Une vingtaine d'experts (ingénieurs, architectes, avocat, gestionnaires, pédagogues) se sont réunis en novembre pour travailler au nouveau programme de formation La conception intégrée et le bâtiment durable.

Bâtir durable: un nouveau centre de formation continue à l'Université Laval

Fin mai, une vingtaine d'ingénieurs, d'architectes, de gestionnaires d'immeubles pourront suivre le premier module du tout nouveau Centre de formation en développement durable (CFDD). Un produit de la Faculté des sciences et de génie de l'Université Laval et de partenaires privés.
En tout, cinq modules seront offerts, de trois jours chacun. Le programme complet compte donc une centaine d'heures consacrées à la construction verte : du cycle de vie du bâtiment aux stratégies responsables, de l'efficacité énergétique aux matériaux renouvelables.
Si quatre des cinq modules peuvent être suivis à la pièce, le premier est obligatoire. Marie-Andrée Roy, coordonnatrice du CFDD, explique qu'il porte sur le bâtiment durable et la «conception intégrée», une approche clé. «On est convaincus que cette façon de faire permet de construire des bâtiments plus durables. Dès le début d'un projet, on assoit tous les acteurs importants autour de la même table pour qu'ils prennent ensemble les décisions et fassent les meilleurs choix.» La multidisciplinarité, le travail d'équipe ouvriraient la voie du succès. «On a nous-mêmes travaillé en conception intégrée pour bâtir le programme du CFDD.»
Mme Roy insiste sur le côté pratique de la formation, basée sur des études de cas réels. «Pour chaque module, on va essayer d'avoir un projet concret sur lequel travailler. Comme nos partenaires oeuvrent sur de gros projets, on explorera des bâtiments d'envergure, mais on veut aussi toucher au résidentiel.»
Les formateurs ont été choisis pour leur expertise en écoconstruction ou en pédagogie. Parmi eux, Normand Hudon, architecte associé chez Coarchitecture, et Martin Roy, ingénieur LEED FELLOW.
Quant à la clientèle visée, le CFDD avait d'abord ciblé les ingénieurs et les architectes, mais ouvre ses portes à tous les professionnels intéressés par les enjeux du développement durable. «Chez les participants aussi, on cherche une diversité.»  
Cette formation, non créditée, précise Mme Roy, s'inscrit bien dans les programmes de formation continue de plusieurs ordres professionnels. «On émet une attestation. Par ailleurs, on travaille à une certification universitaire pour ceux qui auront complété les cinq modules.»
Places disponibles
Il reste quelques places sur les 20 sièges offerts pour suivre le premier module lancé les 21, 22 et 23 mai au pavillon La Laurentienne, sur le campus universitaire. Pour trois jours de formation, 1800 $ sont demandés. Si tout dépendra de la demande, le CFDD vise donner les cinq modules deux fois par année.
Le programme sera aussi offert à Montréal, à la Direction générale de la formation continue de l'Université Laval, qui a ses bureaux rue Sherbrooke.
Pour les inscriptions et plus de détails : www.cfdd.ulaval.ca
<p>Vue de l'intérieur du stade Telus-Université Laval dans la cité universitaire. Coarchitecture, ABCP et HCMA signent le concept architectural. </p>
Combler un besoin
L'idée de départ du Centre de formation en développement durable est née d'un constat : il y avait des besoins de formation dans ce secteur. Et plus précisément de formation continue, pour les gens sur le marché du travail, indique la coordonnatrice Marie-Andrée Roy.
Le programme découle de cette prise de conscience de Lise Dubé, directrice développement, communications et philanthropie à la Faculté des sciences et de génie de l'Université Laval et de cinq partenaires privés fondateurs : Coarchitecture, la Société québécoise des infrastructures, la Société d'habitation du Québec, la Régie du bâtiment du Québec et Roche. D'autres se sont ajoutés au fil du temps, précise Mme Roy. Un créneau d'avenir à une époque où le secteur du bâtiment est l'un des plus grands contributeurs aux émissions mondiales de gaz à effet de serre.
<p>Dans le Parc technologique du Québec métropolitain, un bâtiment durable abrite la multinationale pharmaceutique GlaxoSmithKline. Le concept architectural est celui de Coarchitecture.</p>
Les bâtiments consomment environ :
- 40 % de l'énergie
- 25 % de l'eau
- 40 % des ressources mondiales et émettent près du tiers des émissions de gaz à effet de serre.
Source : United Nations Environment Programme - Sustainable Buildings And Climate Initiative, 2013
La construction dans la région de Québec
- 160 projets majeurs, dont une dizaine axés sur le développement durable et les technologies vertes
- 8,3 G$ d'investissement qui se réaliseront entre 2011 et 2020
Source : Québec International