L’ail au moment de la récolte

C’est à l’automne qu’on plante l’ail

L’ail (Allium sativum) est le mouton noir des légumes : il fait tout le contraire des autres. Juste le fait qu’il faille le planter à l’automne plutôt qu’au printemps fait de lui un légume assez unique.

On ne peut pas «semer» l’ail, du moins pas dans le sens classique du terme, car il ne produit pas de graines. Oui, au cours de sa domestication il y a quelque 5000 ans en Asie centrale, il a perdu la capacité de produire des fleurs fertiles. Il produit bien une tige florale (si vous ne le cueillez pas pour la cuisine comme «fleur d’ail» auparavant), mais aucune fleur ne se forme. Plutôt, la tête florale se remplit de petits bulbes. En laboratoire, on réussit à provoquer une floraison, ce qui permet l’hybridation, et ainsi obtenir des semences viables, mais cela n’arrive pas au jardin.

Qu’achète-t-on?

Quand vous achetez de l’ail à planter, actuellement offert en jardinerie, vous verrez qu’il ressemble aux mêmes bulbes d’ail qu’on voit au supermarché. Un assez gros bulbe couvert d’une «tunique»: plusieurs couches de peau papyracée blanche, pourprée ou striée. Vous ouvrez la tunique à la main pour extraire les petits bulbes à l’intérieur: les caïeux. Ce sont ces bulbilles que vous allez planter.

N’essayez pas de semer l’ail du supermarché! D’abord, il a souvent été traité pour ne pas germer (et vous, en tant que jardinier, voulez que les caïeux germent!). Mais aussi, l’ail du supermarché est généralement importé de la Chine et est l’ail à cou tendre, une variété de climat subtropical, mal adapté à nos hivers froids. Il vous faut un «ail à cou rigide» : c’est l’ail des régions nordiques. 

Il existe plusieurs cultivars d’ail adaptés à notre climat — ‘Purple Stripe’, ‘Rocambole’, etc. —, mais le plus populaire est ‘Music’. 

Hop, on plante!

Plantez l’ail à l’automne, de la fin d’août à la mi-octobre dans notre région, car il faut normalement lui accorder quatre à six semaines de croissance avant que le sol ne gèle pour l’hiver.

Préparez le sol en désherbant et en y intégrant du compost ou un engrais biologique.

Les gousses se plantent, les pointes vers le haut, au soleil dans un sol bien drainé et à une profondeur d’environ 9 cm de profondeur et à 12 à 15cm d’espacement. Couvrez de terre et arrosez. 

Par la suite, il est toujours bien de couvrir la plantation de 7 à 10cm de bon paillis. Les agriculteurs utilisent souvent de la paille à cette fin, mais les feuilles mortes déchiquetées sont le paillis de prédilection dans les potagers domestiques. Évitez le paillis de cèdre.

Les caïeux se mettront à pousser presque aussitôt que vous les avez mis en terre, mais leur croissance sera souterraine. Ils produisent surtout des racines à l’automne; les feuilles suivront au printemps. Il arrive parfois, si l’automne est très doux, que quelques feuilles commencent à sortir de terre en novembre. Couvrez-les de paillis après que le sol gèle, tout simplement.

Gousses d’ail prêtes à décortiquer et à planter

Pendant l’été

Au printemps, la plante sortira de terre : avec ses feuilles étroites et dressées, elle peut passer pour une graminée, mais l’odeur typique qu’elle dégage permet de le reconnaître.

L’entretien estival consiste surtout à arroser (si la pluie manque) et à désherber, car l’ail tolère difficilement la concurrence, mais si vous avez utilisé un bon paillis, il y aura peu de mauvaises herbes à contrôler. 

Au milieu de l’été, une tige florale poussera et fera un tour et deux dans l’air. (Pourquoi? Personne ne le sait!) C’est avant qu’elle se redresse qu’on la récolte comme «fleur d’ail». Même si vous n’en voulez pas, coupez la tige (laissant les feuilles intactes, toutefois) pour diriger l’énergie de la plante vers la formation de beaux caïeux.

Mouton noir ou non, l’ail est bien gentil parce qu’il nous dit quand le récolter. Lorsque les feuilles commencent à s’assécher, généralement au début d’août, il est temps. 

Pour la conservation, faites sécher les gousses quelques jours dans un endroit chaud et aéré. Les plus petites gousses serviront dans la cuisine. Les plus grosses? Plantez-les quelques semaines plus tard, ce qui assurera la récolte de l’année suivante!

Et l’ail des bois? 

Notez que l’ail des bois (Allium triococcum) n’est pas un ail véritable, mais une plante indigène du même genre (Allium, de la famille des Liliacées). Comme il est difficile à cultiver, on le récolte surtout à l’état sauvage. Malheureusement, il est en voie de disparition dans plusieurs régions du Québec dû à une récolte excessive.

> Cultivez l’ail en pleine terre : il est mal adapté à la culture en pot, car le sol y gèle généralement de part en part, tuant le bulbe.

Plantation des caïeux

+

RÉPONSES À VOS QUESTIONS

> Feuilles noires sur plante araignée orange 

Q Ma plante d’intérieur ne va pas bien. Elle a toujours des feuilles qui deviennent noires et sèches à sa base. Que faire?   —M. Larose

R    La plante en question est un peu mystérieuse. C’est une plante araignée (Chlorophytum), mais diffère de la plante araignée classique (C. comosum) par ses feuilles nettement plus larges, ses pétioles orange vif et l’absence de stolons. Ainsi, elle ne produit jamais de «bébés», seulement une rosette centrale.

Personne ne semble connaître son nom véritable : je vois Chlorophytum amanense, C. orchidastrum et C. orchidantheroides et aussi les noms de cultivar ‘Mandarin Orange’, ‘Fire Flash’ et ‘Green-Orange’. Je l’appelle plante araignée orange, faute de mieux. Le noircissement des feuilles est en partie naturel: les feuilles les plus anciennes, celles à sa base, meurent de vieillesse, tout simplement. Par contre, pour ralentir leur perte, on peut lui offrir les meilleures conditions possible: éclairage moyen, forte humidité ambiante pendant les mois d’hiver et un terreau qui ne s’assèche jamais tout à fait. Rempotez-le aussi au moins une fois tous les deux ans, changeant le terreau en le faisant.

Aussi, comme sa cousine, la plante araignée classique, il craint l’eau du robinet, souvent trop riche en minéraux à son goût. Certaines personnes croient erronément qu’en laissant l’eau se reposer dans un arrosoir toute une nuit, ces minéraux s’évaporeront, mais en fait, cela les concentre et empire la situation. Mieux vaut utiliser plutôt de l’eau de pluie, l’eau du déshumidificateur ou de l’eau distillée pour arroser cette plante. Et enfin, réduisez les applications d’engrais. Un engrais tout usage appliqué à 1/8 de la dose recommandée et seulement pendant le printemps et l’été est amplement suffisant.

Plante araignée

> Hydrangée bleue sans fleurs

Q Quand j’ai acheté une hydrangée bleue il y a 4 ans, elle était en pleine floraison. Depuis, elle n’a jamais refleuri. Est-ce que c’est normal?  —Aline Giguère

R    Oui, c’est parfaitement normal. D’ailleurs, il est rare que l’hydrangée bleue (Hydrangea macrophylla) fleurisse de nouveau. Si elle était en fleurs au moment de l’achat, c’est parce qu’elle a été cultivée en serre, à l’abri du froid. Une fois plantée en pleine terre, par contre, elle fait patate. Après tout, elle est de la zone de rusticité 6 b, deux zones plus chaudes que la nôtre (zone 4 b) et donc mal adaptée à notre climat. Habituellement, cette hydrangée gèle sévèrement au cours de l’hiver, ce qui tue les boutons floraux qui s’étaient formés au cours de l’été précédent. Toutefois, s’il y a une bonne couche de neige, la plante repoussera à partir de ses racines, produisant de belles feuilles, mais pas de fleurs. C’est seulement quand l’hiver est exceptionnellement doux que l’hydrangée bleue arrive à fleurir.

Malgré ce comportement décevant, l’hydrangée bleue est abondamment offerte en pépinière. Je suggère de la cultiver comme annuelle : achetez une potée en pleine floraison au printemps et quand la floraison est terminée, videz le pot dans le compost, tout simplement. C’est la seule façon de réussir cette plante si mal adaptée à notre climat nordique.

Si vous voulez une hydrangée qui réussit dans notre région, essayez plutôt une hydrangée paniculée (H. paniculata), celle aux grappes allongées de fleurs blanches qui deviennent roses à l’automne. Le taux de succès avec cette espèce de zone 3 est presque 100% et elle fleurit abondamment tous les ans sans aucun traitement spécial!

L’hydrangée bleue fait une excellente plante temporaire, mais un piètre arbuste permanent.

*****

Des questions svp!

Vous pouvez nous joindre par courriel à courrierjardinierparesseux@yahoo.com
Par courrier à Le jardinier paresseux, Le Soleil, C.P. 1547, succ. Terminus, Québec (Québec).  G1K 7J6

+

CALENDRIER HORTICOLE

Fabrication d’ornements de jardin

La Société d’horticulture et d’écologie de Portneuf invite la population à sa prochaine activité, l’atelier Fabrication d’ornements de jardin avec Claude Quirion, qui aura lieu le dimanche 15 septembre à 9h à la Salle des fêtes, 745, rue Vauquelin, Neuville. Gratuit pour les membres et les résidents de Neuville, 5 $ pour les autres.

Info : (418) 285-2981.

Bulbes à floraison printanière

La Société éducative Roger-Van den Hende offre une conférence sur la plantation des bulbes à floraison printanière avec Jean-Denis Brisson. Elle aura lieu le dimanche 15 septembre à 10h à la jardinerie Floralies Jouvence, 2020, avenue Jules-Verne, Québec. Coût : gratuit.

Info : societeeducativeRVDH@gmail.com ou (581) 922-1034.

Teinture naturelle et au shibori

Le Jardin floral de La Pocatière organise un atelier intitulé Introduction à la teinture et au shibori avec Julie Simoneau. L’activité aura lieu le dimanche 15 septembre à 13h au 230, route 230, à La Pocatière, Québec. Coût : 15$.

Info : 418-856-1110, poste 1147 ou www.jardinfloraldelapocatiere.com.

> Pour toute activité horticole, écrivez-nous à courrierjardinierparesseux@yahoo.com.

+

ENTRETIEN HORTICOLE

À faire cette semaine

> Pour le meilleur choix possible, achetez vos bulbes à plantation automnale (tulipes, narcisses, crocus, etc.) dès qu’ils arrivent
en magasin.
> Coupez au sol les cannes de framboisier remontant quand elles ont fini de produire.
> Prenez des boutures de pélargonium, de bégonias, de coléus, etc. pour décorer votre maison pendant l’hiver.
> Si possible, laissez les cactus à l’extérieur, au soleil, mais à l’abri de la pluie, jusqu’à la fin octobre. Cela peut aider à en stimuler la floraison.