À sa boutique éphémère installée aux Galeries de la Capitale, l’artisane en ébénisterie Julie Tremblay propose des articles et des meubles de 50 $ à 4000.

Au Passé recomposé s’invite à Québec

POINTE-AUX-OUTARDES — L’artisane en ébénisterie Julie Tremblay voit grand. Son entreprise de meubles et d’objets fabriqués de matériaux recyclés, Au Passé recomposé, a maintenant pignon sur rue à Québec pour la période d’achat des Fêtes et, peut-être, pour plus longtemps.

Cette boutique éphémère, nommée Au Passé recomposé ébénisterie créative, est située au second étage du mail central des Galeries de la Capitale, près de Sears. On y retrouvera l’ensemble de la production des dernières semaines de l’artiste, soit notamment meubles, rangements, vanités, planches de présentation, cadres et îlots de cuisine, tous faits de matériaux qui se retrouvaient au centre de tri des matières résiduelles ou simplement aux déchets. Bois et métal sont particulièrement en vedette.

«On vient pour tester le marché de Québec, question d’élargir notre horizon. C’est une carte de visite pour me faire voir à l’extérieur de la région», lance la femme d’affaires de la Côte-Nord, qui a quitté son métier de fleuriste il y a quelques années afin d’étudier en ébénisterie et ainsi donner libre cours à sa créativité avec des rebuts plutôt qu’avec des végétaux.

Originale, cette table de salon qui intègre un vieux coffre numéroté, d’origine inconnue.
Au Passé recomposé réinvente ici le vestiaire avec des portes récupérées et une section de rangement.

C’est principalement dans les gros bacs à rebuts que l’artiste récolte sa matière première. C’est fou tout ce qu’on peut y trouver qui peut être réutilisé pour créer, assure-t-elle. Un lot de vieilles fenêtres a constitué la manne des dernières semaines.

«Parfois, on va aussi au centre de tri [des matières résiduelles], mais pas tant que ça», ajoute l’ébéniste, qui présente ses œuvres dans cette boutique éphémère jusqu’au 23 décembre.

Pour ceux et celles qui désireraient remonter à la source de ces objets, sachez qu’Au Passé recomposé a ses pénates à Pointe-aux-Outardes, petit village de 1300 habitants un peu à l’ouest de Baie-Comeau. Avant de se lancer en affaires il y a six ans, Mme Tremblay a fait ses classes en travaillant chez Ecobois Manicouagan, une entreprise d’économie sociale qui offrait le même genre de produits qu’Au Passé recomposé.

Julie Tremblay souhaite maintenant que les produits de sa boutique éphémère du temps des Fêtes séduisent un commerçant de la capitale, afin de permettre Au Passé recomposé de laisser des articles en consignation. «J’aimerais bien que ce soit possible, on est capable d’augmenter notre volume de production pour répondre à une éventuelle hausse de la demande», conclut-elle.

Ce luminaire met en vedette le bois de grève de la Côte-Nord.
La surface de cette table a été fabriquée avec une vieille feuille de métal recyclée et vernie. Le banc qui l’accompagne est composé de bois de grange et de pièces de métal recyclées.