Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les haricots viennent en plusieurs couleurs.
Les haricots viennent en plusieurs couleurs.

2021, l’année du haricot

Larry Hodgson
Larry Hodgson
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Saviez-vous que le National Garden Bureau* a déclaré 2021 comme étant l’année du haricot? Découvrons ensemble plusieurs caractéristiques fascinantes de ce légume populaire et facile à cultiver!

Le haricot (Phaseolus vulgaris) est l’une des plus anciennes plantes cultivées, domestiqué il y a environ 6000 ans au Mexique. Il était déjà abondamment cultivé partout au Nouveau Monde avant l’arrivée des Européens et faisait partie des trois sœurs, cette plantation commune de trois légumes dans le même emplacement (maïs, courges d’hiver et haricots grimpants) connue des Premières Nations jusqu’à dans la région de Québec. C’est Christophe Colombe qui l’introduisit en Europe après son deuxième voyage dans le Nouveau Monde en 1493.

À l’origine, le haricot était une plante grimpante avec une tige volubile qui s’entortillait autour de son support. D’ailleurs, il se cultive toujours de cette façon, sur les treillis et les filets, dans nos potagers: on appelle ces variétés haricots à rame. Toutefois, le haricot nain est bien plus populaire auprès des jardiniers, même s’il est beaucoup moins productif. 

Plus souvent on récolte les haricots, plus ils produisent de gousses.

Tous les haricots portent des feuilles divisées en trois folioles. Les fleurs blanches, roses ou violettes s’autopollinisent, ainsi aucun pollinisateur n’est nécessaire. Les fleurs cèdent la place à des gousses de 8 à 20 cm de longueur qui peuvent être de différentes couleurs: vert, jaune, rouge, noir, pourpre ou marbré.

Le haricot se consomme frais, cru ou cuit, sous forme de gousse (cosse) quand les graines sont encore immatures, ou après la maturation du fruit, on les utilise écossées, comme grain sec (haricot sec), consommé alors après trempage et cuisson.

Autrefois, le haricot possédait un long fil fibreux et un parchemin indigeste qu’il fallait enlever avant la consomption, mais de nos jours, la plupart des variétés sont «sans fil»!

Culture du haricot

Attendez que le sol paraisse tiède au toucher (environ 21°C) avant de semer ce légume frileux. Plantez les grosses graines directement au jardin à 2 ou 3 cm de profondeur et environ 8 cm d’espacement dans un sol riche et moyennement humide, au plein soleil si possible. Maintenez le sol humide au début. Les graines germent et poussent rapidement et ensuite on peut ajouter un bon paillis au sol pour protéger leurs racines de la sécheresse.

Il faut semer le haricot nain aux deux ou trois semaines pour obtenir une récolte durable. Le haricot à rame, par contre, produit des gousses pendant six à huit semaines: un seul semis peut donc suffire. 

Il est important de récolter les haricots pour la consommation fraîche quand ils sont encore tendres et sveltes, mais craquent sous les doigts lorsqu’on les casse. Si on les laisse trop mûrir, ils deviennent bosselés et coriaces et développent un goût pâteux. Aussi, la plante arrête alors de fleurir et donc de produire des gousses. Plus on cueille souvent, plus la plante produit!

Quelques détails surprenants

  • Une portion de haricots fournit autant de protéines (7 grammes) que 28 grammes de viande.
  • Les haricots sont une bonne source de fibres, de vitamines A, C et K et d’antioxydants.
  • Les haricots pourpres deviennent verts après la cuisson.
  • On confond souvent le haricot avec la fève. Ce nom appartient plutôt à une autre légumineuse, la fèverole (Vica faba), appelée aussi gourgane.
  • On peut aussi manger les fleurs et les feuilles de haricot.

Bonne culture de haricots cet été!

*Une association internationale à but non lucratif faisant la promotion de l’horticulture

****

L'ENTRETIEN DE LA SEMAINE

  • Il peut encore y avoir des nuits froides. Lorsqu’on annonce des températures nocturnes inférieures à 13°C, rentrez les plantes frileuses cultivées en pot (tomates, concombres, impatientes, etc.) dans un garage ou un cabanon. Si vous avez déjà planté des végétaux frileux en plein air, n’oubliez pas de les recouvrir durant la nuit.
  • Réactivez votre compost en y mélangeant des ingrédients frais et une petite poignée de terre prélevée dans le jardin.
  • Si vous avez mis en pratique le conseil de ne pas tondre le gazon en mai (en mai, laissez pousser!) pour préserver les fleurs si importantes pour les abeilles, vous pouvez commencer à tondre quand les dernières sont fanées.

*****

DES RÉPONSES À VOS QUESTIONS

Un peu de mousse sur un toit n’est pas très dérangeant, mais quand elle s’accumule, elle peut causer des dommages.

Je vous envoie une photo de la toiture de mon garage. Il y a deux ans, j’ai commencé à voir de la mousse dans les espaces du bardeau d’asphalte. J’aimerais savoir s’il y a une façon de se débarrasser de cette mousse?
— Solange Lévesque 

En petite quantité, la mousse n’est pas nuisible au toit, mais quand elle commence à s’étendre, comme c’est le cas dans la photo, elle peut s’insérer sous les bardeaux et les surélever, laissant pénétrer l’eau, d’où un risque de dommages. Heureusement qu’il est possible de l’éliminer en très bonne partie avec un jet d’eau et une brosse, tout simplement. 

Pensez sécurité en premier lieu. Placez l’échelle d’accès pour qu’elle soit solidement fixée et enfilez des chaussures antidérapantes, de vieux vêtements, des gants en caoutchouc et des lunettes de protection. Il serait peut-être même sage de vous sécuriser avec une corde autour de la taille.

Arrosez la zone affectée à l’eau claire, en pulvérisant avec un angle, dirigeant le jet vers le bas. Ensuite, utilisez une brosse à long manche à poils souples pour enlever la mousse du toit, en frottant toujours de haut vers le bas pour éviter de soulever les bardeaux. N’utilisez pas de nettoyeur haute pression sur le toit : les jets d’eau puissants peuvent endommager les bardeaux.

Normalement, ce traitement suffit pour éliminer la mousse pour une ou deux années, mais elle aura tendance à repousser éventuellement, car si elle s’y est installée, c’est que les conditions lui plaisent. Parfois il peut être utile d’enlever les branches d’arbre surplombant le toit, car leur ombre aide à stimuler la croissance de la mousse, ou de vaporiser le toit avec un savon anti-mousse comme le DeMoss de Safer’s.

+

La gloire du matin pousse rapidement et crée une belle intimité.

Je cherche une plante grimpante qui grandira rapidement afin d’avoir de l’intimité sur mon balcon exposé à la vue de tous. Idéalement, la plante atteindra 2,4 m de hauteur. Que me suggérez-vous?
— Aline C.

Sur un balcon, il n’est pas nécessairement facile de conserver des plantes grimpantes vivaces ou arbustives, comme des clématites ou des chèvrefeuilles. De plus, leur croissance est très lente. Mieux vaut alors cultiver des grimpantes annuelles, faciles à produire par semences semées en pot au début de l’été. Elles poussent rapidement et peuvent atteindre une très bonne hauteur si vous leur fournissez un treillis ou un filet. 

Parmi les choix possibles, il y a la gloire du matin ou ipomée, le haricot d’Espagne, le dolique pourpre, le haricot à rames (oui — un légume!), la thunbergie (suzanne aux yeux noirs) et la capucine grimpante.

*****

CALENDRIER HORTICOLE

Radio CKIA et Facebook Live
L’émission radiophonique et virtuelle Le Jardinier paresseux avec Larry Hodgson est offerte gratuitement les mercredis à 10h à CKIA-FM 88,3 et sur www.facebook.com/JardinierParesseux.

Formations horticoles en ligne
L’agronome Lili Michaud offre des formations en ligne que vous pouvez suivre à votre rythme dans le confort de votre foyer. Au programme : compostage domestique, fines herbes, potager, trucs de culture de 25 légumes. Coût : 25 $ et 30 $. Info : lilimichaud.com

Pour toute activité horticole, écrivez-nous à courrierjardinierparesseux@yahoo.com