Dans une série baptisée Archiatric, le designer et architecte Federico Babina traduit le chaos que font vivre l'anxiété, la démence, la schizophrénie, la dépression, l'insomnie...

Entrecroiser architecture, cinéma, contes et dépression

Pour Federico Babina, la maison est un moyen d'expression. Le designer et architecte développe des séries de dessins, où les murs parlent d'un trouble, d'une oeuvre, d'un artiste.
Le site Internet de l'illustrateur italien, installé à Barcelone, regorge d'images à la fois simples et percutantes. Dans une série baptisée Archiatric, il traduit le chaos que font vivre la démence, la schizophrénie, la dépression, l'insomnie... D'une image à l'autre, on retrouve la même forme simple et classique d'une maison qui se fracture, se divise, s'enchaîne, se liquéfie, se tord, démontrant avec puissance les turbulences du cerveau. 
Dans la série Archidirector, il a imaginé 27 demeures influencées par le style cinématographique de grands réalisateurs. Une maison-vaisseau pour représenter l'univers de George Lucas. Des fondations en rouage pour Charlie Chaplin. Des escaliers et des échelles pour Alfred Hitchcock.
Les écrivains, les contes pour enfants, les musiciens, les films cultes et même le Kamasutra alimentent l'imaginaire de Federico Babina, avec toujours pour trame de fond, l'architecture. À découvrir.