Cuillères musicales Héritage: folklore et style

Les cuillères musicales Héritage, de Saint-Nicolas, s’entrechoquent avec beaucoup d’art et de style. Leur son bien net endiable les soirées. Leur beauté incite à les exposer.

La plus grande s’appelle la Boîte-à-bois, la moyenne, la Traditionnelle et la petite, la Giboulée. Chacune est fabriquée à la main en bois d’érable et a un son unique. 

Ce bel objet, offert en six couleurs différentes, tient bien à la main. «On passe beaucoup de temps à les sabler», glisse Mathieu Venière-Cyr, qui travaille quelques jours par semaine à l’atelier de Saint-Nicolas, à la hauteur du gros chien sculpté qu’on aperçoit de l’autoroute 20.

Mathieu Venière-Cyr a joint l’entreprise de son père il y a deux ans, après avoir été chargé de projets aux achats marketing chez L’Oréal. Artisan de deuxième génération, il s’occupe aussi du développement des affaires.

Son père, Richard Cyr, a perfectionné le produit. L’histoire commence il y a 20 ans, quand un ami animateur dans une grosse cabane à sucre lui demande de fabriquer des cuillères à bois. «C’est ce qui a semé la graine», explique le fils, en entrevue avec Le Soleil.

Richard Cyr, amoureux d’ébénisterie et fondateur d'Héritage cuillères musicales

Mathieu a joint l’entreprise il y a deux ans. Père et fils se complètent. L’un est artiste et joue d’audace. L’autre, plus rationnel et organisé, développe les affaires. «En 2017, nous avons vendu plus de 10 000 cuillères.» Outre la boutique en ligne Héritage, sur la plateforme Etsy, les points de vente s’étendent de Vancouver à Saint-Jean de Terre-Neuve. Des écoles ont même commandé des cuillères musicales pour les enfants en Alberta.

En 2017, plus de 10 000 cuillères ont été vendues.

À Québec, on peut se les procurer à La Petite cabane à sucre de Québec, au Magasin P.A. Gagnon, au Magasin Général, au Sentier et au Site traditionnel huron Onhoüa Chetek8e. Mais la demande dans la province est surtout touristique. L’instrument fait partie du bagage folklorique et représente un beau souvenir, typiquement fait au Québec.

Les cuillères musicales Héritage sont offertes en trois grandeurs et en six couleurs. Elles se détaillent entre 22,90 $ et 48,90 $.

«Cet été, on attaque le marché américain», indique Mathieu qui se rendra à un salon à Atlanta. «On est en train de passer de la production artisanale à une production de plus grande échelle.»

Malgré tout, l’idée n’est pas de trop grossir. Le duo prône une production «décentralisée», avec quelques artisans préretraités et retraités qui peuvent travailler chez eux, à leur rythme.

La Boîte-à-bois mesure 27 cm de long et pèse 120 g.

« «Le drummer de Saturday Night Live nous en a acheté six» »
Mathieu Venière-Cyr, en parlant du plus grand modèle de cuillère, la Boîte-à-bois

Façonnées avec doigté, les cuillères musicales Héritage ont un beau son franc. On peut d’ailleurs les entendre sur le site Internet de l’entreprise. La plus grande, la Boîte-à-bois, plaît particulièrement aux musiciens. «Le drummer de Saturday Night Live nous en a acheté six», lance Mathieu Venière-Cyr, heureux de savoir que leurs cuillères résonnent dans un studio à New York.

Héritage raconte que les cuillères de bois étaient importantes dans la musique irlandaise et celtique. Avec les vagues d’immigrants, elles ont trouvé leur place au Canada français et animaient rigodons, gigues et autres danses folkloriques. Ici, la version 2018.