La maison est déposée sur un terrain étroit.

Entrez!: la sobriété au service de l'architecture

Au nord de Québec, au bout d'une rue inhospitalière, sur une bande de terrain étroite et pentue, se dresse un duplex contemporain, que se partagent un grand-papa et une famille de trois enfants convertie à la sobriété.
<p>Les propriétaires ont banni la décoration superflue.</p>
<p>La cuisine est vivante et fonctionnelle.</p>
Les fins d'après-midi, ça grouille chez Simon Tobin et Alexandra Cantin. Noah, cinq mois, passe des bras de l'un à l'autre, souriant et calme, pendant que Nathan, trois ans, fuit le photographe, et que Julia, deux ans, cherche la chicane.
Alexandra et Simon semblent en contrôle. Un semblant d'ordre règne dans leur maison. Ils se relaient pour répondre aux questions et pour faire la discipline.
Le grand-père d'Alexandra occupe la seconde partie du duplex. Nous ne la visiterons pas, mais nous observons que sa forme basse et allongée, à l'est, évoque un bâtiment abritant une piscine intérieure.
<p>Le sous-sol est généreusement fenestré.</p>
<p>Les chambres sont petites, mais les propriétaires sont très contents d'avoir pu en aménager quatre à l'étage.</p>
Simon et Alexandra sont installés depuis deux ans dans leur moitié du duplex, séparée de celle du grand-papa par un abri d'auto, et totalement différente.
Surplombant le corridor des Cheminots, la maison est construite sur un terrain étroit et incliné. Il appartenait aux parents de la jeune femme, qui demeurent à côté.
La rue en cul-de-sac, la vue sur Québec, la proximité de la piste cyclable et des boulevards : ce terrain avait tout pour plaire au couple. Vu sa configuration particulière, un architecte a été mandaté, Guillaume Fafard, un ami, dont c'était «le premier projet officiel». «Il a fait son stage chez Yvan Blouin», précise Simon.
Le rez-de-chaussée à aire ouverte convient à une vie familiale décoiffante. Mais plus satisfaisantes encore sont les quatre chambres qu'ils ont réussi à aménager à l'étage, sur une superficie d'à peine 850 pieds carrés. Ils ont fait installer de grandes fenêtres qui font un boulot du tonnerre pour la diffusion de la lumière.
<p>Simon Tobin et Alexandra Cantin avec Noah, cinq mois, Julia, deux ans. Accroupi à côté du foyer, Nathan, trois ans.</p>
<p>Le couple profite d'une petite terrasse attenante à sa chambre. Il y fera installer un spa où il pourra relaxer pendant que les petits dorment, tout à côté.</p>
Terrasse attenante
Le couple profite d'une petite terrasse attenante à sa chambre. Il y fera installer un spa où il pourra relaxer pendant que les petits dorment, tout à côté. Un jour, il y aura une piscine dans la cour.
Nous sommes en présence de deux nageurs, qui se sont connus à l'école secondaire Cardinal-Roy, à Québec, dans le programme sport-études de natation. Simon, un ancien du Rouge et Or de l'Université Laval, était un habitué de la traversée du lac Saint-Jean. Titulaire d'un doctorat en psychologie, il travaille aujourd'hui dans l'édition de matériel pédagogique.
Alexandra, elle, est enseignante à la maternelle. Son congé de maternité lui a inspiré une grande réflexion. Les enfants, c'est son truc, a-t-elle réalisé. Elle envisage de se réorienter et de suivre des cours d'accompagnement à la naissance.
Ils ont quitté «un appartement trop décoré» pour une propriété qu'ils apprécient vraiment, fonctionnelle et sobrement aménagée. Ils se sont beaucoup impliqués pendant la construction et ont rencontré de nombreux imprévus. «Ta première maison n'est jamais parfaite», philosophe Simon. Mais ils ont des projets, des idées et le sentiment d'être chanceux de vivre en un si bel endroit.