Contemplation moderne

Le chemin de la Plage-Saint-Laurent est un monde à part. Un lacet de maisons qui profitent d'une vue directe sur le fleuve, qui goûtent l'air du large, qui reçoivent les vagues des bateaux qui passent, aux limites de Cap-Rouge et de Saint-Augustin. Parmi elles, une nouvelle demeure, construite sur les fondations d'une maison qui était là depuis 40 ans. Une contemporaine contemplative.
À l'arrière, son mur-rideau en verre laisse entrer la lumière et diffuse le paysage. Voilà le tableau changeant que les occupants voulaient admirer tous les jours. 
Dès la visite du site avec le courtier immobilier l'an dernier, le designer Jérôme Lessard était là pour ses clients, des gens de la région avec qui il a l'habitude de travailler. Ensemble, ils ont décidé qu'il valait mieux démolir la maison existante pour permettre d'agrandir au-dessus du garage et d'amplifier la vue. 
La coquille a été confiée à l'architecte Apostolos Caroussos, tandis que tout l'intérieur est l'oeuvre de Jérôme Lessard et de son équipe, Samuel Bilodeau et Céline Joly. Un projet qui s'est étalé sur presque un an.
Le produit final est très fidèle aux plans. Aux murs blancs se sont seulement ajoutées des touches de couleur, de chaleur. Jérôme Lessard offre à son bureau de Sainte-Marie de Beauce une panoplie de tissus, de tapis, de papiers peints, dont beaucoup proviennent d'Europe. Il en a disséminé dans la maison.
Si plusieurs meubles viennent de Signature Tanguay, il a pris soin de recouvrir sur mesure les fauteuils du salon. Un bleu turquoise qui s'agence au tissu de la banquette, au bout de la cuisine.
Au sol dans l'entrée, une mosaïque délimite le hall où trône un joli pouf capitonné. Attenante, la salle d'eau étincelle de cristal, en contraste avec le meuble-lavabo en marbre mat. Le papier peint fini bois reprend lui aussi une teinte de la banquette déjeuner. 
Jérôme Lessard a imaginé une grande pièce fonctionnelle pour accueillir plusieurs personnes aux fourneaux. La cuisine rectangulaire est claire et sobre, avec ses armoires en laque italienne et ses comptoirs en Dekton, imitation de marbre. Les équipements et les électroménagers viennent en double ou en triple. Le designer pointe «une plaque à induction intelligente qui chauffe là où l'on dépose les chaudrons».
Les plans de la cuisine ont été dessinés par son bureau, alors que la fabrication revient à Christian Marcoux.
Derrière cette pièce, un grand vestiaire voisine la porte du garage. Tout est fonctionnel, rien n'a été laissé au hasard.
Le rez-de-chaussée à aire ouverte est interrompu au centre par un escalier. Jérôme Lessard désigne le limon décentré vers la droite pour ne pas couper la vue quand on monte. «Un beau défi», dit-il en expliquant qu'il a fallu prévoir un renforcement.
Un immense cellier transparent, coup de coeur de son client, sert de garde-corps d'un côté.
Tout en haut, la mezzanine accentue l'effet doux et courbé de la toiture. Deux appareils d'exercices font face au fleuve.
Puis s'ouvre la suite, théâtrale avec sa retombée éclairée de lumière DEL et son plafond tendu foncé et miroitant. Ainsi coiffé, le lit fait sur mesure s'impose au centre de la pièce.
Dans la même lignée que la chambre principale, la salle de bain est immense, avec sa céramique effet marbre et sa baignoire autoportante. Un drain linéaire a été placé tout au fond de la douche double pour laisser courir la céramique sans coupure.
Sur une section de mur, Jérôme Lessard fait remarquer un papier peint ton sur ton, comme beaucoup d'autres dans la maison. «Ça donne de la texture», dit le designer qui aime jouer avec les motifs de chevrons, de pied-de-poule, de rayures.
Monsieur a son walk-in à même la chambre, alors que Madame dispose du sien au bout de la salle de bain. Une pièce en soi, lumineuse, fonctionnelle avec un îlot de rangement à faire rougir toute fashionista. Un petit corridor s'ouvre sur un minuscule bureau et débouche sur une salle de lavage, dont le lavabo pousse des jets d'air pour laver les vêtements délicats.
L'étage abrite aussi une chambre d'ami invitante, avec une literie confectionnée à partir de tissus provenant de Jérôme Lessard Design. Elle a pris forme sous les mains expertes de la couturière Nancy Champagne, du Fil d'Ariane à Sainte-Marie en Beauce.
La salle de bain privée attenante se distingue de celle des propriétaires. Elle est plus éclatée avec son meuble-lavabo en rondeurs, fait sur mesure. Sa touche de vert se marie bien au gris, noir et blanc des motifs qui se succèdent aux murs et au plancher.
Le loft du fils
Cette maison qui s'étire sur trois niveaux est habitée par trois occupants, dont le fils qui a son loft au sous-sol. L'heureux jeune homme dispose d'une porte et d'un hall indépendants. L'ensemble de ses appartements est masculin et pimenté de rouge, à sa demande.
Jérôme Lessard montre des retombées qui camouflent la tuyauterie. Les plafonds en toile extensible donnent quant à eux un effet de hauteur.
La chambre offre une grande surface de plancher où est déposé le lit, une pièce de chez Signature Tanguay. Le designer a fait faire sur mesure un meuble de télévision en parfaite harmonie par l'ébéniste Christian Marcoux.
Ici comme partout ailleurs, les stores sont télécommandés.
Mais avec une telle vue sur la rive, les libellules en vol et les canards qui cancanent, ils doivent être souvent gardés ouverts, dans cette maison où cohabitent nature et glamour.