Créations deBois: le hobby devenu gagne-pain

Le 21 janvier 2016, William Dumais lâchait l'ingénierie pour «aller gosser du bois» dans son atelier. Maintenant que son carnet de commandes est rempli jusqu'à la fin de mai, il ne pourrait être plus heureux.
L'ingénieur devenu ébéniste a aménagé son atelier dans le garage derrière chez lui.
L'ébénisterie avait toujours été «un hobby de fin de semaine» pour lui. «Je rêvais d'en vivre», a-t-il confié dans l'atelier de Limoilou qu'il a aménagé derrière chez lui. Il vit dans un triplex de la 3e Rue qu'il avait acheté à cause du garage, idéal pour y travailler le bois.
Ces jours-ci, William Dumais est affairé à la fabrication de «45 dessus de table» pour le restaurant Le Subtil, de Saint-Romuald. Il met aussi la touche finale à une grosse horloge dont il signe le concept: un cerceau de métal traversé en son centre par une planche de bois sur laquelle sont fixés les aiguilles et le mécanisme. Elle est destinée au Subtil.
Le jeune homme de 26 ans a terminé ses études en génie civil à l'Université Laval en 2014. Il a été embauché par une compagnie de construction qui lui donnait des horaires «10-4», soit 10 jours de travail pour 4 jours de congé. Ça lui laissait bien du temps pour son «hobby».
Porte sur rail de cerisier et de noyer
L'horloge conçue par William Dumais
Le bois récupéré
William Dumais a une préférence pour le bois récupéré. Il se le procure en grande partie chez Bois d'Antan, à Saint-Augustin-de-Desmaures, une entreprise qui se spécialise dans le recyclage de matériaux de construction.
Il n'a pas de formation en ébénisterie. Il a appris sur le tas. Mais il se souvient très bien du moment où il a été sensibilisé à l'utilisation du vieux bois. «Je défaisais un patio chez mes parents, à Charlesbourg, raconte-t-il. Je voyais mon père jeter les planches. J'ai décidé de me faire un meuble avec. Il était vraiment laid.»
De table en banc, et avec «les moyens du bord», il s'est amélioré, jusqu'à ce qu'il reçoive une commande, «puis une autre»...
William Dumais a fondé sa propre entreprise, Créations deBois.
«Je suis super heureux, dit-il. Je trouve ça gratifiant de fabriquer des objets qui ont une fonction.» Mais aussi pratique soit-elle, sa production est de plus en plus créative. «Je veux aller vers là, faire de l'art, être indémodable, poursuit-il. J'aime avoir carte blanche, en tout respect du projet.»
Il a son site Internet, www.creationsdebois.co, et sa page Facebook. Il apparaît aussi sur le site de La Pièce (lapièce.ca) qui propose des décors inspirants, ainsi qu'un répertoire d'artisans du Québec. Les designers commencent à l'appeler. Le bouche à oreille fait son oeuvre.
Il vend ses bancs de pin rouge 450 $ et ses tables de salle à manger de 7 pieds de longueur environ 1150 $.