La salon de la photographe Marina Fontaine.
La salon de la photographe Marina Fontaine.

Du bonheur et du style pour un appart digne de Pinterest [15 PHOTOS]

Marie-Anne Dayé
Marie-Anne Dayé
Collaboration spéciale
Grâce à ses talents artistiques et à sa créativité débordante, la photographe Marina Fontaine a réussi à transformer son nouvel appartement en un lieu hautement «Pinteresque». Hyper tendance, oui, mais surtout authentique et représentatif de sa personnalité.

Après deux années passées à Québec, la photographe et artiste peintre est retournée dans sa région natale, l’Abitibi-Témiscamingue, et a déniché un appartement à Rouyn-Noranda qu’elle convoitait depuis longtemps, même si la fonderie Horne se trouve juste derrière.

Dans cet immeuble vieux de 1933 s’est libéré un logement au caractère distinctif, mais camouflé sous quelques égratignures et de nombreuses couches de peinture. Or, Marina y a vu tout son potentiel et s’est attelée à une tâche colossale qu’elle a répartie sur plusieurs mois.

Pour elle, un lieu de vie qui a de l’âme en est un qui a pris du temps à se construire. Ce n’est pas pour rien que l’on est en admiration devant les maisons de nos grands-parents, bourrées de cachet, car elles recèlent de trésors accumulés sur des dizaines d’années.

La photographe Marina Fontaine aime dénicher de beaux objets seconde main chez des antiquaires ou sur Marketplace, par exemple. Pour les accessoires neufs, elle adore magasiner chez Brico Déco, une boutique située sur la rue St-Joseph à Québec. Les voyages sont aussi une grande source d’inspiration pour elle.

Au 30 juin dernier, elle a commencé à fabriquer son «petit nid d’amour», comme elle le nomme, en consultant les propriétaires chaque fois que des travaux de plus grande envergure étaient nécessaires. Ils lui ont donné leur bénédiction sachant qu’elle possède des goûts développés en décoration. Et cette passion ne date pas d’hier. «À 5 ans, je faisais des maisons en bâtons de popsicles, des estifi de grosses piaules! Je m’installais sur la table de cuisine et je pouvais faire ça six jours d’affilée. Ça a toujours été en moi», raconte Marina.

Univers créatif

Sa chambre bohème et colorée est digne des décors présentés sur le site Apartment Therapy. Cette pièce, qui faisait auparavant office de salon, sert aujourd’hui de chambre d’un côté et d’atelier d’artiste de l’autre. En prime, un splendide foyer dont le manteau a été repeint en blanc pour plus de fraîcheur. Les murs et le plafond ont également reçu quelques coups de pinceau et les cadrages de portes et de fenêtres, ainsi que les moulures en bois, ont été conservés.

Les textures, les plantes et les couleurs terreuses se côtoient harmonieusement dans cet univers boho. Un peu comme la toile accrochée au mur, que Marina prend le temps d’observer chaque matin et chaque soir avec beaucoup d’émotion.

L’art est au cœur du décor de Marina. Dans la chambre, une œuvre très significative pour la locataire occupe le mur de gauche et une affiche d’Élisabeth Montreuil, une illustratrice de Québec, donne une touche <em>groovy</em> à l’espace dédié aux plantes.
Le coin foyer a du cachet tout en étant en plein dans les tendances avec sa brique blanche et son arche. À gauche, l’atelier de Marina à la vue, prêt à accueillir l’artiste lorsqu’elle se sent inspirée.
La chambre avant…

Cette dernière était-elle le point de départ pour la ligne directrice de sa déco? Inconsciemment peut-être, réfléchit Marina, car les couleurs sont reprises dans les accessoires de la chambre. La toile a été réalisée par la mère du meilleur ami de Marina qui est décédé quand elle avait 20 ans. On retrouve même une partie des cendres du jeune homme dans la peinture jaune. Difficile de trouver une œuvre plus significative…

Transformation miracle

La cuisine, avant que Marina n’y mette son grain de sel, avait l’air de rien. Pire, elle croulait sous des dizaines de couches de peinture qui avaient été ajoutées au fil du temps. Comme elle ne fait pas les choses à moitié, l’artiste de 29 ans a entrepris de retirer les armoires, de les sabler et de les repeinturer, de changer les poignées et, tant qu’à y être, de changer le comptoir et le dosseret!

Pour le dosseret, elle a appliqué des tuiles autocollantes de style portugais, beaucoup moins chères que la céramique. Le vieux comptoir gris, lui, a été troqué pour un comptoir neuf d’aspect bois.

Pour rafraîchir la cuisine et la rendre plus lumineuse, la locataire a retiré quelques armoires pour laisser la vaisselle à la vue, a tout repeint en blanc, et a opté pour un comptoir pâle.
Les tuiles autocollantes sont une option abordable pour changer le look d’un dosseret à petit prix.
La cuisine avant…

Ainsi, l’espace est beaucoup plus lumineux, moderne et invitant. Pour dissimuler les marques du temps sur le plancher, elle a opté pour un tapis rond. «En mettant un tapis, l’œil va regarder le tapis avant de regarder le plancher magané», justifie Marina.

Une jolie table jaune rétro de seconde main, quelques plantes et une tenture murale en macramé embellissent la pièce tout en douceur.

Salon chaleureux

Pour Marina, il était primordial que le salon (qui consistait naguère en une chambre) serve aussi de chambre d’amis et soit accueillant. Le jaune moutarde a été élu pour parer les murs au trois quarts, juste en dessous de la moulure qu’elle a elle-même clouée. Des coussins colorés débordent presque du canapé, rappelant les salons indiens que la photographe a eu le plaisir de visiter dans le passé. Le tapis importé de ce pays qui honore les couleurs vives réchauffe aussi l’atmosphère.

Sur les murs, des idées ingénieuses et pas chères ont de quoi inspirer d’autres locataires. Au lieu de laisser choir ses chapeaux au fond de la garde-robe, Marina les a alignés dans le haut du mur. Et tant qu’à dépenser pour des porte-affiches, elle a simplement suspendu des aquarelles au moyen de corde, de pinces et de punaises.

Le salon était la pièce avec le moins de cachet. C’est pourquoi Marina a installé des moulures au trois quarts du mur pour créer un fil conducteur avec le reste de l’appartement.
Essayer de consommer le moins possible, autant en ce qui concerne les meubles et les accessoires décoratifs que les vêtements, est l’un des mantras de Marina.
Le salon avant…

Fausse céramique réussie

La salle de bain, malgré sa petitesse, a de quoi faire des jaloux. Ce sont des écailles de poisson, peintes à la main une à une, qui ornent les murs et rendent les lieux attrayants. Contrairement à de la vraie céramique, qui aurait coûté environ 2500 $ incluant la pose selon les informations qu’a recueillies Marina, le résultat a été atteint grâce à un maigre 7 $… du temps et du jus de bras!

Une centaine d’heures ont été nécessaires pour réaliser cette murale, mais le jeu en a valu la chandelle. «Je me mettais une série Netflix, je montais dans l’escabeau. Je pouvais faire ça pendant quatre heures et je m’en rendais même pas compte».

La salle de bain a une toute nouvelle allure avec cette imitation de céramique en écailles de poisson que Marina a peinte à la main. Deux couches de peinture ont été nécessaires pour obtenir un effet opaque.
La salle de bain pendant les travaux de peinture…

Si Marina n’avait pas l’intention d’occuper cet appartement pendant plusieurs années, elle n’aurait probablement mis autant d’efforts pour quelque chose qui ne lui appartient pas. Mais il en va autrement.

«J’ai trouvé l’appart de mes rêves et je n’ai pas toutes les complications qui viennent en étant propriétaire, se réjouit-elle. Mes proprios sont bien contents aussi!»