Orchidée blanche

Félicitations! Votre orchidée est enceinte!

Aucun amateur d’horticulture de la région ne voudrait manquer l’Orchidofolie 2019, l’exposition annuelle des Orchidophiles de Québec, qui aura lieu aujourd’hui, le samedi 6 avril, de 12h à 17h30 et demain, le dimanche 7 avril, de 9h à 17h.

L’exposition se tiendra à l’Envirotron, 2480, boul. Hochelaga, Sainte-Foy (derrière Place Ste-Foy). L’admission est de 10 $ pour les adultes, de 5 $ pour les étudiants et gratuite pour les 12 ans et moins. 

Info: orchidophilesdequebec.ca.

Grossesse non planifiée

Et puisque nous avons tous les orchidées en tête, pourquoi ne pas discuter d’un phénomène assez courant: une grossesse non planifiée.

Oui, cela arrive dans la meilleure des familles, même chez les très populaires Phalaenopsis ou orchidées papillon. Souvent, après une floraison, au moment où les dernières fleurs fanent, une petite plantule se pointe sur la tige florale. Au début, ce n’est qu’un soupçon de plante, mais peu à peu, une feuille se forme et commence à grossir. Puis une autre. Des racines aériennes, épaisses et grises, aussi apparaissent. C’est clairement un bébé orchidée, couramment appelé un keiki, du mot hawaïen pour enfant.

Keiki ou bébé orchidée sur une tige de phalaenopsis.

Qui est le père? 

On n’ose presque pas poser cette question gênante, mais je vais vous révéler le secret quand même: il n’y en a pas! Oui, le bébé est un clone, une petite plante identique à la plante-mère qui partagera tous ses traits avec elle: couleur de fleur, période de floraison, taille, etc. 

Est-ce l’action du Saint-Esprit? 

Peut-être, mais habituellement un keiki paraît quand la plante mère est un peu stressée : elle manque de lumière, elle a subi une chute subite de température, elle a manqué d’eau, elle a été trop arrosée, elle a été arrosée avec des glaçons, etc. Mais ne vous culpabilisez pas : certains cultivars sont tout naturellement portés à faire des keikis, même quand leur entretien est impeccable.

On coupe ou on conserve

En, tant que propriétaire de l’orchidée, vous n’êtes pas obligé d’élever le keiki. Si vous ne voulez pas de bébé orchidée, supprimez la tige florale qui le porte, tout simplement. D’ailleurs, produire un keiki fatigue la plante mère. Si vous voulez une floraison plus abondante la prochaine fois, cela peut valoir la peine de le supprimer.

Si vous désirez l’utiliser pour produire une deuxième orchidée, toutefois, sachez qu’il vous faut vous armer de patience. La grossesse – soit le temps que le keiki demeure sur la plante – durera probablement de 6 à 12 mois. Et rajoutez encore 2 à 3 ans avant que la jeune orchidée se met à fleurir.

Comptez les feuilles, regardez les racines

Quand le keiki a 2 ou 3 feuilles et des racines de 5 à 7 cm de longueur, il est temps de provoquer l’accouchement. Coupez la tige qui la porte à environ 1 cm plus bas que le bébé et ce qui reste de la tige florale encore à 1 cm du keiki, ce qui laissera un petit bout de tige sur le bébé. Utilisez à cette fin un couteau tranchant stérile. Vous pouvez ensuite supprimer ce qui reste de la tige florale, la coupant à la base, pour dégager la plante mère.

Empotez le keiki dans un petit pot en utilisant un terreau conçu pour les orchidées, recouvrant les racines, mais pas les feuilles. Arrosez doucement avec de l’eau tiède. 

De bébé à adulte

Entretenez le bébé exactement comme une orchidée adulte : températures d’intérieur normales, bon éclairage sans trop de soleil direct (du moins, pendant les mois d’été), arrosages quand le terreau est sec au toucher, etc. Quand vous voyez une nouvelle feuille commencer à se former, vous pouvez commencer à fertiliser en douceur. 

Il est possible qu’il faille rempoter 2 à 3 fois d’ici la floraison, chaque fois la plante adolescente déborde de son pot, mais mieux vaut rempoter graduellement dans des pots de plus en plus gros que de planter un petit keiki dans un gros pot tout de suite, cela risquerait de mener à sa perte.

Un de ses jours, votre petite orchidée ne sera plus une adolescente, mais une adulte et vous présentera une belle tige florale! C’est d’ailleurs juste une question de temps!

***

Noisettes arrivées à maturité

RÉPONSES À VOS QUESTIONS

Noisetiers en pot

Q J’ai un très grand stationnement et j’aimerais y placer un ou deux noisetiers en pot. Est-ce que ça se fait? Existe-t-il des noisetiers autofertiles ou dois-je absolument en mettre deux? Si ce n’est pas possible avec les noisetiers, est-ce que c’est aussi le cas avec un amélanchier?  — Josée Doucet 

R Oui, vous pouvez cultiver des noisetiers (Corylus spp.) en pot. Choisissez des variétés bien rustiques (de préférence zone 3), car le froid pénètre davantage dans un pot qu’en pleine terre. Par contre, les noisetiers ne sont jamais autofertiles. Il faut donc planter deux cultivars différents pour assurer la pollinisation. Cela dit, certaines variétés sont de bonnes pollinisatrices, d’autres moins. Idéalement, vous contacterez un spécialiste comme la Pépinière Casse-Noisette (www.cassenoisettepepiniere.com) qui saura vous recommander deux variétés à la fois très rustiques et bien compatibles.Les amélanchiers (Amelanchier spp.) aussi se cultivent en pot et sont plus rustiques que les noisetiers (habituellement, zone 2 b à 3 selon l’espèce), donc presque toute variété conviendrait. Ils sont partiellement autofertiles, mais vous obtiendrez une meilleure récolte si vous cultivez 2 variétés différentes. Encore, la Pépinière Casse-Noisette pourrait vous aider à faire un bon choix de variétés.

**

Conifère sans flèche

Q Si un conifère perd sa tête, quoi faire?  — Uguette Bédard

R On appelle la tête d’un conifère une flèche. Habituellement, si la flèche est perdue ou endommagée, la plante en produira une nouvelle. Comme la majorité des conifères produisent toute leur croissance annuelle au cours d’un seule courte période à la fin du printemps, toute nouvelle croissance aura lieu à cette saison. Par contre, il arrive très souvent que l’arbre ne produise pas une nouvelle flèche, mais deux ou trois et alors, sa symétrie pyramidale naturelle sera perdue. Pour lui assurer de nouveau une symétrie parfaite, votre rôle sera alors de supprimer au sécateur toute flèche supplémentaire pour n’en laisser pousser qu’une seule. 

**

Des questions svp!

Vous pouvez nous joindre par courriel à courrierjardinierparesseux@yahoo.com

Par courrier à Le jardinier paresseux, Le Soleil, B.P. 1547, succ. Terminus, Québec (Qc), G1K 7J6

***

Entretien hortocole: à faire cette semaine

  • Profitez de l’épaisse couche de neige pour tailler les arbres fruitiers en raquettes: aucun escabeau ne sera nécessaire!
  • Il est temps de semer plusieurs légumes (aubergine, brocoli, céleri et oignon) et annuelles (coléus, lobélie érine, œillet et pensée). 
  • Pensez rempoter vos plantes d’intérieur, surtout si elles sont dans le même pot depuis trois ans.
  • Nettoyez les vitres, du moins de l’intérieur, pour mieux éclairer vos plantes de maison.

***

CALENDRIER HORTICOLE

Chiropractie et jardinage

La Société d’horticulture de Sainte-Foy vous invite à une conférence intitulée Débuter la saison du bon pied avec le chiropraticien Raphaël Gagnon. La conférence porte sur les exercices à faire pour se préparer au jardinage. Elle se tiendra le mardi 9 avril à 19h30 au Centre Sportif de Sainte-Foy (aréna, 2e étage) sis au 930, av. Roland-Beaudin. Coût: 8 $ non membres. Info: 418 653-4785

**

Trucs et astuces

La société d’horticulture et d’écologie de Montmagny vous invite à sa conférence mensuelle, Trucs et astuces pour jardinier à tout âge et en toute condition physique, avec Réal Dumoulin. Elle aura lieu à la cafétéria de l’École Secondaire Louis-Jacques-Casault, au 141 Taché E., le mardi 9 avril à 19h. Coût: 5 $ pour les non-membres. Info: 418 248-9322

**

Compagnonnage du jardin au potager

La Société d’horticulture de Beauport vous propose une conférence sur le Compagnonnage du jardin au potager avec Johane Boucher. Elle se tiendra le mercredi 10 avril à 19h30 au Centre municipal Mgr Laval sis au 35, av. du Couvent. Coût: 6 $ pour les non-membres. Info: 581 988-2556

**

Les coléus

La prochaine conférence de la Société d’horticulture de Saint-Nicolas qui aura lieu le mercredi 10 avril s’intitule Les coléus, des plantes à découvrir et sera donnée par Richard Côté. Cette conférence aura lieu à 19h30 à l’Hôtel Comfort Inn & Suites situé au 1394, route des Rivières à Saint-Nicolas. Coût: 7 $ /non membres. Info: 418 839-8387

**

Permaculture

La société d’horticulture et d’écologie de la Jacques-Cartier offre une conférence sur La permaculture et ses alliés avec Louis Duquet. La conférence se tiendra le jeudi 11 avril à 19h30 au Centre Socioculturel Anne-Hébert, Salle le Torrent, 22, rue Louis Jolliet, Ste-Catherine-de-la-Jacques-Cartier. Coût: 5 $ pour les membres, 10 $ pour les non-membres. Information: Micheline 418 875-1870 ou Nancy à 418 875-2343. 

Courriel: shej-c@hotmail.com

**

Devenir un jardinier paresseux

L’inscription pour le cours Comment devenir un jardinier paresseux : trucs et techniques aura lieu du 8 au 10 avril inclusivement. Le cours qui sera donné par Larry Hodgson à l’Université du troisième âge de 9h30 à 12h les jeudis 2, 9, 15, 23 et 30 mai. Coût : 80 $. Inscription par téléphone à 418 656-3010, en ligne à www.utaq.ulaval.ca ou sur place au local 4191 du Pavillon Comtois, 2425, rue de l’Agriculture, Université Laval.

Pour toute activité horticole, écrivez-nous à courrierjardinierparesseux@yahoo.com