Dirt ground

Festival de jardins à Métis: six «terrains de jeu» pour la 20e année

MATANE — Le Festival international de jardins, qui célèbre cette année son 20e anniversaire, a dévoilé les noms des concepteurs qui présenteront leurs créations aux Jardins de Métis, situés aux portes de la Gaspésie, du 22 juin au 6 octobre. Pour cette présentation, six projets ont été retenus parmi les 154 propositions provenant de 28 pays.

«On a récidivé avec l’idée de jouer avec les zones de jeux, explique le directeur des Jardins de Métis, Alexander Reford. Le thème est un peu la continuité des deux dernières années, en lien avec les «playsages», où les terrains aménagés favorisent les expériences extérieures. On continue parce qu’on a bien vu que c’était populaire auprès du public et parce que c’est une manière d’encourager les jeunes concepteurs à être imaginatifs.»

Dirt ground

Dirt ground de Silvia Bachetti et Agnese Casadio de Bologne en Italie présente une parcelle vide encadrée par un mur et remplie de terre riche.

 Le dernier petit cochon 

Le dernier petit cochon de Kim Pariseau, Marc-Antoine Juneau, Esther Leduc, Raphaële Gendron, Jérémie Parent et Justine Dumas de Montréal propose au promeneur de s’aventurer dans l’imaginaire d’un conte bien connu.

Le dernier petit cochon

 Forêt

Forêt de Mathilde Leveau de Québec et Ronan Virondaud du Mans en France est une installation qui met en exergue l’essence d’un milieu boisé à travers une lecture verticale de l’espace.

Forêt

 Ici et ailleurs

Ici et ailleurs de José Luis Torres de Montmagny se présente comme un espace de liberté où toutes les rencontres sont possibles.

Ici et ailleurs

 The Colors of Métis

The Colors of Métis de SOWATORINI Landschaft (Sebastian Sowa et Gianluca Torini) et Sevengardens (Isabella Smolin) de Berlin et d’Essen en Allemagne suggère une toile où les couleurs sont extraites des sols, des feuilles et des fruits.

The Colors of Métis