la tête au soleil et le pied à l'ombre. Ce conseil vaut toujours, mais de nos jours, on sait que si l'ombre des plantes avoisinantes rafraîchit le sol, leurs racines aussi l'assèchent. Donc, il faut arroser davantage quand ce sont les plantes qui créent l'ombrage pour les racines.
C'est pour cela qu'un paillis fait encore mieux le travail de garder le sol frais et humide que les racines, car il empêche le soleil de taper sur le sol, le gardant plus frais, et il n'absorbe pas l'eau. Couvrez le sol de 7 à 15 cm de paillis léger (feuilles déchiquetées, bois raméal, paille, aiguilles de pin, paillis forestier, etc.) à la plantation, tout simplement, et rajoutez-en quand il commence à se décomposer. 
Le paillis d'hiver
Voilà pour le paillis d'été, mais la meilleure protection hivernale pour les clématites est de rajouter encore plus de paillis au sol à l'automne, couvrant toute la zone de racines (environ 50 cm de diamètre). Une couche de 15 à 20 cm n'est pas trop. Ce paillis protégera non seulement les racines contre le froid (en plein hiver, il fait généralement au moins 5 °C plus chaud sous un paillis), mais, plus important encore, adoucira les soubresauts de température qui accompagnent l'hiver et qui sont souvent plus dévastateurs que le froid seul. En effet, quand le sol gèle et dégèle à répétition, il y a un grand risque de dommages aux racines. 
Profitez de la générosité de dame Nature qui dépose beaucoup de feuilles mortes au sol à cette saison pour offrir à vos clématites un paillis de feuilles. Déchiquetez-les sous la tondeuse pour faire un paillis plus fin et plus homogène qui ne part pas au vent.
Appliquez ce paillis d'hiver à la fin de l'automne, quand le sol commence à geler. 
Quand tailler les clématites?
Les experts classent les clématites en trois groupes de taille. Voici les consignes pour chacun :
Les clématites du groupe 1 (ou groupe A) fleurissent tôt au printemps sur le vieux bois, soit les tiges produites l'été précédent. On taille rarement ces clématites, mais s'il faut le faire, faites-le immédiatement après la floraison. On trouve notamment dans ce groupe les clématites alpines (C. alpina) et les clématites à grands pétales (C. macropetala), très rustiques (zone 3), ainsi que le beaucoup moins rustique C. montana (clématite des montagnes, zone 6). 
Les clématites du groupe 2 (groupe B) sont des hybrides à grandes fleurs qui fleurissent plus tard, vers la fin de juin, mais toujours sur le vieux bois. Souvent, elles prennent alors un temps d'arrêt, puis refleurissent à la fin de l'été. Il est donc difficile de savoir quand les tailler, car si l'on taille tôt, on perd la première floraison, si l'on taille tard, on perd le deuxième.
La clématite 'Hagley Hybrid' est du groupe 3. Facile à cultiver, elle a peu besoin de soins.
Encore, la consigne est de les tailler peu. Au printemps, attendez que les bourgeons apparaissent (ainsi vous saurez quelles branches sont vivantes et lesquelles sont mortes), puis supprimez seulement les parties mortes. Si les plantes deviennent trop hautes avec le temps, taillez à environ un mètre du sol, tôt au printemps. Vous perdrez alors une partie de la floraison... mais seulement l'année de la taille. 
Dans ce groupe, on trouve plusieurs cultivars de clématites à grandes fleurs, comme 'Asao', 'Marie Boisselot', 'Nelly Moser', 'Mrs Cholmondeley' et 'The President'.
Quant aux clématites du groupe 3 (groupe C), les fleurs apparaissent sur le bois de l'année, soit les tiges qui poussent au printemps. Leur floraison a lieu au milieu de l'été. Souvent, leurs tiges meurent de toute façon l'hiver, du moins dans leur partie supérieure, et la recommandation est de les tailler sévèrement tôt au printemps, à la fonte des neiges. Généralement, on rabat la plante à 60 cm du sol. 
On trouve dans ce groupe une vaste gamme de variétés comme le célèbre et très populaire 'Jackmanii', plusieurs autres variétés à grandes fleurs, comme 'Comtesse de Bouchaud', 'Duchess of Albany', 'Ernest Markham', 'Hagley Hybrid', 'Lady Betty Balfour', 'Polish Spirit', 'Princess Diana' et 'Ville de Lyon' et aussi les clématites italiennes (C. viticella et ses hybrides 'Étoile Violette', 'Purpurea Plena Elegans', etc.) et les clématites à fleurs jaunes (C. tanguitica et autres). 
En cas de doute
Mais que faire alors si vous ne savez pas à quel groupe votre clématite appartient? C'est facile : il s'agit de ne tailler que les tiges mortes, et cela, de préférence au printemps! Ainsi, elles fleuriront sur le bois nouveau dans certains cas et sur le vieux bois dans d'autres, mais elles fleuriront quand même. 
La clématite : pas aussi capricieuse qu'on le dit. Il suffit de lui offrir un entretien minimal à l'automne et une taille occasionnelle au printemps!
***
Réponses à vos questions
Le bougainvillier de Fernande Breton se couvre de bractées colorées et de petites fleurs blanches pendant l'été.
Entretien hivernal du bougainvillier
Q J'aimerais savoir comment m'y prendre pour conserver mon bougainvillier pendant l'hiver afin de profiter à nouveau de toute sa splendeur l'été prochain. À quel moment dois-je le rentrer ? Dois-je le mettre en dormance ? Le tailler ? Et que faire lorsque le printemps reviendra ?
Fernande Breton
R Le bougainvillier (Bougainvillea spp.) aime mieux les conditions en plein air que dans la maison et rouspète un peu quand on le rentre. Comme il tolère et même préfère un automne frais, mais craint le gel, vous pouvez le laisser à l'extérieur encore quelque temps, le rentrant seulement quand le gel menace. Dans la maison, vous avez deux choix : le garder en croissance ou le mettre en dormance. Pour le garder en croissance, il faut un ensoleillement maximal, donc une grande fenêtre au plein sud ou une serre très éclairée. Offrez-lui alors un entretien normal de plante d'intérieur, l'arrosant quand le terreau est sec au toucher, mais évitant toute fertilisation. Il perdra probablement beaucoup de feuilles, mais c'est normal pour cette plante qui entre en semi-dormance l'hiver dans la nature aussi. Au printemps, donnez-lui une taille sévère et reprenez la fertilisation. L'autre option est de le mettre en dormance à la rentrée. Placez-le alors dans un sous-sol frais, un garage un peu chauffé ou tout autre endroit froid, mais libre de gel, sans arrosage. Les feuilles tomberont, bien sûr. Au mois de mars, taillez-le sévèrement, remettez-le au plein soleil et recommencez un régime d'arrosages et de fertilisations réguliers. Dans les deux cas, acclimatez la plante peu à peu aux conditions d'extérieur à la fin de mai et placez-le au plein soleil estival. Il devrait bientôt recommencer à fleurir.
***
À faire cette semaine
1. Ramassez les feuilles et les fruits qui tombent sur la pelouse : elle est encore en pleine croissance et a besoin de lumière et d'aération.
2. Plantez les grimpantes à au moins 45 cm d'un mur de maison, sinon le surplomb pourrait empêcher l'eau de pluie d'atteindre leurs racines.
3. Quand vous plantez les bulbes (tulipes, narcisses, jacinthes, etc.), rappelez-vous que la partie aplatie va vers le bas et la partie pointue vers le haut.
4. Ne vous hâtez pas de récolter choux et poireaux tout de suite : leur goût s'améliore après qu'ils ont subi deux ou trois gelées.
5. Les poires ne mûrissent pas sur l'arbre. Il faut les récolter et les placer à la noirceur une semaine ou deux pour qu'elles «deviennent blettes» (qu'elles mûrissent également).
***
Calendrier horticole
Disco Soupe
Pour célébrer la Fête des récoltes et la fin de la deuxième saison au potager de la Nef, Sauve ta bouffe, Craque-Bitume et Verdir Saint-Roch vous invitent à une Disco Soupe. Des légumes «moches» seront transformés tous ensemble en une soupe collective, qui sera ensuite distribuée aux intéressés! Musique, animation et bonne soupe! Apportez votre éplucheur et votre bol ou tasse à soupe! L'activité est gratuite et a lieu au potager de Verdir Saint-Roch à La Nef (terrain du 160, rue Saint-Joseph Est) samedi de 10h à 15h. 
-----
Encan horticole
La Société d'horticulture de Sainte-Foy vous invite à un encan de plantes rares et difficiles à trouver sur le marché, de produits horticoles et de produits cuisinés par ses membres (confitures, ketchups, etc.). Elle se tiendra mardi à 19h30 au Centre Sportif de Sainte-Foy (aréna, deuxième étage) situé au 930, avenue Roland-Beaudin. Les profits vont à la Société. Sans frais. 
Info : 418 653-4785 ou 418 651-3837
-----
Bouturage et multiplication
La Société d'horticulture de Québec vous propose une conférence présentée par Suzanne Pineault intitulée Bouturage et multi-plication des plantes. Elle aura lieu mardi à 19h30 au Centre Marchand
situé au 2740, 2e Avenue Est à Québec. Coût : 6 $ pour les non-membres. 
Info : 418 871-1665
-----
Plantes insectifuges
Mercredi à 19h30 au 51A rue Déziel, la Société d'horticulture de Lévis vous invite à une conférence avec Sylvie Fullum qui parlera des plantes insectifuges aux pouvoirs insoupçonnés. Coût : 6 $ pour les non-membres. 
Info : info@shlevis.org ou 418 838-9578
Pour poser une question à notre chroniqueur ou pour toute activité horticole, écrivez à courrierjardinierparesseux@yahoo.com