Cette chambre de jeunes filles expose un mélange de motifs réussi grâce à un agencement de couleurs harmonieux.

Et passent les tendances...

On n'obéit pas à la mode comme on obéit à un juge. Les tendances ne sont pas des décrets. Oui, elles nous sautent aux yeux quand on feuillette un magazine ou qu'on flâne dans une boutique de décoration. Mais elles ne sont plus aussi rigides qu'à cette époque sans souci où le bourgogne marié au vert forêt nous assurait d'une place dans la confrérie des gens à la mode.
Cette année, le bleu est «tendance». Et Pantone a décidé que Radiant Orchid était LA couleur de 2014. Mais que ferons-nous dans deux ans quand les spécialistes nous apprendront que ces couleurs sont dépassées?
Pour un achat important, pour un meuble que vous garderez longtemps, misez sur le classique, recommande le designer Pierre D'Anjou. «Vous risquez moins de vous tromper.» Les tendances de l'année? Réservez-les à des accessoires ou à des petites touches de couleur que vous pourrez changer sans vous ruiner au bout de quelques mois, quelques années.
Écoutez votre instinct. Personnalisez votre décor. Exposez vos beaux objets. Réinventez vos agencements. Éclatez-vous. Le legging ne convient pas à toutes les silhouettes. Il en va de même pour le tartan, les panaches et le béton dans les intérieurs. À l'instar de vos vêtements, votre maison doit refléter ce que vous êtes. La tendance la plus réussie ne serait-elle pas d'y parvenir?
Le Soleil a tout de même demandé à trois designers d'identifier quelques tendances de 2014 :
Nancy Gauthier (www.nancygauthierdesigner.com)Alexandra Lepage (alexandralepage.com)Pierre D'Anjou, embauché depuis 13 ans pour concevoir les vitrines du Salon canadien de l'ameublement résidentiel de Toronto.
<p>Le design scandinave a la cote. L'appartement appartient à la designer suédoise Benedikte Ugland. </p>
Influences scandinaves
Nancy Gauthier constate un engouement pour les éléments qui caractérisent le design scandinave : les fibres et les tons naturels, les peaux d'animaux, le bois, les coloris doux, caramel par exemple, qui atténuent les couleurs vibrantes. «Associé à des couleurs fluo très éclatantes, le classique se fait glam», ajoute-t-elle.
«L'éclectisme est de mise», observe Alexandra Lepage. Mais malgré cette propension au mélange des genres, elle insiste sur la nécessité de créer des liens entre les couleurs et les matériaux. De nos jours, il importe de s'attarder aux détails architecturaux, fait-elle valoir.
<p>Les motifs s'additionnent et se superposent. </p>
Les motifs se superposent
Les motifs s'additionnent et se superposent. Par ici les carreaux, les rayures, les fleurs et les pois! La clé? Choisir des motifs de dimensions variables dans un registre de couleurs complémentaires. Les tartans envahissent les salons, remarque Nancy Gauthier. Le papier peint tous azimuts se pointe : ton sur ton, à motifs floraux surdimensionnés, rétro des années 60, en trompe-l'oeil, etc. La courtepointe revient en force sur les tapis, les tissus, les édredons et la céramique, constate Alexandra Lepage. Dans une vitrine du Salon canadien de l'ameublement résidentiel, Pierre D'Anjou a même installé une tête de lit à carreaux.
<p>Le designer Brian Patrick Flynn a créé une chambre d'ados pour la chaîne Home and Garden TV en s'inspirant de la couleur Radiant Orchid que Pantone a décrétée couleur de l'année 2014. Il l'a jumelée avec du blanc et du noir afin de l'alléger un peu et de la rendre plus ludique. </p>
Le bleu s'impose
Les designers le clament à l'unisson : le bleu s'insinue dans les décors de 2014. Alexandra Lepage affirme qu'il surclasse maintenant le gris; Pierre D'Anjou l'aime très soutenu, «comme le sigle de la Banque de Montréal». Nancy Gauthier note que «les nouveaux neutres» tirent davantage sur le bleu, le vert et le lavande, et moins sur le gris. Elle se réjouit de voir des couleurs vibrantes réchauffer les ambiances : fuchsia, bleu électrique, vert acide, jaune éclatant. «Ils se marient bien aux motifs sixties», soutient-elle. Il y a aussi du blanc et du délavé, observe Alexandra Lepage. «Et dans les décors monochromes, on joue avec les niveaux de lustre [mat, semi-lustré ou lustré]», recommande-t-elle. Le noir et le blanc demeurent des indémodables : Pierre D'Anjou en a saupoudré dans plusieurs vitrines du Salon de Toronto.
<p>Cette vitrine du Salon canadien de l'ameublement résidentiel de Toronto montre que le bois aura sa place dans nos décors cette année.</p>
Le bois, toujours très fort
«Le bois de grange est encore dans le coup, mais il évolue vers le bois brut qui réchauffe les décors contemporains, rapporte Pierre D'Anjou. Le chêne blanc, lui, est une grosse tendance de 2014.» «Le bois blanchi et le bois naturel, comme le noyer et le teck, sont très forts», renchérit Alexandra Lepage. Et le béton est toujours «populaire».