Si votre potager ne semble pas visité par les pollinisateurs, prenez un petit pinceau et transportez, à la manière d’une abeille, le pollen de la fleur mâle (photo) vers la fleur femelle (voir plus bas).

Horticulture: faire l'abeille et jouer au pollinisateur

Dans le potager, nous comptons sur les abeilles pour assurer la pollinisation des légumes fruitiers. En allant de fleur en fleur, elles transportent le pollen nécessaire pour assurer la fécondation des fruits. Et sans cette fécondation, le fruit ne mûrira pas. Mais parfois, les abeilles sont absentes ou, du moins, rares.

C’est le cas quand il fait extrêmement chaud ou encore, quand il pleut ou qu’il fait très froid. Les abeilles peuvent alors s’absenter pendant quelques jours et alors, les fruits ne se forment pas ou encore, ils tombent très jeunes. Dans ce cas, c’est au jardinier de faire l’abeille.

Fruits qui s’autopollinisent

Pour certains légumes, l’absence d’abeilles ou d’autres pollinisateurs n’est pas si grave. Les haricots et les pois, par exemple, s’autopollinisent. Le maïs a besoin de pollinisation, mais c’est le vent qui fait le travail. Évidemment, dans le cas des légumes dont on mange les feuilles ou les racines, l’absence de pollinisateurs aussi est sans importance. Mais pour les autres, notamment les cucurbitacées (courges, concombres, melons, etc.) et les solanacées (tomates, piments et poivrons, aubergines, etc.), l’absence d’abeilles est très nuisible. 

Les Cucurbitacées

Ces légumes ont la curieuse habitude de produire des fleurs mâles et des fleurs femelles sur la même plante. Habituellement, il y a beaucoup plus de fleurs mâles que de femelles et d’ailleurs, en début de saison, les fleurs femelles sont souvent entièrement absentes. Aussi, les fleurs de courge ne vivent qu’une journée : il y a donc urgence d’agir. 

Si aucune abeille ne semble être dans le coin, prenez un petit pinceau et faites l’abeille. Choisissez une fleur mâle, reconnaissable par l’absence de «fruit» (ovaire) à sa base. Au centre, il y a une «boule» de pollen jaune sur une tige : c’est l’étamine. Touchez à l’étamine avec le pinceau; il se recouvrira de pollen jaune. Transportez ce pollen à une fleur femelle, celle qui a un ovaire à la base. Toucher au stigmate en son centre. Le pollen s’y collera… et votre travail sera terminé! 

La fleur de courgette femelle

Notez qu’il faut polliniser les cucurbitacées avec le pollen de la même espèce. On ne peut pas polliniser une fleur de courge femelle avec le pollen d’un melon ou d’un concombre, mais seulement avec celui d’une autre courge. 

Les concombres anglais

Une petite exception: le concombre anglais. C’est une plante parthénocarpique, c’est-à-dire qu’elle produit un fruit sans pollinisation et ne produit d’ailleurs que des fleurs femelles. C’est pour cela que le fruit est si svelte : comme il n’y a pas de pollinisation, aucune graine ne se forme! Mais pour réussir les concombres anglais, il faut s’assurer qu’il n’y ait aucune pollinisation, sinon le beau fruit mince sera tout bosselé! Pour cela, on les cultive habituellement en serre où il y n’a pas d’abeilles, ou dans un potager où il n’y a aucun concombre bisexué à moins de 35 m. Pas de sexe pour les concombres anglais!

Les Solanacées

Chez les solanacées (tomates, piments et poivrons, aubergines et autres) la pollinisation manuelle est moins importante, car, en l’absence d’abeilles, la fleur peut s’autopolliniser… mais il faut alors un bon vent pour détacher le pollen et le faire tomber à la bonne place. S’il n’y a ni abeilles ni vent, brassez la fleur vigoureusement. Les professionnels utilisent une brosse à dents électrique, en touchant l’arrière de la fleur. Ils font vibrer l’appareil quelques secondes… et voilà, la pollinisation est terminée.

J’admets, cela fait un peu bizarre de devenir entremetteur de légumes, mais que ne ferait-on pas pour manger de délicieux produits frais du potager!

*

RÉPONSES À VOS QUESTIONS

Erreur sur le mollusque

Q C’est le troisième été que des limaces à coquilles jaunes ont décidé de s’installer dans mes plates-bandes. Le premier été, elles ont bouffé les spirées et depuis elles dévorent la vigne, les cèdres globulaires, la lavande, les rosiers, etc. J’avais parsemé des appâts à limaces sans succès. Pour le moment, mes plates-bandes sont superbes et j’écrase chaque limace que je rencontre, mais je sais que d’ici quelques semaines, elles auront fait beaucoup de ravages. — Marie-Dominique Rouleau

R En fait, les «limaces à coquilles jaunes» ne sont pas des limaces, mais des escargots… bénéfiques! L’escargot des bois (Cepaea nemoralis), qui peut avoir une carapace jaune vif ou jaune aux spirales brunes, ne mange presque jamais le feuillage des plantes vivantes, préférant les végétaux morts, jaunissants ou en décomposition. 

C’est un vidangeur et il fait le ménage des plates-bandes à votre place. De plus, il passe sur les feuilles intactes de nos plantes pour en nettoyer la poussière, les saletés et lesalgues, les laissant comme neuves. Cet escargot est très visible, certes, mais pas nuisible. Idéalement, vous le laisserez tranquille. Je ne sais pas ce qui mange vos plantes, mais c’est assurément autre chose. Je vous suggère de vérifier le soir (beaucoup d’ennemis des plantes sont nocturnes) avec une lampe de poche pour voir qui est le vrai coupable.

Insecte qui infeste l’ail

Q Le bouton floral de mes plants d’ail se flétrit. Et la tige ne s’enroule pas comme elle devrait. Pourtant le plant semble vigoureux. Que faire? — C. Tremblay, Lévis

R Vos plants d’ail (Allium sativum) sont attaqués par la teigne du poireau (Acrolepiopsis assectella), un insecte qui s’attaque à plusieurs alliums (poireau, ail, oignon, ciboulette, etc.). L’adulte, rarement vu, est un anodin petit papillon de nuit brun. 

La teigne du poireau (Acrolepiopsis assectella) prend la forme, à l’âge adulte, d’un petit papillon de nuit brun.

La femelle pond ses minuscules œufs blancs iridescents individuellement sous les feuilles des alliums où ils sont difficiles à voir. La petite chenille vert pâle perce la feuille et la mange de l’intérieur au début (c’est une mineuse), puis perfore aussi la tige florale de l’ail, la fauchant. Elle peut même percer le bulbe, le rendant impropre à la consommation. Le traitement est difficile, car la larve, étant à l’intérieur de la plante, est à l’abri des pesticides. Il y a deux générations par année. Il y a peu à faire actuellement, sinon d’écraser les larves à l’intérieur des feuilles si vous les voyez. L’an prochain, par contre, vous pouvez les prévenir en recouvrant les plants d’ail d’une couverture flottante (disponible en jardinerie) à la plantation, créant ainsi un abri qui empêchera le papillon de pondre. Pour que cela soit efficace, il faut toutefois cultiver votre ail dans une autre parcelle du potager, sinon le papillon, qui hiverne sous forme de pupe dans le sol ou des déchets végétaux, risque d’émerger à l’intérieur de votre abri et aura donc libre jeu de pondre sur vos plants. Si les dommages au feuillage sont limités, vous pouvez toutefois obtenir une récolte d’ail raisonnable, car la teigne ne descend pas toujours dans le bulbe… mais il est trop tard pour sauver la fleur d’ail cette année.

Des questions svp!

Vous pouvez nous joindre par courriel à courrierjardinierparesseux@yahoo.com
Par courrier à
Le jardinier paresseux
Le Soleil
C.P. 1547, succ. Terminus
Québec (Québec)  G1K 7J6

*

CALENDRIER HORTICOLE

Radio-Canada et Jardins de lumière

La Société d’horticulture de Québec offre un voyage horticole à Montréal le mercredi 19 septembre. Il y aura une visite guidée de la Maison de Radio-Canada et une visite des Jardins de Lumière du Jardin botanique de Montréal. Souper inclus. Coût : 159$. Info : A. Caron, 418 956-6389.

Pour toute activité horticole, écrivez-nous à courrierjardinierparesseux@yahoo.com

*

ENTRETIEN HORTICOLE À FAIRE CETTE SEMAINE

1 Arrosez régulièrement les tomates pour prévenir le fendillement.

2 Les limaces peuvent se cacher sous les pots de vos plantes. Vérifiez quotidiennement.

3 C’est le bon moment pour semer les bisannuelles.

4 En période de canicule, tondez le gazon plus haut (à 8 cm) pour protéger ses racines des dommages causés par le soleil brûlant.

5 Pour éloigner les oiseaux, installez un filet protecteur sur les petits fruits quand ils ­s’approchent de la maturité.