Josée-Gabrielle La Bar et François Guy Thivierge, les deux propriétaires de la Galerie Lounge.

Galerie Lounge: au service de la déco

La Galerie Lounge casse net l'image de la rue Saint-Paul. Est-ce une boutique branchée? Oui. Une galerie d'art? Aussi. Une brocante? Non, loin de là.
La Galerie Lounge s'est installée dans le secteur du Vieux-Port de Québec, à l'intérieur du local autrefois occupé par Antiquités Zaor. La métamorphose est totale. Les meubles et les objets antiques ont fait place à des bijoux, à du mobilier contemporain, à des murs d'eau, à des luminaires extravagants et à des toiles de jeunes artistes qui tapissent les murs.
Les vieilles poutres, les tuyaux et la brique de cette maison de 400 ans sont toujours apparents, mais le décor, lui, se réclame de 2013. Josée-Gabrielle La Bar, l'une des deux copropriétaires, s'est servi de ses études en théâtre et de ses compétences en scénographie pour aménager l'espace «de façon très british». «Pour les Anglais, un lounge, c'est une pièce dans laquelle on se détend», explique celle qui a étudié la décoration intérieure en Angleterre pendant un an.
Elle s'est associée à son «ami de longue date», François Guy Thivierge, bien connu dans le domaine de la montagne et de l'escalade. Le duo a imaginé un concept hybride où s'entremêlent la peinture, la joaillerie, les arts de la scène et le design.
<p>Le lieu est aussi une salle de montre, où la décoratrice révèle son savoir-faire et son style. </p>
Josée-Gabrielle La Bar offre des services de décoration à domicile à ceux qui se reconnaissent dans le décor de sa galerie. Elle propose des meubles et des luminaires exclusifs, ainsi que des murs d'eau et des toiles, dont les siennes. «J'aime les contacts humains», résume-t-elle. Pour elle, le bonheur passe par un intérieur qui ressemble à la personne qui y vit.
La Galerie Lounge est en réalité une salle de montre haut de gamme. On peut s'asseoir tout simplement au bar et boire un rafraîchissement. On peut analyser les matériaux qui le composent et s'en inspirer pour son chez-soi. Ou pourquoi ne pas zieuter les bijoux emprisonnés sous le comptoir de verre tels des muffins ou des pointes de tarte?
Les deux copropriétaires veulent tenir des soirées dans leur galerie. François Guy Thivierge a «un bon réseau de contacts» qu'il souhaite sensibiliser à son idée de «club sélect de gens d'affaires et d'amoureux d'art». Il veut organiser des spectacles et des ateliers de création, bref il souhaite démontrer qu'une galerie d'art peut être vivante et chaleureuse.