L’artiste multidisciplinaire Brigitte Thériault, que l’on connaît principalement pour ses photos, propose désormais des accessoires décoratifs dépaysants et inspirés par la nature.
L’artiste multidisciplinaire Brigitte Thériault, que l’on connaît principalement pour ses photos, propose désormais des accessoires décoratifs dépaysants et inspirés par la nature.

Art nomade: des effluves d’Hawaï chez soi

Marie-Anne Dayé
Marie-Anne Dayé
Collaboration spéciale
Son inspiration, elle la puise dans la nature et tout ce qu’elle croise sur son chemin lorsqu’elle est en voyage. L’artiste multidisciplinaire Brigitte Thériault, que l’on connaît principalement pour ses photos, propose désormais des accessoires décoratifs qui vous dépayseront dans le confort de votre foyer. 

Après cinq années passées à Kauai, une île de l’archipel d’Hawaï, avec son conjoint et ses trois grands enfants, Brigitte Thériault est rentrée au bercail en juillet 2019 dans sa maison de Charlesbourg, qu’elle louait pendant leur absence. Une jolie résidence qui, bien qu’elle soit campée entre le boulevard Louis XIV passant et un nouveau développement résidentiel, prend des airs de campagne en ville. La végétation est abondante et le grand terrain accueille un potager, une piscine, un cabanon pour faire tourner de la céramique ainsi qu’une pergola servant occasionnellement à des séances photo et aux entraînements de boxe du fils de Brigitte. 

Derrière la maison, dans un espace vitré, l’artiste se réfugie pour concrétiser ses projets et ses mille et une idées de collaborations. Musique classique, diffuseur d’huiles essentielles et rayons de soleil qui transpercent les vitres et illuminent l’espace : voilà les principaux éléments qui l’accompagnent quotidiennement dans son processus créatif. C’est d’ailleurs un contexte qu’elle chérit pour travailler. Être seule dans un espace entouré de nature rien que pour elle et, surtout, être indépendante. «Je n’aime pas avoir beaucoup de stress, de pression ni de responsabilités. Ici, ça me permet de faire mon horaire à mon rythme, je fais ce que je veux tout le temps», affirme celle qui a toujours adoré la vie de pigiste.

Brigitte Thériault, photographe, a officiellement lancé sa ligne déco le 15 septembre dernier.
Véritable autodidacte, l’artiste a appris à coudre et à créer ses coussins et ses pochettes à Hawaï. Aujourd’hui, la confection est confiée à une couturière de Charlesbourg.

Couleur et abondance

On la connaît principalement pour ses photos, mais il y a quelques années, elle s’est tournée vers une autre forme d’art, soit la production d’objets déco haut de gamme comme des coussins personnalisables, des rideaux et tapis de douche, des objets en céramique, des tentures murales et du papier peint. Elle confectionne également des accessoires mode tels des pochettes et des sacs, ainsi que des chouchous pour les cheveux. Bien qu’elle ait pris la décision de laisser la photo en suspens, cette passion n’est jamais très loin dans sa démarche professionnelle et artistique, même qu’elle fait partie intégrante de ses nouvelles créations destinées au monde du design et de la décoration. 

Les motifs que l’on retrouve sur ses tissus sont imaginés à partir d’éléments de la faune et la flore qu’elle a photographiés et retravaillés sur Photoshop. Cela donne des agencements aux couleurs vives, des motifs uniques et originaux, voire psychédéliques parfois. «On a été beaucoup dans le gris, l’épuré, mais là je pense que tout passe et qu’avec la COVID en plus, le monde va avoir besoin de couleurs, d’abondance. Les gens se sont retrouvés à la maison, alors ils veulent rendre leur environnement agréable.»

C’est donc sur sa boutique en ligne, qu’elle a lancée le 15 septembre dernier, et à la Galerie du Meuble, que l’on peut mettre la main sur ses magnifiques coussins. On a le choix entre cinq formats, 200 motifs et deux types de tissus, soit le velours et le coton-lin, et chaque côté du coussin peut être personnalisé. Quelques coussins uniques avec fermetures éclair ou broderies animalières que l’artiste a rapportés de voyage sont disponibles en ligne. Ses chouchous, fabriqués à partir de tissus qu’elle a trimbalés dans ses valises depuis l’Asie, l’Afrique et Hawaï, témoignent eux aussi de l’amour qu’elle a pour le voyage. Ses céramiques intuitives et colorées aux formes irrégulières se matérialisent quant à elles en jolis pots, vases, gobelets, porte-bijoux et porte-savons. 

Les motifs de Brigitte Thériault sont créés à partir de ses propres photographies qu’elle a modifiées.
«C’est l’fun faire ça parce que tu ne penses à rien, tu mets de la musique, tu as les mains et la tête occupées à faire quelque chose de beau», affirme Brigitte en faisant référence à la poterie.

Inspirée par la nature

Ce n’est pas un hasard si Brigitte et sa famille se sont installées à Hawaï pendant si longtemps. «Quand on était à Hawaï, notre vie tournait plus autour des enfants, c’était pour leur éducation, ils allaient à l’école là-bas», raconte-t-elle. Le mode de vie et l’environnement avaient aussi de quoi combler une globe-trotteuse comme elle.

«Tout le monde est relax, c’est tellement un autre beat de vie! Les enfants allaient à l’école et ils mettaient du Bob Marley à la récréation. C’est complètement hallucinant le trip qu’on a vécu», poursuit-elle. À travers quelques mandats en photo, elle déambulait dans la nature, les jardins botaniques, et captait des fleurs et des palmiers dans son objectif. Ce fut le point de départ de son nouveau projet professionnel. 

Comment Charlesbourg peut-elle rivaliser avec le cadre exotique et tropical d’Hawaï? Eh bien, l’artiste apprécie la nature qu’elle observe de son atelier et s’est même lancée dans la fabrication de mangeoires à oiseaux en céramique. Son jardin personnel sera probablement la source de plusieurs œuvres originales! 

L’artiste a commencé à créer des mangeoires à oiseaux en céramique. En plus de décorer son jardin, ces dernières lui permettent d’observer les volatiles toute la journée.
Sur sa boutique en ligne, on peut se procurer des photos d’art, des coussins réversibles, des objets en céramique, du tissu à la verge, etc.

Des idées plein la tête

À 46 ans, Brigitte Thériault s’épanouit encore dans sa carrière, qui vient de prendre un nouveau tournant. Elle souhaiterait développer des partenariats avec des entreprises locales pour faire valoir la culture populaire québécoise et la nature d’ici. Créer des patchs brodées qui illustreraient nos animaux ou notre poutine, par exemple. Les tissus sur lesquels elle fait imprimer ses motifs, elle les fait importer des États-Unis, mais elle aimerait tant trouver une entreprise qui pourrait le faire ici. «J’aimerais tout faire à Québec. En plus, avec ce qui se passe, c’est mieux de rester local», soutient-elle. La confection de ses coussins, de ses sacs et de ses chouchous est confiée à une couturière de Charlesbourg. Ces accessoires nomades sont tout indiqués pour contrer la grisaille d’hiver et colorer nos intérieurs.

Info: brigittetheriault.ca