Katrine Beaudry, de la firme LemayMichaud, a supervisé la conception du décor de Ciel!, le nouveau restaurant au sommet de l'hôtel Le Concorde.

Ciel! épate et fait sourire

À défaut de rivaliser de beauté avec le panorama de Québec, les concepteurs du nouveau restaurant Ciel!, au 28e étage de l'hôtel Le Concorde, ont joué la carte de l'humour.
<p>Quelques éléments inspirés d'objets volants décorent les murs du sous-sol du restaurant, où se trouvent les toilettes.</p>
<p>Du 28e étage, la vue prend toute la place. </p>
Au centre du restaurant, une section du mur est recouverte d'un lettrage uniforme sur lequel se détachent des citations qui font sourire : «Quand mon verre est vide je le plains, quand il est plein je le vide.»
La firme LemayMichaud a été mandatée par le Groupe Restos Plaisirs, propriétaire de Ciel!, pour refaire le décor de ce bistro-bar tournant qui surplombe les plaines d'Abraham, le cap Diamant et le fleuve Saint-Laurent. Fermé il y a un an, l'ancien Astral avait très peu changé en 40 ans. 
La designer Katrine Beaudry a supervisé cette transformation de 1,5 million $, secondée par son collègue Christopher Storrar. Elle s'approche du mur recouvert de phrases et souligne qu'elles sont tirées de l'ancien cahier Bonne chère du journal Le Soleil. «On a aussi mis des recettes», ajoute-t-elle.
Fini le tapis
En accueillant les journalistes, mercredi, Pierre Moreau, le directeur général du Groupe Restos Plaisirs, a fait remarquer que, pour la première fois en quatre décennies, il n'y avait plus de tapis sur le plancher. «C'est rond, ça tourne, ç'a été compliqué de l'enlever», a-t-il expliqué.
Des divisions de verre isolent le coin-bar qui peut accueillir 36 personnes. Elles donnent une illusion de hauteur dans cet espace qui en manque. D'ailleurs, tout est en transparence, même le cellier, afin de maximiser l'apport de lumière et de laisser le paysage s'insinuer partout.
Le hall, au centre, a été ouvert à droite de l'ascenseur pour bien définir l'escalier qui mène aux toilettes, en bas. Un mur d'eau évoque le fleuve. 
«On a décidé d'aménager une cuisine ouverte, ce qui nous a coûté des centaines de milliers de dollars de plus que prévu», a précisé Pierre Moreau. Des tuiles acoustiques ont été ajoutées sur toute la surface du plafond. Elles remplacent l'ancien «faux-fini de ciel bleu pâle», précise Katrine Beaudry. L'éclairage sera visible d'en bas, assure-t-elle.
Les designers ont laissé toute la place au paysage. «Quand les portes de l'ascenseur s'ouvrent, on est ébahis, observe Katrine Beaudry. On ne pouvait pas lutter contre ça.»