Déneigement «extrême» sur le toit de l'église Saint-Roch

Pelleter de la neige à Québec, ça peut devenir un sport extrême quand on travaille par exemple sur les toits de l'église Saint-Roch ou du Château Frontenac. C'est le cas de l'Escouade des neiges, qui regroupe des hommes de différents milieux (élagueurs, pompiers et passionnés d'escalade) qui s'adonnent à ce métier durant la saison hivernale.
«C'est sûr qu'il faut aimer les hauteurs!» lance Éric Deschênes, qui travaillait au sol lundi, à faire en sorte que les amas de glace et de neige ne tombent pas sur les voitures et les passants de la rue Saint-Joseph.Munis de casques et de matériel d'escalade, l'équipe de 12 hommes est passée par le grenier de l'église Saint-Roch avant de sortir par une fenêtre et de descendre le toit en rappel. C'est la deuxième fois cet hiver qu'ils doivent déneiger ce toit.
Leur métier passionne à un point tel qu'un jeune cinéaste de Québec, Helgi Piccinin, tourne présentement un documentaire sur le sujet. Appelé Les coureurs des toits et produit par Parallaxes, une boîte de l'île d'Orléans, le film devrait sortir à l'automne.