L'obligation de maintenir la température de l'eau à l'intérieur des chauffe-eau à 60 °C protège les utilisateurs des risques de propagation de la bactérie Legionella.

Dix avancées en plomberie

Le Soleil a demandé à la Corporation des maîtres mécaniciens en tuyauterie du Québec quelles étaient les avancées en plomberie des 10 dernières années. Voici ce qui en ressort, selon Henri Bouchard, directeur du service technique.
Débit réduit
Manufacturiers, concepteurs et installateurs mettent de plus en plus l'accent sur l'utilisation d'appareils sanitaires à débit réduit. Les codes ont suivi, les débits pour plusieurs types d'appareil sont maintenant réglementés. Certains appareils peuvent même fonctionner sans eau, comme les urinoirs.
Chauffe-eau à 60 °C
L'obligation de maintenir la température de l'eau à 60 °C à l'intérieur des chauffe-eau protège les utilisateurs des risques de propagation de la bactérie Legionella.
Protection antibrûlures
En contrepartie, pour protéger les gens contre les brûlures qui pourraient être occasionnées par de l'eau à 60 °C, il y a obligation de limiter la température de l'eau à la sortie de la baignoire et de la douche à 49 °C dans les habitations ou à 43 °C dans les résidences pour personnes âgées. Pour y arriver, des mitigeurs thermostatiques ou à pression équilibrée sont installés à la douche et au bain. La température maximale de l'eau est ensuite réglée aux températures exigées par le Code de plomberie selon le type de bâtiment.
Antirefoulement
Les réseaux d'eau potable (celui de la municipalité ou ceux à l'intérieur des bâtiments) doivent maintenant être protégés contre les risques de refoulement d'eau ou de produits impropres à la consommation par des dispositifs antirefoulement.
Du nouveau au sous-sol
On peut maintenant installer des appareils au sous-sol, même si l'évacuation gravitaire est impossible. Les toilettes à broyeur peuvent évacuer leur propre eau, en plus de celle d'une douche et d'un lavabo.
Économie d'énergie
Des récupérateurs de chaleur d'eaux grises (eaux usées) sont maintenant proposés. Ils utilisent la chaleur contenue dans l'eau évacuée de la douche pour préchauffer l'eau froide et ainsi abaisser la demande de chauffage au chauffe-eau.
Recyclage
Des systèmes de récupération d'eaux grises permettent d'utiliser les eaux rejetées par la baignoire et la douche pour alimenter les toilettes et les urinoirs.
<p>De plus en plus d'accent est mis sur l'utilisation d'appareils sanitaires à débit réduit. Certains appareils peuvent même fonctionner sans eau, comme les urinoirs secs. </p>
Simplicité
Les raccords utilisés pour les conduites d'eau potable ont beaucoup changé; la dernière génération ne requiert plus d'outil, une seule insertion de la tuyauterie dans le raccord et le tour est joué.
Moins de plomb
Des changements au Code de plomberie sont imminents (1er mai) afin de réduire la teneur en plomb des appareils de robinetterie et des autres raccords en contact avec l'eau potable. Il est prouvé que le plomb peut contaminer l'eau, d'où l'importance de limiter sa présence dans les appareils destinés à la consommation humaine.
Fréquence variable
Les appareils électriques sont aussi beaucoup moins énergivores. Dans bien des cas, ils sont à fréquence variable. Par exemple, un appareil destiné à la circulation de l'eau chaude dans un immeuble multirésidentiel ne dépensera que l'énergie correspondant à la demande. Il n'utilisera qu'une petite partie de sa puissance au lieu de fonctionner en «tout ou rien», comme c'était le cas auparavant. Ce qui est un facteur d'économie important.
<p>Selon l'Organisation mondiale de la santé, 1,1 milliard de personnes n'ont toujours pas accès à l'eau potable, 2,6 milliards de personnes ne bénéficient pas de système d'assainissement de base et 3,1 millions d'enfants meurent chaque année en raison de maladies liées à l'eau.</p>
Le 11 mars, Journée mondiale de la plomberie
Saviez-vous que le 11 mars était décrété Journée mondiale de la plomberie?
Cette semaine, la Corporation des maîtres mécaniciens en tuyauterie du Québec et l'Institut canadien de la plomberie ont profité de l'occasion pour souligner l'importance de cette industrie dans la protection de la santé, de la sécurité publique et de l'environnement.
Les gens du milieu rappellent qu'historiquement, les progrès sociaux ont souvent été liés à des avancées technologiques en plomberie. Des améliorations qui ont permis de limiter le nombre de victimes d'épidémies, d'éradiquer certaines maladies et donc d'allonger l'espérance de vie. Mais tous ne profitent pas de ces bienfaits sur la planète.
Selon l'Organisation mondiale de la santé, 1,1 milliard de personnes n'ont toujours pas accès à l'eau potable, 2,6 milliards de personnes ne bénéficient pas de système d'assainissement de base et 3,1 millions d'enfants meurent chaque année en raison de maladies liées à l'eau.
Là où l'eau est bonne et abondante, encore faut-il protéger la ressource. Les spécialistes en plomberie font d'ailleurs ce rappel environnemental : utiliser un balai plutôt qu'un boyau d'arrosage pour nettoyer une entrée sauve 13 gallons d'eau à la minute.
En un mot
Plomberie › Wikipédia informe les curieux que le mot plomberie a pour origine le terme latin plumbum («plomb») et provient de l'utilisation de ce métal malléable pour réaliser les installations de plomberie au cours des siècles passés.