Francine décrit une grande chambre principale, un salon, une annexe dans une tour. Elle indique que plusieurs photos de la suite circulent sur Internet.

Disney: traitement royal dans la suite du château

Le Soleil racontait la semaine dernière comment le château de Cendrillon a été conçu au parc Magic Kingdom, à Orlando. Et révélait qu’une famille de la région a eu le privilège de dormir dans LA suite du château il y a une dizaine d’années. Ces chanceux, Francine, Richard et leur fille Anna-Sophie, de Saint-Émile, nous ont contactés. Retour sur leurs souvenirs.

Cette folle aventure était le fruit d’un heureux hasard, indique Francine. «Le tirage au sort a favorisé ma fille, assise au bon emplacement, dans le bon manège, la bonne journée et à la bonne heure, parmi l’ensemble des gens sur les sites de Disney, soit environ 350 000 personnes cette journée-là.»

Quand le personnel les a interceptés à la sortie du manège, Francine et Richard ont posé plusieurs questions, avant de comprendre que l’offre était gratuite. Un interprète français leur a expliqué qu’il s’agissait d’un prix pour une nuitée, avec services, cadeaux, souper au château, petit déjeuner le lendemain entourés de mascottes. Le rêve éveillé pour leur fille de 8 ans en 2008.

Francine, Richard et leur fille Anna-Sophie, à gauche, ont gagné le privilège de dormir une nuit dans le château de Cendrillon au parc Magic Kingdom, à Orlando, en 2008.

«D’une beauté inouïe»

Francine se rappelle l’ascenseur arrondi avec le soulier de Cendrillon qui montait à la chambre. Un décor «d’une beauté inouïe», assez lourdement chargé et très confortable. «La porte était barrée et nous devions appeler le concierge pour nous faire ouvrir. Il y avait beaucoup de valeur là-dedans.»

Elle se souvient d’un grand miroir qui était en fait un écran de télévision. Même s’ils pouvaient visionner tous les films Disney de leur choix, ils n’ont pas eu le temps d’en regarder un seul.

La famille a été traitée aux petits oignons. «Le soir, nous avions une place assise avec chocolat chaud pour regarder le défilé.» Le trio a aussi eu accès aux manèges de son choix, escorté de guides pour passer devant les files. «Un traitement royal», conclut Francine, qui a revisité Disney les deux années suivantes.

Lire l'article de la semaine dernière