Habitations «vertes»: quand la cote énergétique devient argument de vente

Bâtiment écologique, vert ou éconergétique, écohabitation, habitation durable... autant de façons de désigner des habitations qui atteignent des objectifs sociaux et environnementaux qui vont au-delà de ceux des bâtiments conventionnels. Ces désignations deviennent dans certains cas un argument de plus au moment de vendre ou d'acheter une propriété, et les agences immobilières l'ont bien compris.
Voyant qu'un nombre croissant de Québécois se soucient davantage de leur empreinte écologique et de l'efficacité de leur résidence, Via Capitale a décidé d'innover en permettant aux propriétaires et aux courtiers immobiliers d'ajouter la «cote énergétique» d'une habitation aux informations qui pourront être affichées lors de sa mise en vente.
Il s'agit d'un «outil de mise en valeur», explique Nicolas Ayotte, président et chef de la direction de Via Capitale. «Les gens sont de plus en plus conscients de l'impact environnemental de leur résidence», souligne M. Ayotte, ajoutant qu'il y a une progression «très importante» de projets certifiés LEED ou Novoclimat au Québec.
«On souhaite faire une mise en marché différente pour les maisons certifiées. [...] On a un rôle aussi [en tant qu'agence immobilière] pour valoriser ces certifications-là, cette reconnaissance de qualité», avance le président de Via Capitale, disant espérer que l'initiative «fera boule de neige dans l'industrie».
La cote énergétique d'un bâtiment à vendre par l'entremise de l'agence immobilière est déterminée à l'aide d'un logiciel élaboré par l'organisme Écohabitation. Il s'agit d'un outil utilisé par les courtiers de Via Capitale pour rendre l'information disponible à leurs clients.
Comparaison
«En quelques minutes, on obtient une idée approximative de la performance d'une habitation comparativement à la moyenne dans la même catégorie», explique Denis Boyer, ingénieur et coordonnateur en efficacité énergétique chez Écohabitation.
Plusieurs critères doivent être considérés pour obtenir la cote énergétique d'une habitation : sa superficie, la région où elle se trouve (climat), le type d'habitation (unifamilial, triplex, etc.), le jumelage (voisin collé) et l'année de construction. Il faut également tenir compte du nombre d'occupants, puisque cela fera varier la consommation d'eau chaude et l'utilisation d'appareils énergivores. «On ne veut pas comparer des pommes avec des oranges», signale M. Boyer.
L'objectif est «que les gens sachent à quoi ils ont affaire. On veut que les maisons qui sont plus efficaces se démarquent et soient plus attrayantes», signale l'ingénieur. Via Capitale a l'exclusivité du logiciel élaboré par Écohabitation pour un an et demi, précise M. Boyer, mais il dit espérer que les autres agences immobilières suivront.
Une estimation suggère que les bâtiments au Canada représentent :
- 33 % de la production d'énergie au pays
- 50 % des ressources naturelles extraites
- 25 % des déchets des sites d'enfouissement
- 10 % des particules en suspension
- 35 % des émissions de gaz
Source : rapport Vers une habitation durable de Via Capitale
Un critère de base?
Le facteur «vert» ou «durable» est-il déterminant dans le choix d'une résidence au moment de l'achat? «Non», selon Lynn Beaudet, courtier immobilier chez Royal LePage. «C'est un plus, mais je ne dirais pas que c'est un critère de base.
«Le budget et le secteur sont ce qui compte avant tout. Mais en prenant deux résidences comparables en termes de prix et de localisation, c'est certain qu'une certification comme Novoclimat va influencer positivement la décision de l'acheteur», indique Mme Beaudet.
Acheter une habitation éconergétique, c'est comme manger bio : c'est un choix idéologique et écologique, mais ça coûte plus cher, souligne le courtier. «Les constructions éconergétiques sont souvent haut de gamme», ce qui ne convient pas à tous les budgets.
Une «plus-value»
Sandra Lavoie, courtière immobilière chez RE/MAX, souligne également que la détention d'une certification telle que Novoclimat ou LEED «n'est pas spontanément demandée par l'acheteur», mais qu'il s'agit d'une caractéristique qui est mise de l'avant, une «plus-value».
Mme Lavoie rappelle que le concept même d'habitation durable est «relativement nouveau». Toutefois, les acheteurs se montrent réellement préoccupés par la possibilité de faire des économies d'énergie et vont considérer une toiture ou des fenêtres changées récemment comme un plus.
En date d'avril 2013, il y avait 203 unités d'habitation certifiées LEED habitations au Québec et des milliers enregistrées au programme, en cours de conception ou construction. Quelques milliers d'habitations sont certifiées Novoclimat dans la province.
Principaux programmes et systèmes de certification
- AccèsLogis : programme de logements communautaires et abordables
- Novoclimat : programme en efficacité énergétique pour la construction
- Rénoclimat : programme en efficacité énergétique pour la rénovation
- LEED pour habitations : système de certification pour les nouvelles habitations durables
- Réno Écohabitation : système de certification pour les rénovations écologiques