Dans les deux modèles par Euroshield, les bardeaux se déclinent en brun, en gris et en noir.

Des pneus sur le toit

Adeptes du recyclage et amateurs de la maison écologique, vous aimerez les bardeaux en caoutchouc! Ce matériau, issu de la valorisation des pneus, peut remplacer votre bon vieux bardeau d'asphalte qui n'a rien d'écolo, puisqu'il est conçu à base de produits dérivés du pétrole et qu'il ne se recycle pas (ou si peu) après sa vie utile.
Le modèle EuroLite Shake s'apparente à du bardeau de cèdre.
Le modèle EuroLite Slate s'apparente à de l'ardoise.
La compagnie Euroshield à Calgary a conçu cette technologie. Leurs derniers «bébés» s'appellent EuroLite Slate et EuroLite Shake. «Ces bardeaux sont faits avec des pneus recyclés, du plastique et une composition industrielle... un secret bien gardé», rit Stéphane Périgny, des Toitures Écologiques PP, distributeur du produit au Québec. Ces bardeaux écolos s'installent aussi facilement et aussi rapidement que les bardeaux classiques. En matière d'apparence, on a le choix entre deux modèles. Le premier, l'EuroLite Shake, imite le bardeau de cèdre alors que l'EuroLite Slate, ressemble à s'y méprendre à de l'ardoise. Dans les deux cas, les bardeaux se déclinent en brun, en gris et en noir.
«De plus en plus de clients demandent de la durabilité et des produits respectueux de l'environnement», mentionne M. Périgny, en précisant que ces bardeaux sont recyclables et garantis 50 ans. Un chiffre qui fait toutefois un peu tiquer Emmanuel Cosgrove, d'Éco-Habitation, puisque aucune toiture revêtue de ce type de matériau n'a passé autant de temps aux intempéries. «Leur fiche de route est peu connue», dit-il. Mais Stéphane Périgny de répliquer que des tests d'usure accélérés ont été faits... et réussis haut la main.
Emmanuel Cosgrove salue ces produits. «C'est de la valorisation de matériaux qui sont difficilement valorisables autrement», précise-t-il. Le pneu est effectivement peu recyclé... et des pneus, on en jette une grande quantité. M. Cosgrove a remarqué un intérêt des consommateurs pour ces bardeaux, «mais ils se découragent avec le prix», poursuit-il, «c'est très dispendieux.» Selon les chiffres de Stéphane Périgny, en excluant le prix de pose, le pied carré de bardeaux en pneu revient à 3 $ contre 1 $ pour le bardeau d'asphalte. «À ce prix-là, les gens se tournent vers le toit de tôle, qui est tout de même moins cher et on sait que c'est une valeur sûre», explique M. Cosgrove.
Tôle, bois, asphalte : les classiques. Mais imaginez le sourire et l'étonnement de vos voisins quand vous direz que votre toit est en pneus!