Jacinthe Généreux et Marie-Claude Laurendeau-Desmarais, les deux femmes derrière la boutique en ligne d'objets vintage Au bout du rang.

Au bout du rang, en ville

L'entreprise Au bout du rang, qui propose sur Etsy des objets déco et autres produits faits à la main inspirés de la vie à la campagne, aura un point de vente à Québec à la mi-septembre.
<p>Un bol à tricot en céramique qui fait partie de la collection Fait main avec amour.</p>
<p>Des linges à vaisselle qui ont été tissés à la main.</p>
On pourra trouver leur collection signature d'objets faits main à la boutique L'Art de vivre à la campagne (1758, de la Canardière), dans Limoilou. «Notre collection sera dans un présentoir à notre effigie. Et la boutique deviendra notre point de chute pour les livraisons des commandes en ligne», explique la copropriétaire Jacinthe Généreux.
«C'était incontournable. Dans le "fait main", notre clientèle a besoin de toucher le produit», ajoute-t-elle.
Avec sa complice Marie-Claude Laurendeau-Desmarais, Jacinthe sélectionne des produits confectionnés par des artisans québécois, déniche des trouvailles vintage et propose photos et illustrations qui évoquent leur quotidien rural. Jacinthe habite à Saint-André-Avellin, en Outaouais, et Marie-Claude, dans un coin retiré de Sainte-Brigitte-de-Laval.
On trouve notamment dans leur collection des éponges à récurer écoresponsables, un bol à tricot en céramique coloré, des cadres en bois aux allures vintage et autres aiguilles à tricoter surdimensionnées.
Jacinthe et Marie-Claude disposent déjà d'un point de chute à Saint-Jean-Sur-Richelieu, à la boutique Gypsie Bohème (136, rue Richelieu). À Québec, L'Art de vivre à la campagne demeurera le seul dépositaire. «C'était un mariage naturel.» Les entrepreneures souhaitent créer une alliance par ville. Au bout du rang s'implantera bientôt à Montréal et à Gatineau. Les propriétaires visent ensuite le marché américain.
Campagne de sociofinancement
Fondée à l'automne 2014, Au bout du rang a lancé cette semaine une campagne de sociofinancement sur la plateforme La Ruche afin de récolter les fonds nécessaires pour se doter de son propre site transactionnel. L'objectif : 3500 $.
«Il y a 40 millions d'usagers à Etsy, c'est super, mais certains [clients] sont frileux», remarque Jacinthe. Etsy impose également certaines restrictions qui ne permettent pas aux propriétaires d'offrir tous les produits qu'elles souhaiteraient. Mais loin d'elles l'idée de vendre du «made in China»! Elles souhaitent seulement être plus libres de leurs choix et regrouper sous la même adresse virtuelle, profils de médias sociaux et autre blogue, question de demeurer en contact avec leurs clients.
Les donateurs auront droit à une récompense à l'image de leur entreprise, à la hauteur de leur contribution. S'il y a lieu, les fonds excédant l'objectif de 3500 $ seront utilisés pour acheter du matériel photographique professionnel.
Pour contribuer à la campagne : laruchequebec.com
Pour voir les produits : www.etsy.com/shop/Auboutdurang