Belle et grande B/G House!

Imaginée et peaufinée durant un an, la B/G House répond aujourd'hui en tous points aux volontés de la famille Boucher-Gagnon. Le Soleil a fait un tour du propriétaire de cette maison neuve, lauréate aux Mérites d'architecture 2015.
En tournant sur la rue des Cascades, la première maison qui apparaît après l'entrée du parc longeant la rivière Beauport est une construction contemporaine. Deux cubes qui s'insèrent parmi les arbres matures et qui dominent le cours d'eau plus bas. Le propriétaire, Eric Boucher, savait ce qu'il voulait ériger là.
L'histoire de la B/G House (B/G pour famille Boucher-Gagnon) remonte à quatre ans. «J'ai vu le terrain à vendre en allant conduire ma fille à l'Externat Saint-Coeur de Marie. Je suis passé à 8h, et à midi, il était acheté», raconte Eric Boucher qui parle d'un heureux hasard.
Son voisin actuel, qui habite une superbe maison centenaire, avait décidé de se départir d'une parcelle de terre. Et en vendant, il s'était gardé un droit de regard sur ce qui pousserait à côté de chez lui. «Quand on lui a montré la première image, il ne s'attendait pas à voir ce genre de maison au toit plat», se rappelle Eric Boucher.
Aidé de l'architecte Mathieu Morel de la firme CCM2, mandatée pour son projet, il a réussi à convaincre son voisin que «ce qui se marie le mieux avec le patrimonial, c'est le contemporain».
Le résultat lui a donné raison. Le jury des Mérites d'architecture de la Ville de Québec a attribué un prix en décembre à cette «construction contemporaine aux proportions harmonieuses, conçue dans le respect du lieu entre une maison patrimoniale et des arbres matures».
Pas d'ormes coupés
Aucun des grands ormes n'a été coupé, insiste Eric Boucher. La conservation des arbres, comme le respect des marges de recul à cause d'une forte pente sur le terrain, ont en quelque sorte dicté le travail des architectes.
C'est ainsi que la résidence a été scindée en deux volumes. «Le but était d'avoir une petite échelle quand on arrive de la rue. Après, on finit par découvrir l'ensemble en passant devant», souligne Dave Tremblay, l'architecte principal au dossier. Un interstice offre une percée visuelle de l'entrée principale à l'arrière du bâtiment. Quant au volume en retrait, il a permis de créer une cour arrière intérieure, plus intime avec la piscine.
«C'était notre première exigence», indique Eric Boucher. «Cet abri-là, on y est tout le temps jusqu'en novembre. On a un foyer, des chauffe-terrasse, on peut fermer les rideaux le soir et les glisser dans le mur le jour.»
La demeure compte un garage triple, prévu d'abord en façade, puis finalement inséré sur le côté. Une idée saluée par le jury des Mérites d'architecture : «La conception escamotant le garage à la vue de tous est brillante.»
Bois, pierre et panneaux de fibrociment haut de gamme Nichia recouvrent la maison avec élégance et sobriété.
Intérieur
Depuis deux ans, la famille Boucher-Gagnon habite ces lieux qui comptent 5000 pieds carrés. L'espace est vaste et lumineux. Au rez-de-chaussée, les plafonds ont 10 pieds de hauteur. Dans la salle à manger, des murs-rideaux s'ouvrent sur la nature. Du salon, une grande percée donne sur la maison patrimoniale voisine, que CCM2 a mise en lumière.
«Cette vue-là, c'est fantastique. Le soir, c'est une vraie carte postale. On a presque l'impression d'être dans le Vieux-Québec», apprécie Eric Boucher.
Au coeur de la maison, un escalier croise le cellier, tous deux perpendiculaires à la grande cuisine. CCM2 en a tracé les grandes lignes. La designer-cuisiniste Véronique Alarie a ensuite fait les plans et Ébénisterie Fusion a réalisé tout le mobilier et les armoires.
À l'avant de la maison, une section services est savamment dissimulée derrière des panneaux de bois : une salle d'eau, du rangement et une seconde cuisine, avec un deuxième four et un deuxième lave-vaisselle, qui disparaît derrière une porte coulissante. «C'est là qu'on déjeune. C'est la pièce la plus pratique de la maison», affirme le propriétaire qui aime recevoir.
«C'est ce qui fait que la maison est toujours propre. Il y a tellement de rangement, il n'y a rien qui traîne.»
À l'étage, le walk-in attenant la chambre principale est tout aussi impressionnant. Au-dessus du lit, une toile tendue Extenzo reflète la piscine le soir avec la lumière, souligne le propriétaire. La vue sur l'extérieur est splendide.
La zone des parents est séparée de celle des enfants par un bureau, un salon et un passage en mezzanine. Les enfants de sept et 17 ans ont leurs quartiers au-dessus du garage, avec leur salle de bain complète et une salle de lavage.
L'ensemble des pièces est peint en blanc. Des toiles de l'artiste-peintre Caren Halle animent plusieurs murs. Du bois d'Indonésie, des troncs d'arbres, un papyrus et un laurier rose en pots réchauffent encore le décor.
Dans ce projet oscillant entre 1,5 million $ et 2 millions $, les cinq foyers intérieurs et extérieurs, le garage et la piscine se contrôlent à l'aide de la domotique.
«Tu ne peux même pas compter les heures qu'on a mises là-dedans», lance le propriétaire en estimant avoir consacré une bonne année à tout planifier avec l'équipe de CCM2. Une maquette en 3D conçue avec le logiciel SketchUp a permis de sauver bien des discussions, selon lui. «Moi je suis capable de lire des plans, mais pour quelqu'un qui n'est pas dans le domaine comme ma conjointe, c'est fantastique. Elle pouvait visualiser ce que ça allait donner», dit avec enthousiasme Eric Boucher, qui est ingénieur et cofondateur d'EMS Ingénierie.
Son implication s'est poursuivie jusqu'au bout, dans la phase de construction. «J'aime ça. J'étais sur le chantier tous les week-ends. J'ai posé les trois quarts des planchers.» Du bois flottant de merisier, installé par-dessus des dalles chauffantes. Dans cette maison, le confort se vit de la tête aux pieds.