La capillaire du Canada

Horticulture: fougères indigènes à découvrir

Les fougères sont des plantes uniques. Elles ne fleurissent pas, mais se reproduisent à partir de spores. Et leurs feuilles, appelées frondes, sont inévitablement très découpées, ajoutant une note de légèreté à l’aménagement.

Curieusement, elles sont enroulées au début, comme une crosse de violon. Elles ont une allure primitive, rappelant l’époque des dinosaures… et c’est une idée assez juste. Les fougères étaient parmi les premières plantes vertes à sortir de la mer, il y a 360 millions d’années. Au Carbonifère, elles dominaient la planète, atteignant la taille d’arbres. D’ailleurs, les fougères arborescentes existent toujours… dans les pays chauds.

Mais primitif ne veut pas dire faible et d’ailleurs, on trouve des fougères dans presque tous les habitats, du désert à la jungle, de l’Arctique aux tropiques, sous l’eau et sur les branches d’arbres. En fait, avec plus de 13 000 espèces, les fougères composent le plus grand embranchement végétal après les Angiospermes!

La majorité des fougères sont de climat doux, mais on trouve aussi des centaines d’espèces dans les régions tempérées. Elles affectionnent souvent des milieux ombragés, souvent les sols plutôt acides et humides, mais il y a des exceptions à toutes ces règles.

Trois fougères indigènes à découvrir
Voici trois fougères bien de chez nous qui méritent une place dans nos jardins.

1 Capillaire du Canada (Adiantum pedatum)
Peut-être la plus belle de nos fougères indigènes. De taille modeste, le capillaire du Canada est d’apparence très délicate, avec ses pétioles minces et noirs comme un cheveu… d’où le nom capillaire. La fronde se divise curieusement, comme le guidon d’une bicyclette. Les petites folioles en éventail rappelant les feuilles du ginkgo (Ginkgo biloba) et repoussent l’eau qui perle alors à leur surface.

L’apparence fragile du capillaire dément sa constitution solide. Elle pousse facilement dans les sols acides et (chose rare pour une fougère) alcalins, si possible riches et légèrement humides, à la mi-ombre et à l’ombre. 30 à 60 cm x 30 à 60 cm. Zone 3.

2 Fougère à l’autruche (Matteuccia struthiopteris)

La fougère à l'autruche

Avec ses grandes frondes qui forment une pyramide inversée, cette fougère inculque un effet tropical à l’aménagement. C’est aussi la fougère qui produit la célèbre tête-de-violon, ce légume indigène qui se trouve dans nos assiettes au printemps. Les longues frondes rappellent une plume… d’autruche, comme le nom le suggère. Les frondes fertiles, brunes et rigidement dressées, portent les spores de la prochaine génération.

La fougère à l’autruche se multiplie abondamment par stolons souterrains, produisant des plantes secondaires à environ 30 à 45 cm de la plante mère.

Cette fougère peut pousser presque n’importe où, du soleil à l’ombre, des milieux inondés au printemps à secs l’été, mais préfère un sol constamment humide. D’ailleurs, dans un milieu trop sec, elle entre en dormance estivale et perd ses belles frondes. 90 à 160 cm x 90 cm. Zone 2.

3 Polystic faux-acrostic (Polystichum acrostichoides)

Le polystic faux- acrostic


Appelé par les anglophones «Christmas Fern», c’est une des rares fougères rustiques à feuillage persistant. En Nouvelle-Angleterre, on fait des guirlandes de Noël avec ses frondes. Elle forme une rosette symétrique de frondes pennées vert foncé luisant. Elle préfère l’ombre et la mi-ombre et elle est parmi les meilleures fougères pour les emplacements plutôt secs. 30 à 45 cm x 30 cm. Zone 3.

Encore d’autres!
Si vous vous donnez la peine de chercher, vous découvrirez encore beaucoup d’autres fougères superbes, indigènes ou importées d’autres pays. Pour les jardiniers qui se plaignent que rien ne pousse dans leur plate-bande trop ombragée, voilà une solution facile.

*

RÉPONSES À VOS QUESTIONS

Thuyas en difficulté

Q J’ai une question pour vous à propos de l’état de mes deux Thuja occidentalis ‘Smargd’ (‘Emerald’). Suite à ce dernier hiver, ils ont un côté bruni et sec. J’ai frotté les branches sèches afin de faire tomber les écailles brunes et ainsi je pense que le soleil va aider les nouvelles pousses. Je mets de l’engrais Myke pour conifères 7-3-5 au printemps et à l’automne et ils se portent normalement bien. Est-ce que je peux faire plus pour eux pour qu’ils puissent se rétablir? — Louise

Un thuya sérieusement endommagé par le froid de l’hiver dernier. La moitié supérieure de celui-ci est probablement irrécupérable.

R Vos thuyas (cèdres) ne sont pas les seuls qui ont écopé l’hiver dernier. Partout dans la région, il y a des thuyas avec beaucoup de branches brunes et mortes. On se rappelle qu’après un automne exceptionnellement doux à la fin de 2017, l’hiver a commencé en lion, avec des froids extrêmes, soit presque deux semaines avec des températures aussi basses que - 25°C, et ce, dès décembre, avant que les végétaux n’aient eu le temps de s’y préparer. 

Déjà, un grand froid qui perdure est beaucoup plus dommageable aux plantes qu’un grand froid passager. Vous avez bien fait d’enlever les parties brunes et si les branches aux alentours verdissent maintenant, c’est que l’arbre est en train de récupérer. Si, par contre, de grandes sections sont entièrement mortes, ne montrant aucun signe de vie au début de l’été, la récupération risque d’être très lente, s’étalant sur plusieurs années. 

Dans ces cas, il pourrait être logique de remplacer certains spécimens. Et n’appliquez pas trop d’engrais pour l’instant. Laissez vos plantes récupérer d’abord, puis ne recommencez à fertiliser que lorsque  vous voyez qu’elles reprennent bien. D’ailleurs, deux applications d’engrais par année sur un thuya, c’est beaucoup. Quand une plante reçoit trop d’engrais, et notamment un engrais riche en azote, cela augmente les risques de dommages hivernaux. 

Pour prévenir les dégâts l’hiver prochain, assurez-vous de bien pailler vos thuyas (7 à 10 cm de paillis organique riche seraient appropriés) et de continuer de les arroser tout au long de l’automne. 

Une grimpante peut-elle retomber?

Q Ma question est concernant la vigne vierge (Parthenocissus quinquefolia). Nous avons un mur de soutènement qui est recouvert de planches. Celles-ci sont devenues grises avec le temps et l’effet n’est pas joli du tout. À votre avis, serait-il possible de planter des vignes pour qu’elles descendent sur les planches d’en bas au lieu de monter sur les planches d’en haut? — Charline (zone 4)

R Oui, mais… la vigne vierge, comme la majorité des plantes grimpantes, préfèrera grimper à retomber. S’il n’y a rien sur lequel elle peut monter, elle retombera très joliment, mais s’il y a quoi que ce soit de plus haut au-dessus du mur, comme des arbustes, des arbres ou des structures, elle essayera de s’y agripper et d’y monter. 

La vigne vierge, montrant ici ses couleurs automnales, aura davantage tendance à grimper qu’à retomber d’un muret.

Vous pouvez bien sûr la tailler pour garder le contrôle, mais il me semble qu’il serait plus logique de cultiver sur votre muret des plantes à port naturellement rampant et retombant, comme l’ortie jaune (Lamium galeobdolon), l’herbe aux écus (Lysimachia nummularia), la petite pervenche (Vinca minor), le phlox mousse (Phlox subulata), la renouée de l’Himalaya (Persicaria affinis), le raisin d’ours (Arctostaphylos uva-ursi), le fraisier (Fragaria x ananassa) ou la campanule des murets (Campanula portenschlagiana), toutes rustiques en zone 4. Ces végétaux n’ont pas la capacité de grimper et retomberont tout naturellement si vous les plantez au sommet d’un mur de soutènement.

Des questions svp!

Vous pouvez nous joindre par courriel à courrierjardinierparesseux@yahoo.com

Par courrier à 

Le jardinier paresseux
Le Soleil
C.P. 1547, succ. Terminus
Québec (Québec)  G1K 7J6

*

CALENDRIER HORTICOLE

Aménager à l’ombre

La Société des Amis du Jardin Van den Hende offre la conférence Aménager à l’ombre : contraintes et choix de plantes avec Larry Hodgson. Elle aura lieu le dimanche 8 juillet à 10h dans la salle de conférence de la jardinerie Floralies Jouvence, 2020, avenue Jules-Verne, Québec. Coût : 5 $ pour les non-membres. Espace limité : veuillez réserver votre siège à horti-centre@
floraliesjouvence.ca.

Radio-Canada et Jardins de lumière

La Société d’horticulture de Québec vous propose un voyage horticole à Montréal le mercredi 19 septembre. Il y aura une visite guidée de la Maison de Radio-Canada et une visite des Jardins de Lumière du Jardin botanique de Montréal. Souper inclus. Coût : 159 $. Info : A. Caron, 418 956-6389

Pour toute activité horticole, écrivez-nous à courrierjardinierparesseux@yahoo.com.

*

Entretien horticole à faire cette semaine

› Chassez les pucerons sur vos plantes avec un fort jet d’eau.

› Fertilisez régulièrement les plantes en bac et en balconnière. Elles ont besoin de plus de minéraux que les plantes cultivées en pleine terre.

› Pour prévenir la contamination, changez le nectar des mangeoires de colibris hebdomadairement; aux trois jours quand il fait très chaud.

› Si vous voyez des coléoptères (chrysomèles) striés ou tachetés sur vos concombres ou courges, faites-les tomber dans de l’eau savonneuse ou récoltez-les avec un aspirateur manuel.