Table à thé pour dimanche pluvieux

Concours L'Objet: quarante créations uniques

Une table à thé qui incarne la paresse. Un tableau coffre-fort nommé Vices cachés. Un boîtier pour contenir les maigres possessions d'une héritière en colère.
Sur le thème des sept péchés capitaux, les étudiants de l'École d'architecture de l'Université Laval ont créé une quarantaine d'oeuvres uniques. Pièces poétiques ou cyniques, utilitaires ou postiches, elles sont mises en vedette dans les vitrines des magasins Simons de Place Ste-Foy et du Vieux-Québec jusqu'au 7 mars.
Le tout a été réalisé pour le 21e concours L'Objet, activité de financement des finissants à la maîtrise en architecture. Étagère, lampe, bol, cendrier, casse-tête au design original et amusant révèlent une bonne dose de talent local.
Le Musée de la civilisation exposera ensuite toute la collection du 11 au 16 mars. En plus de proposer une soirée de ventes aux enchères le 14 du même mois.
L'an dernier, l'encan de L'Objet avait attiré plus de 500 curieux et amateurs de design. Le prix de vente record revient à la cuvée 2012, alors que les chaises Prêt-à-porter signées Robert Lavoie avaient trouvé preneur pour 1625 $.
Le président d'honneur cette année, Érick Rivard, se rappelle sa propre participation à L'Objet, il y a 10 ans. «À l'époque, j'y avais créé des chandeliers réalisés à partir de tuyauterie à l'état brut. Le réputé designer industriel Michel Dallaire avait ensuite acquis les chandeliers lors de l'encan au Musée de la civilisation et j'en ai toujours été très fier!» dit l'architecte associé et designer urbain chez Groupe A /Annexe U.
Table à thé pour dimanche pluvieux
«La table est surélevée, flottant au-dessus des tracas quotidiens et permettant à ses utilisateurs de se dire les vraies affaires. Les tiges filetées de métal qui la soutiennent sont des princes consorts. Délicates, elles disparaissent pour valoriser leur compagnon de copeaux agglomérés. Les accessoires de laine sont les gardiens de moments précieux où paresse, babillage et tricot ne font qu'un. Le réchaud, en son centre inséré, fractionne l'espace-temps. Le thé ne refroidit plus. Le temps s'arrête.» OEuvre d'Élisa Gouin, de Francis Lacelle et de Gabrielle Rousseaux
<p>Le winsky</p>
Le winsky
«Le winsky est un cendrier à cigare. À une époque où fumer perd en popularité, Le winsky se veut une synthèse ironique de cet objet appartenant à un autre temps. Les cendres du bois aux pourtours de l'objet côtoient celles du tabac en son coeur encore intact. Le winsky est une idée cadeau parfaite pour votre amateur de grands cigares, de bon scotch et de jazz préféré.» OEuvre d'Alexandre Hamlyn, de Julien Beauchamp et de Mélissa Héon
<p>L'archi-tête</p>
L'archi-tête
«Volume 1 : Maisons modernes du 20e siècle. Volume 2 : Architecture sculpturale et organique. L'archi-tête est un casse-tête à la fois ludique et éducatif destiné aux petits et grands. Avec ces puzzles à encastrement en bois, l'enfant développe ces compétences en matière de reconnaissance des formes et des tailles, exerce sa mémoire et s'initie à l'architecture. Comme objet de design, jouet pour enfant ou cadeau idéal, ce puzzle vous fera une tête en architecture.» OEuvre de Laurence Jodoin-Nicole
<p>L'héritière en colère</p>
L'héritière en colère
«Il était une fois une jeune femme d'une grande beauté, faisant l'envie de toutes ses compagnes. Elle avait une gourmandise sans fin pour le luxe et les plaisirs. Paresseuse, le travail ne l'attirait guère, d'autant plus qu'une fortune lui était promise. Mais quand son père partit en douce ne laissant rien derrière lui, elle fut révoltée. Elle mit en sécurité les maigres pièces qui lui restaient dans un petit coffre, qu'elle garda désormais sur elle en tout temps, avare de ses possessions.» OEuvre de Mélissa Rhéaume et Valérie Bouchard
<p>Vices cachés</p>
Vices cachés
«C'est une sorte de coffre-fort, une cachette pour ce que vous voulez garder à portée de main, mais à l'abri du regard... L'objet est postiche : c'est un faux tableau qui comporte des sections coulissantes. Derrière cette toile se trouve un miroir qui vous confronte à votre propre reflet : le pécheur en chacun de nous. Amusez-vous à l'ouvrir et peut-être même y laisser quelque chose? Une fois refermé, ne vous inquiétez pas : la Joconde restera de marbre, peu importe vos secrets...» OEuvre de Didier Morin-Laprise, de Guy-David Paradis, de Christophe Lafleur et de Charles-André Ouellette
Information : www.objetulaval.com