Il est important de bien arroser le potager quand la pluie manque.

7 trucs pour bien arroser le potager

Voilà, les tomates et les poivrons sont plantés, les carottes et les haricots commencent à pousser, vous récoltez déjà les premiers radis et feuilles de laitue. Votre potager, qu’il soit en pleine terre ou en pot, est sur la bonne voie. Il ne reste presque plus qu’à arroser… et à récolter. Et l’arrosage n’est pas sorcier. Voici comment faire.

1 Gardez le sol un peu humide

Il n’y a rien comme un stress hydrique (manque d’eau) pour faire avorter une récolte ou rendre un légume amer. Les légumes aiment une humidité constante, mais sans excès. Souvent, les jardiniers novices sont tellement enthousiastes qu’ils arrosent tous les jours : beaucoup trop! Mais il ne faut pas négliger les plantes non plus. 

Heureusement que nous avons tous (ou presque) l’outil idéal pour déterminer si le potager a besoin d’arrosage : notre index. Enfoncez-le dans le sol. Si le sol vous paraît humide, n’arrosez pas. Si le sol est sec au toucher, arrosez. Vérifiez au moins tous les deux jours. C’est aussi facile que ça… et on n’a jamais encore inventé un humidimètre aussi efficace que l’index humain! 

2 Arrosez en profondeur

Quand vous arrosez, faites-le toujours abondamment. Un passage rapide avec un arrosoir ne suffit pas. Cela ne fait qu’humidifier le terreau en surface. Il faut arroser longuement, pour que l’eau pénètre en profondeur. Un arrosage profond stimule les plantes à s’enraciner en profondeur et les plantes aux racines profondes résistent mieux au soleil chaud et au vent sec.

Si vous n’êtes pas sûr d’avoir assez arrosé, 30 minutes après avoir terminé, prenez un petit transplantoir et creusez un trou de 20 cm de profondeur. Si la terre n’est pas humide à 15 cm de profondeur, votre arrosage a été trop superficiel. Recommencez!

3 Arrosez tôt le matin, si possible

Le matin, l’air est frais et le sol est frais. Ainsi, il y a moins d’évaporation quand vous arrosez et l’eau ira davantage à la plante. 

Le pire moment pour arroser, c’est par un après-midi de grande chaleur : souvent, jusqu’à 75 % de l’eau s’évapore plutôt que d’atteindre la plante! 

Un arrosage en soirée, quand l’air et le sol commencent à se rafraîchir, paraît logique et, effectivement, moins d’eau est perdue, mais elle risque alors de rester sur le feuillage toute la nuit et des feuilles qui restent mouillées longtemps sont davantage sujettes aux maladies.

Si possible, arrosez sans mouiller le feuillage.

4 Paillez

Une couche de paillis de 7 à 10 cm placé sur le sol du potager aide à garder le sol plus frais et à couper le vent. Donc, à réduire de beaucoup l’évaporation. Et le paillis empêche la germination des mauvaises herbes qui, elles, volent l’eau que vous destiniez à vos plantes. Pailler n’est pas un arrosage comme tel, mais c’est tout comme! Tous les légumes apprécient un bon paillis, surtout un paillis riche comme des feuilles déchiquetées, du compost ou du bois raméal fragmenté. 

5 Arrosez les sols sablonneux plus souvent

Le sable retient peu d’eau, beaucoup moins qu’un sol meuble ou argileux. Il peut être nécessaire d’arroser deux ou trois fois par semaine, mais un peu moins à la fois, pour arriver à un bon équilibre.

6 Utilisez l’eau de pluie, si possible

Une citerne pour recueillir l’eau de pluie qui s’écoule de votre toit est bien pratique. L’eau de pluie est souvent riche en azote, en oligoéléments et est toujours douce, ce que les plantes aiment, alors que l’eau de la ville, traitée, est souvent plus dure. N’hésitez pas à arroser avec l’eau de ville si vous n’avez pas d’autre choix, mais l’eau de pluie est tout simplement meilleure!

7 Utilisez un tuyau suintant

C’est, avec l’irrigation goutte à goutte (idéal pour la culture en pot), la méthode la plus efficace pour arroser un potager. L’eau s’écoule peu à peu dans le sol à partir de minuscules trous dans le tuyau. Il n’y a pas de jet pour humidifier le feuillage (un risque de maladies) et il économise de l’eau, car il n’y a presque aucune évaporation, surtout si vous couvrez le tuyau avec de paillis. Essayez une heure d’arrosage une fois par semaine pour un sol plutôt lourd, 30 minutes deux ou trois fois par semaine pour un sol sablonneux, puis, comme dans le point 2, creusez un petit trou pour voir si l’eau a pénétré à 15 cm (l’idéal). Il peut falloir ajuster la fréquence ou la durée, mais vous finirez par trouver le juste milieu.

Et voilà! L’arrosage des légumes n’est pas compliqué et les trucs précédents vous aideront à le faire efficacement.

+

RÉPONSES À VOS QUESTIONS

Petites «chenilles» vertes dans les rosiers

Q Mes rosiers commencent à fleurir, mais il y a de petites chenilles vert pâle qui bouffent les feuilles. J’utilise un savon insecticide et je les écrase avec mes doigts. Y a-t-il autre chose que je peux faire pour les enrayer une fois pour tout ou si c’est un processus que je devrais faire toutes les années?  — Josée Dufresne

La tenthrède du rosier ressemble à une chenille, mais c’est plutôt la larve d’une mouche à scie.

R Il s’agit de tenthrèdes du rosier (Allantus cinctus) ou d’une espèce similaire, soit de fausses chenilles. Du point de vue du contrôle, il est important de faire cette distinction, car on peut facilement contrôler les vraies chenilles (larves de papillons) avec du BTK, un insecticide biologique spécifique à ces dernières, mais n’ayant aucun effet sur les tenthrèdes (larves d’une mouche à scie). Votre technique de contrôle (récolte manuelle et traitements au savon insecticide) est très bien et à peu près la seule qui fonctionne vraiment. Pour prévenir une infestation l’an prochain, inspectez les tiges régulièrement. Si vous voyez des incisions dans la tige, où la mouche à scie femelle a pondu les œufs de la prochaine génération, coupez ces branches.

*****

Lilas endommagé par un herbicide

Q Pouvez-vous me dire si mon lilas commun est attaqué par la mineuse ou est-ce autre chose? Y a-t-il quelque chose à faire pour éviter que les feuilles soient déformées?  — Jacqueline L. Leclerc 

R Ce n’est pas une mineuse. Votre arbre a sans doute été touché par un herbicide de pelouse. Beaucoup de gens pensent que ces herbicides de pelouse ont été bannis au Québec, mais il y a une exception : le dicamba demeure disponible aux professionnels de l’entretien de pelouse seulement. Donc si vous avez engagé une compagnie d’entretien de pelouse, ou si un voisin l’a fait, il est possible que les végétaux des environnements meurent peu à peu. Le dicamba tue les pissenlits et autres mauvaises herbes dans le gazon sans trop nuire aux graminées du gazon, mais aussi, s’il est mal appliqué, les vivaces, les annuelles et les légumes dans les jardins à proximité et même les arbres et les arbustes. Il se trouve que le lilas commun (Syringa vulgaris) est tout spécialement sujet aux dommages causés par cet herbicide.

Les gouttelettes de dicamba provenant d’une vaporisation peuvent s’étendre sur plusieurs mètres. Ainsi, le traitement n’a pas nécessairement été fait chez vous, mais peut avoir été appliqué chez un voisin. Les feuilles atteintes ne guériront pas et peuvent tomber hâtivement. Si les traitements cessent, il y a toutefois de bonnes chances que votre lilas récupérera. S’ils continuent, il finira sûrement par en mourir. Théoriquement, les applicateurs ne doivent pas vaporiser des herbicides quand il vente, quand l’air est très humide, quand il fait chaud, quand il y a risque de pluie dans les heures suivantes (sinon l’herbicide peut pénétrer le sol et s’attaquer aux racines) ni à proximité des plates-bandes, des potagers et d’autres plantations, mais tous ne sont pas très méticuleux dans leur application. 

Je vous suggère de vous plaindre à votre compagnie de traitement de pelouse ou, si c’est sur un terrain voisin que le traitement a été fait, au propriétaire du terrain. Souvent, ce dernier ne sait même pas qu’on applique des pesticides si toxiques sur sa pelouse : ce détail est souvent bien caché dans le contrat.

*****

Des questions svp!

Vous pouvez nous joindre par courriel à courrierjardinierparesseux@yahoo.com

Par courrier à: 

Le jardinier paresseux, Le Soleil, C.P. 1547, succ. Terminus, Québec (Québec) G1K 7J6

+

CALENDRIER HORTICOLE

Symposium de peinture Natur’Art

Du 5 au 7 juillet de 10h à 17h, venez rencontrer dans un cadre enchanteur des artistes passionnés en pleine création et vous familiariser avec leurs différentes techniques. Événement culturel d’envergure sous la présidence d’honneur de l’artiste joliettaine de renom, Josée Perreault! Kiosques dans les jardins et rencontres inédites sont au rendez-vous!

Info : 418 926-2462 ou www.domainejoly.com. Adresse : 7015, route de Pointe Platon, Sainte-Croix.

Aménager pour la biodiversité

La Société éducative Roger-Van den Hende offre une conférence intitulée Aménager pour la biodiversité : la coévolution des plantes et des insectes avec Jean-Denis Brisson. Elle aura lieu le dimanche 7 juillet à 10h à la jardinerie Floralies Jouvence, au 2020, avenue Jules-Verne, à Québec. Coût : 2 $ pour les non-membres.

Pour information : societeeducativeRVDH@gmail.com ou 581 922-1034.

Entrée gratuite au Domaine Joly-De Lotbinière

Le Domaine Joly-De Lotbinière offre l’accès gratuit au site et au Centre d’interprétation le premier dimanche de chaque mois.

Info : 418 926-2462 ou www.domainejoly.com. Adresse : 7015, route de Pointe Platon, Sainte-Croix.

Pour toute activité horticole, écrivez-nous à courrierjardinierparesseux@yahoo.com.

+

ENTRETIEN HORTICOLE

À faire cette semaine

Entretien horticole à faire cette semaine

Quand votre laitue en feuille commence à monter en graine et devenir amère, semez-en de nouveau.

Essayez d’arroser sans mouiller le feuillage de vos plantes. Cela aide à prévenir les maladies.

Si vous voyez des coléoptères (chrysomèles) striés ou tachetés sur vos concombres ou courges, faites-les tomber dans de l’eau savonneuse ou récoltez-les avec un aspirateur manuel.

Fertilisez régulièrement les plantes cultivées en bac et en balconnière. Elles ont besoin de plus de minéraux que les plantes en pleine terre.