La designer et entrepreneure générale Émilie Leblanc, à son bureau qui comprend aussi une cuisine modèle et une matériauthèque.

Évolution design: un studio en croissance

«Dans la vie, je pense qu’on évolue», dit Émilie Leblanc, pour expliquer le nom de son studio de design, lancé il y a un an.

Petite fille, on lui répétait qu’elle avait tellement de tempérament que ce serait difficile pour elle. À 27 ans, elle est designer d’intérieur, entrepreneure générale, compte faire grossir sa boîte et ne ferme pas la porte à des études en architecture. Elle a su maîtriser la bête!

Nous voilà dans les locaux d’Évolution design, sur l’avenue Saint-Sacrement, à Québec. Un labyrinthe de corridors, dans un édifice tristounet, nous mène à un surprenant bureau-boutique lumineux et contemporain, avec matériauthèque. Un local qu’elle a rénové elle-même et qu’elle agrandit déjà.

La cuisine en exposition reflète son travail et son style, à la fois moderne et classique. «Je suis très intemporelle et je ne me considère pas comme une artiste.»

Ce qui n’empêche pas Émilie Leblanc d’«aimer les belles choses», d’avoir «un sens de l’esthétique». Mais elle place avant tout l’ergonomie au centre de ses projets. Elle se demande toujours: est-ce que c’est réalisable? Est-ce que les gens vont se sentir bien? «Ça ne sert à rien de faire de belles choses, si ce n’est pas fonctionnel au quotidien.»

Dans cet esprit, elle a repensé un sous-sol, pour une jeune fille qui s’installait chez son père et voulait «un havre de paix». Elle a dessiné les plans et tout transformé, avec en tête un mandat clair: «elle est traîneuse, mais son père ne voulait rien voir». La designer a inséré un walk-in, sorte de zone cachée, entre la chambre rapetissée et la salle de bain. Aucun meuble n’encombre la chambre, tout le rangement est intégré dans le walk-in. Il suffit de coulisser la porte pour cacher le désordre à la vue.

Vue en plongée du sous-sol aménagé pour une jeune fille s’installant chez son père. La designer a inséré un walk-in, entre la chambre et la salle de bain, pour contenir le désordre.

Émilie Leblanc cumule aussi les projets de cuisines. Après son cours en design, elle s’est d’ailleurs spécialisée dans l’aménagement de cuisines et de salles de bain.

Perspective d’une cuisine en cours de chantier, à Sainte-Foy. Évolution design a tout réaménagé, enlevé un mur, déplacé des électroménagers, pour maximiser les espaces et les ouvertures.
Pour cette famille de quatre personnes, à Beauport, Émilie Leblanc a agrandi la cuisine vers la salle à manger. Avec un budget de 25 000 $, elle a opté pour des armoires de style shaker prémoulé en polyester et un comptoir de stratifié effet noyer.

Ses produits de prédilection? Les portes d’armoire en thermoplastique, un beau matériau, facile d’entretien et qui offre un bon rapport qualité-prix. Elle aime aussi les éviers sur mesure. Elle les commande chez Granit Castello, où elle a obtenu son premier emploi en sortant de l’école.

Autrement, elle montre le système d’ouverture d’armoire «wing-lang», peu connu, mais qui permet de ne pas avoir les panneaux dans la figure quand on vide le lave-vaisselle. «J’en mets presque systématiquement.»

Pour plus d’ergonomie, elle prévoit aussi des poubelles intégrées et des tablettes coulissantes dans le garde-manger.

Elle privilégie les diviseurs de tiroir en bois, la pierre naturelle, un mélange de poignées et d’absence de poignée, un mélange de métaux pour obtenir un plus beau coup d’œil.

Dans les décors en général, elle craque pour le noir et le doré. «Le noir dans la vie, je trouve ça élégant.»

Évolution design a imaginé cette salle de bain, dont le budget s'élevait à 35 000 $.

Bien entourée

La designer explique que son entreprise est née «avec plein de partenariats». Elle s’est bâti un réseau de fournisseurs, elle travaille avec le même ébéniste depuis quatre ans, le même électricien depuis cinq ans. «Je ne pense pas tout connaître. Mais j’ai monté une équipe autour de moi qui fait en sorte qu’Évolution design est solide.»

Si elle occupe seule son bureau pour le moment, elle aimerait devenir un point de repère pour d’autres entrepreneurs, mettre sa mathériauthèque à leur disposition, recevoir et aider leurs clients au besoin, dans un esprit de coopération.