Horticulture

Exceptionnelles 2019 : de belles découvertes

Tous les ans depuis 2006, de nouvelles Exceptionnelles arrivent sur le marché au printemps. Que sont-elles? De nouvelles variétés de fleurs, choisies par le public lors de visites à trois jardins : le Jardin botanique Roger Van den Hende, le Jardin botanique de Montréal et celui à l’origine du programme, le Jardin Daniel A. Séguin à Saint-Hyacinthe. Le programme a toutefois connu des complications en 2019 : 4 des 13 gagnantes ne seront pas offertes cette année! Il y avait, paraît-il, des problèmes d’approvisionnement de semences. Peu importe la raison : il y aura neuf gagnantes à essayer en 2019. Les quatre variétés non disponibles rejoindront le palmarès l’an prochain, me dit-on.

La semaine prochaine, je vous présenterai les trois autres gagnantes du programme des Exceptionnelles. En attendant, vous trouverez ces quatre premiers gagnants dans toute bonne jardinerie :

Maison

1 million $ pour le jardin OGarden Smart

Surprenante bibitte, que ce OGarden Smart! Avec raison, ce jardin de cuisine rotatif autonome attire l’attention. À preuve, OGarden, la compagnie lévisienne qui l’a créé, vient de récolter 1 million $ en seulement 30 jours de sociofinancement.

Cette coquette somme — qui servira à lancer la production à plein rendement — s’ajoute aux 110 000 $ récoltés lors d’une campagne précédente et à des investissements privés obtenus après un passage télévisé aux Dragons

Jusqu’à 90 légumes peuvent pousser à la fois, en tournant autour de la source lumineuse. L’arrosage et l’éclaraige sont automatisés. 

«C’est la tendance actuelle. Ça optimise l’espace, réduit la consommation d’énergie et permet de récolter des légumes frais tous les jours, si on veut», explique le pdg Pierre Nibart. 

Prix de la bête : 995 $. 

Info et achat : ogarden.org/fr

Horticulture

De nouveaux livres horticoles à découvrir

Je suis un lecteur invétéré de livres horticoles et les collectionnent comme certaines personnes collectionnent des timbres. Voici quelques-unes de mes plus récentes découvertes.

50 Plantes envahissantes

C’est le tout premier guide sur les plantes envahissantes de l’Est du Canada. Si vous avez des problèmes avec la renouée japonaise, le phragmite, l’herbe aux goutteux ou 47 autres espèces de plantes indésirables, voici une source d’information très complète à leur sujet. L’auteur, un biologiste, professeur à l’Université Laval, décrit leur biologie, leur répartition, leurs impacts et les moyens de freiner leur prolifération. Les rubriques présentent aussi des détails surprenants sur leur introduction et leurs utilisations. Superbement illustrée de photos pour aider à l’identification.

Horticulture

La fougère-légume

À travers le monde, il existe plus de 9000 espèces de fougère, mais seulement une espèce est couramment considérée comestible : la fougère à l’autruche (Matteuccia struthiopteris), une fougère bien de chez nous. Chaque printemps, des milliers de cueilleurs prennent les sous-bois d’assaut à la recherche de « têtes de violon » (crosses de fougère) pour la vente en épicerie. Sous l’influence de la permaculture, qui préconise la culture de légumes pérennes, cependant, la fougère à l’autruche est de plus en plus recherchée comme légume à cultiver… et sa culture est particulièrement facile.

Une belle plante

Le nom fougère à l’autruche vient de ses hautes frondes en forme de plume d’autruche et est d’ailleurs reflété dans son nom botanique : struthiopteris veut dire autruche-fougère. C’est que c’est une plante très ornementale : un excellent choix pour l’aménagement comestible («foodscaping»), aussi très tendance. 

Il s’agit d’une grande fougère en forme de volant de badminton qui peut atteindre jusqu’à 150 cm de hauteur. Elle pousse à partir d’un rhizome dressé, appelé couronne, qui finit par ressembler à un court tronc. La couronne produit aussi des rhizomes rampants portant à leur extrémité une nouvelle fougère. Ainsi, «la» fougère devient éventuellement une colonie. 

Les frondes fertiles, couvertes d’écailles brunes au début, se déroulent en mai ou au début de juin. Elles sont bipennées, c’est-à-dire très découpées. La couleur est vert clair au printemps, vert moyen l’été.

En été, les plantes matures produisent aussi des frondes fertiles. Elles poussent droites et deviennent vite brunes. Elles portent les spores de la prochaine génération et restent souvent debout tout l’hiver alors que les frondes stériles disparaissent à l’automne. Si vous trouvez leur apparence disgracieuse, vous pouvez les supprimer, tout simplement. Cela ne nuit pas à la plante.

Horticulture

Retour aux sources gastronomique

Une nouvelle vague de respect pour l’environnement se déferle sur le Québec et un des «symptômes» de ce mouvement en est un intérêt renouvelé pour les légumes anciens, aussi appelés légumes patrimoniaux. Et pas uniquement au jardin, mais dans la cuisine des meilleurs chefs.

La proposition de l’opération Gardiens de Semences (gardiensdesemences.com) est simple. Un ambassadeur — chef, détaillant ou transformateur — a sélectionné un légume unique dans le catalogue d’un semencier artisanal québécois. La semence choisie est alors proposée à un maraîcher partenaire qui la cultivera spécialement pour son complice. Le trio de gardiens de semences — l’ambassadeur, le semencier et le maraîcher — dispose alors d’un bel outil de communication pour promouvoir la valeur de la biodiversité auprès du grand public et passer un message fort: la biodiversité est essentielle pour l’avenir.

Le choix des ambassadeurs 

Tout cela se jouera surtout dans les entreprises et grands restaurants de la région de Montréal cet été… mais vous, en tant que jardinier amateur, pouvez participer d’une autre façon en cultivant chez vous les légumes choisis par ces experts. Après tout, n’êtes-vous pas curieux de savoir pourquoi les grands chefs considèrent ces légumes si intéressants? En voici une liste partielle des variétés primées de l’opération Gardiens de Semences pour 2019:

Horticulture

Fleurs de Pâques autour du monde

Au Québec, la tradition de fleurir Pâques n’a pas une très longue histoire, car les fleurs sont absentes de nos champs et forêts si tôt dans la saison. Nous avons plutôt adopté comme symbole de Pâques la fleur des Américains, le lis de Pâques (Lilium longiflorum), vendu en pot. Mais les premiers lis de Pâques ne furent introduits au Québec qu’au début du 20e siècle.

Dans d’autres pays, il y a des fleurs plus intimement associées à Pâques, des fleurs utilisées pour décorer notamment les églises durant la Semaine sainte, et ce, depuis des siècles. D’ailleurs, ce sont souvent des reliques de traditions encore plus anciennes, avant même la mort de Jésus et issues des fêtes du printemps païennes. En voici quelques-unes.

Horticulture

Félicitations! Votre orchidée est enceinte!

Aucun amateur d’horticulture de la région ne voudrait manquer l’Orchidofolie 2019, l’exposition annuelle des Orchidophiles de Québec, qui aura lieu aujourd’hui, le samedi 6 avril, de 12h à 17h30 et demain, le dimanche 7 avril, de 9h à 17h.

L’exposition se tiendra à l’Envirotron, 2480, boul. Hochelaga, Sainte-Foy (derrière Place Ste-Foy). L’admission est de 10 $ pour les adultes, de 5 $ pour les étudiants et gratuite pour les 12 ans et moins. 

Info: orchidophilesdequebec.ca.

Grossesse non planifiée

Et puisque nous avons tous les orchidées en tête, pourquoi ne pas discuter d’un phénomène assez courant: une grossesse non planifiée.

Oui, cela arrive dans la meilleure des familles, même chez les très populaires Phalaenopsis ou orchidées papillon. Souvent, après une floraison, au moment où les dernières fleurs fanent, une petite plantule se pointe sur la tige florale. Au début, ce n’est qu’un soupçon de plante, mais peu à peu, une feuille se forme et commence à grossir. Puis une autre. Des racines aériennes, épaisses et grises, aussi apparaissent. C’est clairement un bébé orchidée, couramment appelé un keiki, du mot hawaïen pour enfant.

Horticulture

Suite du concours Tendances horticoles 2018

Voici cinq autres plantes gagnantes du concours Tendances horticoles 2018 qui a été tenu cet été au Domaine Joly-de Lotbinière.

Asperge queue-de-renard (Asparagus densiflorus ‘Myersii’)

Avec cette plante, c’est le port qui nous intéresse, pas les petites fleurs blanches plutôt insignifiantes. La plante produit des tiges semi-dressées et arquées couvertes de feuilles étroites (en fait, des tigelles appelées cladodes) et rappelant, de ce fait, une queue de renard verte. N’oubliez pas de rentrer la plante à l’automne comme plante d’intérieur. Soleil à ombre. Tout sol bien drainé. Dimensions : 30 à 45 cm x 30 à 35 cm. Vivace tropicale.

Coléus Main Street™ ‘Orchard Street’ (Plectranthus scutellarioides ‘Ochard Street’)

Horticulture

Concours Tendances horticoles 2018

Ça y est! Les résultats officiels ont été annoncés. Voici alors les cinq premiers gagnants du Concours Tendances horticoles 2018 tenu l’été dernier au Domaine Joly-De Lotbinière.

Zinnia ‘Profusion Red’ (Zinnia x hybrida ‘Profusion Red’)

Voici la fleur préférée du grand public, un zinnia nain à fleurs rouge pur qui ne pâlit pas! La plante forme un dôme arrondi et se couvre de fleurs simples de 6,5 cm tout l’été jusqu’aux gels. Zinnia ‘Profusion Red’ est un triple médaillé, ayant gagné un prix Sélections All--America et un prix Fleuroselect avant son prix Tendances horticoles 2018. D’ailleurs, plusieurs autres zinnias de la série ‘Profusion’ ont reçu des prix similaires, signe de leur grande qualité. Facile à produire par semences. Soleil ou mi-ombre. Tout sol bien drainé. Dimensions : 30 cm x 30 à 40 cm. Annuelle.

Dahlia Mystic Dreamer (Dahlia x ‘Zone Ten’)

Horticulture

Aidez vos dahlias pour l’hiver

Chez moi, il a gelé le 24 septembre, mettant fin à la saison de croissance et de floraison de mes dahlias. Mais peut-être qu’il n’y a pas eu de gel chez vous et que les dahlias sont encore en pleine floraison. Même si c’est le cas, il serait sage de les déterrer vers la mi-octobre, car plus la saison avance, plus le prochain gel risque d’être profond… et les dahlias ne tolèrent que les gels légers.

Voici comment faire pour préparer vos dahlias pour l’hiver.

Arrachage

Coupez les tiges à environ 10 à 15 cm de hauteur et mettez le feuillage au compost. Maintenant, enfoncez une fourche de jardin dans le sol (elle risque moins de trancher les tubercules qu’une pelle) à environ 20 à 30 cm de ce qui reste des tiges, puis, avec un mouvement de levier, tentez d’extraire les racines. Il est possible que vous deviez essayer à différents emplacements pour réussir. Saisissez la plante par ses tiges et sortez-la du trou, puis secouez fort pour faire tomber un maximum de terre.

Vous découvrirez une masse de racines tubéreuses — comme des pommes de terre allongées — qui pendent des tiges. Ce sont ces tubercules qui garderont la plante en vie pendant sa dormance hivernale.