En point de presse avant le conseil municipal de lundi, Anne Guérette a une fois de plus dénoncé que «rien n'a été fait» dans le dossier de l'église Saint-Coeur-de-Marie de la Grande Allée.

Guérette appelle à la mobilisation pour l'église Saint-Coeur-de-Marie

Il n'est pas trop tard pour réfléchir au sort de l'église Saint-Coeur-de-Marie de la Grande Allée et sauver ce rare bâtiment de style byzantin à Québec, selon la conseillère Anne Guérette. 
«Avec l'église Saint-Jean-Baptiste, il y a des idées très intéressantes qui émergent», a-t-elle dit à propos de l'église fermée il y a un an et pour laquelle un projet de Centre de généalogie est à l'étude.
L'élue de Démocratie Québec estime qu'un tel effort collectif n'a pas été fait pour l'église Saint-Coeur-de-Marie. En point de presse avant le conseil municipal de lundi, elle a une fois de plus dénoncé que «rien n'a été fait» dans le dossier de cette église fermée au culte depuis 1997 et propriété de Louis Lessard. Ce dernier envisage la construction d'une tour de condominiums d'une vingtaine d'étages. L'administration Labeaume a toujours dit souhaiter voir le bâtiment construit au début des années 20 restauré ou intégré à un projet. Mais voilà que le 5 mai, la conseillère responsable du patrimoine, Julie Lemieux, a laissé entendre au Soleil que la Ville pourrait envisager la démolition complète si rien n'est fait. 
«Ça prend un projet pour commencer, porteur de développement économique, croit Anne Guérette. On a toujours dit qu'on voulait la conserver, mais on n'a jamais travaillé avec les acteurs du milieu pour voir ce qu'on voudrait faire. On a encore le temps de réfléchir ensemble, tous ceux qui croient au potentiel de mettre en valeur ce patrimoine.»
Un lien entre le nouveau pavillon du Musée national des beaux-arts et le Manège militaire, tous deux en construction, elle estime que la Grande Allée a tout pour constituer un parcours touristique intéressant auquel pourrait être intégrée Saint-Coeur-de-Marie actuellement en mauvais état.
Labeaume dénonce une «fausse identité»
L'élue de Démocratie Québec tient ainsi une position comparable à celle de la Corporation du patrimoine et du tourisme religieux de Québec qui, la semaine dernière, a fait part de son inquiétude devant la possible démolition de l'église Saint-Coeur-de-Marie. Le vice-président de la Corporation, Tommy Byrne, est aussi membre bénévole du conseil d'administration de Démocratie Québec. Ce que n'a pas manqué de souligner Régis Labeaume en répondant à M. Byrne, présent lors de la période des citoyens lundi. 
«Ce monsieur est vice-président politique de Démocratie Québec. Il peut poser une question, mais je ne suis pas obligé de répondre à quelqu'un qui vient sous fausse représentation, a attaqué le maire. Son intérêt pour le patrimoine, je n'y crois pas. Je pense qu'il a un intérêt strictement politique et moi, je ne suis pas ici pour ça», a tranché M. Labeaume, refusant de répondre à la question de M. Byrne.