L'artiste Colette Matte permet au public qui visite le Café Bistro de la Place de manipuler ces échantillons de papier peint qu'elle a reconstitués.

Exposition Les murs parlent à Cap-Santé: faire revivre des reliques grâce à l'art

Dans la boulangerie de ses arrière-grands-parents, à Cap-Santé, l'artiste Colette Matte a trouvé des boîtes de tabac, une bouteille de painkiller, une figurine de baseball, des papiers peints décatis. Elle a mis ces objets en tableaux et leur a consacré une exposition.
<p>Fabriquée avec des boîtes de tabac fixées sur des carrés de tôle découpés dans les anciens murs de la boulangerie, cette oeuvre présentait beaucoup de défis, notamment en raison de ses trois dimensions.</p>
<p>Cette bouteille de Labatt 50 avait été spécialement conçue pour Expo 67.</p>
Intitulée Les murs parlent, elle est présentée au Café Bistro de la Place, dans le coeur de Cap-Santé, jusqu'au 28 septembre.
Autrefois située derrière le Café Bistro, la boulangerie des aïeux Élie Matte et Caroline Morin a été détruite en octobre 2013. Mais elle était utilisée comme débarras depuis longtemps. Colette Matte a eu le temps d'y faire son tour avant la démolition et d'y puiser son inspiration.
Fidèle à sa démarche d'«amener l'art dans le quotidien», l'artiste a travaillé comme une archéologue.
Elle a photographié la maisonnette délabrée sous tous ses angles, a récolté des objets sous les gravats et a noté que les murs étaient recouverts de plusieurs couches de papiers peints.
Telle une restauratrice de tableaux anciens, elle a reconstitué leurs motifs en faisant tremper des portions de mur et en utilisant de la vapeur pour décoller les couches de papier les unes des autres.
«À l'époque, les laizes étaient superposées», fait-elle remarquer en indiquant la bordure vierge, du côté droit, sur laquelle on collait la bande suivante.
Des panneaux de masonite de 8 pouces sur 10 servent de support à ses petites installations. Colette Matte les a recouverts de ses photos imprimées, préalablement enduites d'un vernis protecteur à l'acrylique.
Inspiration
La suite relève de l'inspiration et de l'habileté de l'artiste. Ainsi, une vieille serrure apparaît-elle en relief sur l'oeuvre baptisée Ouverture. Un petit miroir permet au spectateur d'apercevoir son mécanisme.
La pièce nommée Terre des hommes montre une bouteille de Labatt 50 «spécial Expo 67». Colette Matte l'a mise en scène avec une toile gondolée provenant de l'ancienne usine de papier de Donnacona.
Entre 1887 et 1944, la famille Matte a été propriétaire de la maison qui abrite maintenant le Café Bistro de la Place, ainsi que du bâtiment qui faisait office de boulangerie, derrière. Sophie Hamel, l'actuelle propriétaire du café, se fait un devoir d'exposer des photos et des artéfacts rappelant la présence de cette famille à Cap-Santé. Il était donc naturel pour Colette Matte de tenir son exposition en ce lieu qui est un peu chez elle.
Elle s'est astreinte à beaucoup de recherches pour documenter son travail. Les papiers peints la fascinent. De fil en aiguille, elle a appris que Portneuf avait déjà eu son usine de papier peint.
À l'entrée du Café Bistro (12, place de l'Église), une «oeuvre interactive» révèle toute la beauté des papiers peints anciens. Colette Matte en a reconstitué quelques-uns que les gens peuvent manipuler à leur guise. Plusieurs de ses tableaux sont en outre des échantillons de papier peint qu'elle a méticuleusement recréés pour des fins esthétiques et documentaires. Oui, les murs parlent à Cap-Santé. Ils abordent la tradition et l'histoire, sous un angle contemporain.