Dans cette résidence du quartier Sacré-Coeur, le solarium au plafond plus bas donne l'impression que le fleuve est inséré dans un cadre.

Groupe Architecture MB: en lien avec le paysage

La firme Groupe Architecture MB de Rimouski conjugue innovation et expérience pour créer des maisons en symbiose avec la nature. Portrait.

Loin des grands centres, Groupe Architecture MB de Rimouski voit grand. Pouvant compter sur le dynamisme de son équipe et les grandes connaissances de son fondateur, l’architecte Marcel Banville, qui est dans le domaine depuis 30 ans, la firme met son expérience et sa créativité au profit de ses projets.

«On garde une ouverture d’esprit, une naïveté d’enfant, si on peut dire, de ne pas partir avec des idées préconçues, explique André St-Pierre, l’un des associés de la boîte avec Jean-Claude Dumas et Marcel Banville. On a une approche qui laisse beaucoup de place à la créativité.»

Dans ses projets, Groupe Architecture MB n’impose pas une signature visuelle précise. «On considère que chaque projet est une occasion unique d’explorer des nouveaux concepts, des nouveaux matériaux, de travailler les espaces de manière différente, les ambiances, la lumière», poursuit M. St-Pierre.

En plus de résidences, la firme travaille sur des projets institutionnels comme ce gymnase de l’école St-Victor de Petit-Matane.

L’architecture privilégiée est simple, épurée, rationnelle, authentique, sans éléments exubérants, décrit-il. «Ce n’est pas une architecture qui cherche à flasher. On est quand même en région. On s’inscrit dans l’architecture d’ici.»

Longue histoire
L’histoire de Groupe Architecture MB remonte bien plus loin que l’année de sa fondation, soit 2011. Marcel Banville était déjà à l’époque un architecte très connu dans le Bas-du-Fleuve et professeur au programme de Technologie de l’architecture au cégep de Rimouski. Un bel endroit pour recruter de nouveaux talents! Après avoir enseigné tout en menant en parallèle une pratique privée, M. Banville a pris sa retraite du métier de professeur pour lancer sa propre entreprise. S’attaquant autant aux secteurs résidentiels, commerciaux qu’institutionnels, la boîte compte désormais huit employés.

Le fondateur, Marcel Banville, entouré de six des sept autres membres de l’équipe de Groupe Architecture MB

Travailler en région
Originaire de la Gaspésie, André St-Pierre avait connu M. Banville alors qu’il étudiait au cégep de Rimouski. Après un séjour dans la ville de Québec pour compléter un baccalauréat en architecture, il a senti le besoin de retourner vers l’Est. Son ancien prof s’est empressé de lui mettre le grappin dessus avant qu’il ne s’éloigne trop. M. St-Pierre apprécie la façon de travailler en région. «Contrairement à des bureaux en ville qui sont très spécialisés dans des domaines en particulier, ici, on a une pratique diversifiée. Il faut être assez polyvalents. On a des projets de différents types et de différentes échelles.»

Le domaine de l’architecture est bien vivant dans le Bas-du-Fleuve, constate M. St-Pierre. «Le milieu se porte quand même bien depuis quelques années. L’époque de l’architecture de style néo-manoir, qu’on voyait un peu partout, est révolue. Les gens sont de plus en plus informés, sensibles à l’architecture de qualité grâce à Internet.» Comme ailleurs, il reste encore du travail à faire pour que cet art soit apprécié à sa juste valeur, ajoute-t-il toutefois. Il donne en exemple la cathédrale Saint-Germain de Rimouski, abandonnée depuis trois ans. «Personne ne s’entend sur la vocation à donner à l’immeuble. Pendant ce temps, elle continue de dépérir», déplore-t-il. D’autres bâtiments des années 60 connaissent le même sort, selon lui.

Décor inspirant
L’équipe de Groupe Architecture MB n’hésite pas à s’inspirer des magnifiques paysages de la région pour concevoir ses immeubles. L’intégration au paysage et le lien entre l’intérieur et extérieur sont des préoccupations constantes. Les architectes aiment concevoir ce qu’ils appellent des parcours architecturaux, c’est-à-dire créer des contrastes entre un plafond plus bas dans une entrée et qui se déploie en hauteur dans la pièce suivante pour laisser toute la place à une vue sur le fleuve.

Les architectes affectionnent également les matériaux locaux comme l’ardoise des environs, reconnue dans le monde car exempte de pyrite, ce qui lui donne une couleur franche de gris charbon. Le cèdre et le pin rouge sont aussi présents dans plusieurs de leurs réalisations. Pourquoi ne pas profiter du meilleur surtout lorsqu’il se trouve dans votre cour?

Info : gambinc.com

*

TROIS PROJETS

1)  Résidence du secteur de la Rivière-Hâtée

Agrandissement et réaménagement d’une résidence déjà existante qui était constituée d’un bâtiment principal sur trois niveaux auquel étaient juxtaposées quatre ailes sur deux niveaux. Le nouveau bâtiment joue sur l’asymétrie et les différences de hauteur. Le plafond de 9 pieds au séjour vient mettre en valeur le fleuve Saint-Laurent. Les matériaux utilisés pour le revêtement extérieur, des panneaux de fibrociment bruts et du bois posé à la verticale, font référence à deux éléments du site : le roc et les épinettes noires. 

2)  Résidence du quartier Sacré-Cœur

Cette résidence a été rénovée et on y a ajouté un étage, ainsi qu’un agrandissement. Les aires de vie ont été conçues en double hauteur, profitant de l’ampleur de l’espace. En jouant avec les hauteurs de plafond, le fleuve se retrouve comme s’il était dans un tableau. Des fenêtres, stratégiquement posées dans la salle à manger et face à la mezzanine, offrent d’autres points de vue de l’immensité de l’étendue d’eau.

3)  Résidence du quartier Saint-Germain

Agrandissement pour permettre l’aménagement d’une salle à manger et d’une salle d’entraînement aussi utilisée comme chambre d’amis. Le toit comprend une terrasse qui sera en partie végétalisée.