Horticulture

Et les gagnants sont... (bis)

La semaine dernière, je vous ai présenté les gagnants 6 à 10 du concours Tendance Jardins, tenu pendant tout l’été 2017 au Domaine Joly-De Lotbinière. Voici maintenant les cinq premiers gagnants, par ordre décroissant.

5. Piment décoratif ‘NuMex Easter’

Horticulture

Et les gagnants sont...

La belle saison tire à sa fin. Il est maintenant temps de révéler les gagnants du concours Tendances horticoles 2017, tenu tout au long de l’été au Domaine Joly-De Lotbinière, le célèbre jardin patrimonial à Sainte-Croix. En effet, au début de l’été, on y a planté pas moins de 243 sélections végétales, toutes des nouveautés horticoles appartenant à différentes catégories : annuelles, légumes, vivaces, etc.

Pendant tout l’été 2017, les visiteurs du Domaine ont été invités à choisir les cinq nouveautés qui leur paraissaient les plus attrayantes. C’est à partir de cette compilation qu’ont été choisis les gagnants des Tendances horticoles 2017, des plantes qui, par leur apparence générale, leur floraison, ou leur productivité, ont attiré les regards du public. Autrement dit, ce sont les meilleures des nouveautés, testées dans un jardin tout près de chez vous.

Les voici par ordre décroissant. L’enveloppe, SVP !

10. Petunia ‘Peppy Burgundy’ 

Horticulture

Huit trucs pour réussir son premier bonsaï

Avec l’exposition annuelle du Groupe Bonsaï Québec qui a lieu cette fin de semaine au Domaine Maizerets, il vaut la peine de parler un peu de ces plantes uniques et de proposer aux néophytes quelques trucs pour les réussir.

1. Choisir un bonsaï

Il est très courant de voir de faux bonsaïs sur le marché : des plantes taillées sans égard à leur croissance future et plantées dans un pot de style oriental. Il faut donc commencer par trouver un vendeur spécialisé qui peut vous vendre un spécimen convenable. Notez que la plupart des bonsaïs sont des plantes d’extérieur. N’essayez pas de conserver un bonsaï d’extérieur, notamment un conifère (genévrier, pin, mélèze, etc.), à l’intérieur de votre maison, car vous allez sûrement le perdre. Si vous n’avez pas d’emplacement où faire hiverner un bonsaï à l’extérieur pendant l’hiver, il faut préférer un bonsaï d’intérieur, habituellement fait à partir d’une espèce subtropicale ou tropicale.

2. Emplacement

La plupart des bonsaïs préfèrent un éclairage intense, mais pas de longues périodes au soleil cuisant. Un emplacement à l’est ou au nord ou sous un arbre aux feuilles clairsemées, qui laissent pénétrer un éclairage filtré, est parfait. Évitez aussi les emplacements très exposés aux vents : les bonsaïs sont délicats et s’assèchent très rapidement.

3. Arrosage

Arrosez votre bonsaï quand la surface du terreau est très légèrement sèche et faites-le alors abondamment. Il faut toutefois laisser tout surplus d’eau s’écouler du trou de drainage. Étant donné que les bonsaïs sont cultivés dans de petits pots et que leurs racines sont très comprimées, il peut être nécessaire d’arroser plus qu’une fois par semaine, surtout si l’air est sec. Idéalement, vous toucherez au terreau de votre bonsaï tous les jours, mais n’arroserez que lorsqu’il commencera à sécher.

Horticulture

Attirer les oiseaux granivores

Les ornithologues parlent souvent des arbres et arbustes à fruits qu’on peut planter pour attirer les oiseaux frugivores, comme les merles, les orioles, les jaseurs, etc. Mais ils tendent à négliger de mentionner qu’il y a une gamme d’oiseaux granivores encore plus vaste, soit ceux qui préfèrent les graines. C’est le cas des chardonnerets, des mésanges, des gros-becs, des sittelles, des tourterelles et beaucoup plus encore.

Pour ces oiseaux, les publications et les sites Web semblent toujours recommander l’installation de mangeoires. Il n’y a aucune difficulté à trouver des mangeoires d’oiseaux en jardinerie ou en quincaillerie, ni des graines pour les remplir. Mais celles-ci coûtent cher… doublement quand une horde d’étourneaux vient vider votre mangeoire en seulement quelques minutes, comme c’est souvent le cas! 

Plantes aux graines comestibles

Je suggère un tout autre choix : planter des végétaux à graines comestibles. D’ailleurs, vous en avez probablement déjà dans votre aménagement sans le savoir. Il suffirait d’en planter davantage, tout simplement.

L’avantage des plantes à graines comestibles est qu’elles attirent moins l’attention des espèces considérées indésirables que les mangeoires. Les étourneaux, les geais bleus et les écureuils aimeront mieux fréquenter vos mangeoires que de chercher les graines sur les plantes, alors que les chardonnerets et les mésanges semblent préférer, au contraire, manger leurs «céréales» directement sur la plante.

Ne supprimez pas les fleurs fanées

Si vous voulez attirer les oiseaux chez vous, il faut arrêter de pratiquer le ménage automnal, une technique totalement inutile pour le jardin et ses plantes de toute façon, mais fort prisée par beaucoup de jardiniers. En effet, si vous coupez toutes les fleurs fanées pour «faire propre», vous enlevez la nourriture de la bouche des oiseaux. De plus, ces mêmes oiseaux qui fréquentent les plantes pour leurs graines y glanent aussi de petits insectes hivernants nécessaires à leur bonne santé. Par exemple, de petites larves cachées dans les capsules de graine. Il est donc illogique de planter des végétaux pour attirer les oiseaux, puis de supprimer leurs graines! Laissez-les pousser, tout simplement.

Plantes sauvages : souvent le meilleur choix

Tristement pour les jardiniers avides de jardins parfaits, les oiseaux ont une prédilection pour les mauvaises herbes : chardons, verges d’or, épilobes, etc. Si vous avez de l’espace, par contre, vous pouvez tourner cette attirance à votre avantage en laissant une section en friche où les plantes autrement indésirables pourront proliférer… et ainsi attirer des oiseaux.

Horticulture

Limoilou: une terrasse urbaine inspirante

Septembre est le mois de la récolte du houblon. Steve Fortier-Evers en fait pousser dans sa minuscule cour en façade urbaine, dans Limoilou, à Québec. «Je produis ma bière», lance-t-il fièrement, convaincu qu'il y a plein de possibilités pour mieux exploiter l'espace extérieur en ville.
Quand lui et sa copine ont acheté leur condo avenue Jeanne-Mance, il y a un an et demi, c'était l'hiver. Ils n'avaient aucune idée de l'espace dont ils disposaient, mais Steve, qui est stagiaire en architecture chez DG3A, voulait déjà aménager quelque chose. «Au fur et à mesure que la neige a fondu, j'ai découvert mon terrain de jeu.» 

Horticulture

Comment préparer les clématites à l'hiver

Les clématites (Clematis spp.), ces grimpantes aux fleurs nombreuses et très colorées, n'ont jamais été aussi populaires, mais leur culture demeure source de confusion. On entend tellement de renseignements différents qu'on ne sait pas à quel saint se vouer. Et il est vrai que l'information a beaucoup changé au cours des années.
Quand j'étais gamin, j'aidais mon père à préparer les clématites pour l'hiver et nous décrochions les sarments pour les coucher au sol et les recouvrir de jute ou de paillis. Aujourd'hui, une telle pratique est considérée une hérésie. Après tout, les clématites ont des tiges très fragiles et les décrocher à l'automne pour les remettre en place au printemps donne deux occasions pour les briser. Et des blessures aux tiges peuvent laisser pénétrer des maladies, notamment le flétrissement de la clématite (Phoma clematidina ou Ascochyta clematidina). Donc, non, il n'est plus considéré sage de détacher les tiges à l'automne.

Horticulture

Dix plantes au parfum nocturne

Avec la vie frénétique que vivent les gens de nos jours, où l'on ne compte plus le nombre d'heures qu'il faut investir au bureau et où l'on arrive régulièrement à la maison à la brunante, un petit coin en plein air où l'on peut se reposer en soirée est de plus en plus apprécié. Pas de télévision bruyante, pas de téléphone, juste la fraîcheur du soir et la sainte paix!
Ce «coin» peut tout simplement être une petite terrasse, peut-être autour d'un foyer en plein air, avec quelques chaises longues, un endroit où l'on peut siroter une bière en toute tranquillité. Et pour rendre cet emplacement encore plus reposant, pourquoi ne pas y ajouter des fleurs parfumées le soir? 

Horticulture

Quand diviser les pivoines?

La bonne réponse à la question ci-dessus est «jamais». En effet, si vous n'avez pas une excellente raison de vouloir diviser une pivoine herbacée (Paeonia lactiflora et autres), mieux vaut éviter de le faire. En effet, la pivoine réagit généralement mal à une division ou à une transplantation. Et d'ailleurs, plus longtemps vous la laisserez tranquille dans son emplacement d'origine, mieux elle fleurira. Oui, même après un siècle sans avoir été déplacée, une pivoine peut encore fleurir abondamment. Donc, tant que tout va très bien, mieux vaut la laisser tranquille.
S'il faut la déplacer

Horticulture

2017, année du narcisse

2017 a été nommée l'année du narcisse par le National Garden Bureau, un organisme à but non lucratif qui fait la promotion des plaisirs du jardinage. Regardons de plus près ce bulbe populaire, ainsi que quelques détails moins connus à son sujet.
Une longue histoire

Horticulture

Du basilic frais toute l'année

Le basilic (Ocimum basilicum) est l'une des herbes fines les plus populaires. Sans doute en cultivez-vous dans votre potager ou en pot à l'extérieur pour la cuisine estivale. Mais il n'apprécie pas la fraîcheur des nuits automnales et meurt au moindre signe de gel. Sa saison de culture extérieure tire donc à sa fin. Peut-on alors rentrer la plante dans la maison pour en profiter pendant l'automne et l'hiver?
Pas facilement. Habituellement, quand on essaie d'entrer une plante de basilic à l'automne, il se dégrade assez rapidement. Le choc du déplacement vers l'intérieur, où l'air est plus sec et la lumière très faible, le fait mourir sans trop tarder. De toute façon, le basilic est essentiellement une annuelle et au mois de septembre, il est déjà déclinant, sa saison de croissance naturelle tirant à sa fin. Donc, rentrer un basilic à l'automne est une perte de temps. Mais ce qu'on peut faire pour assurer une récolte de l'automne au printemps suivant est d'en semer d'autres... à l'intérieur.